LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

samedi 16 novembre 2019

Un ton nouveau de l'ONU vis-à-vis d'Israël par BAZAK


UN TON NOUVEAU DE L’ONU VIS-À-VIS D’ISRAËL

Par BAZAK

            

          Les multiples condamnations de l’ONU sont bien connues. Notre curiosité mêlée de perplexité est d’autant plus grande, lorsque nous apprenons que le secrétaire général Antonio Guterres a fait un discours éloquent lors de la commémoration de la nuit de cristal au musée du patrimoine juif de New York. Il y déclare : «Des décennies après l’Holocauste, la haine la plus ancienne du monde existe encore», et ajoute : «l’engagement des Nations Unies à combattre la haine, quelle qu’elle soit, partout dans le monde».  Nous apprenons dans le même temps, que la commission des Droits de l’homme condamne une fois de plus Israël ; on s’y habituerait presque.




Ahmed Shaheed

            Dans la même période, Ahmed Shaheed, rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des Droits de l’homme en Iran et des libertés religieuses et de la foi, a publié fin octobre, un rapport destiné à l’Assemblée générale qui traite de la poussée de l’antisémitisme. Il relève que l’antisémitisme monte dans les groupes extrémistes de droite et de gauche. Il déclare : «Je suis inquiet par la montée de l’utilisation qui en est faite par ces mouvances antisémites, par les suprématistes blancs, y compris les groupes néonazis, les membres de l’islam radical, par la diffusion de slogans, d’images, de stéréotypes et la diffusion de théories conspirationnistes pour inciter et justifier l’hostilité, la discrimination et la violence contre les Juifs. Je suis également très inquiet par la montée de l’antisémitisme parmi les politiciens de gauche et divers pratiques d’État, discriminatoires envers les Juifs».
            Il précise aussi «que l’holocauste est exemplaire de ce que la haine religieuse et raciale peut conduire au génocide et à la destruction de société». Ces propos n’en restent pas moins étonnants mais il n’est pas certain qu’il s’agisse d’un tournant dans la politique de l’institution. En revanche, il semble que cette publication relève plus de la posture en vue de présenter un visage plus équilibré à l’extérieur. Ce rapport souligne un point relativement récent, bien que déjà connu, le poids croissant des réseaux sociaux sur le net, devenu un moyen très efficace pour la diffusion de messages antisémites et racistes.
            Le rapport préconise un investissement massif dans le système éducatif, car «L’antisémitisme est le canari dans la mine de charbon de la haine globale» qui doit relever autant de défis contre toutes les formes d’intolérance, de haine, de discrimination, contre les religions, les croyants, les minorités, y compris les Juifs. Le rapporteur souligne qu’il s’agit bien d’une question de Droits de l’Homme et que les États doivent impérativement appliquer et renforcer les lois contre la haine religieuse, les discriminations, les violences.
            Il constate avec satisfaction que les États en ont pris conscience (!) et reconnaissent que cette haine anti religieuse menace l’intégrité des sociétés et doit être combattue. Le rapporteur conclut par cette affirmation sans appel «l’antisémitisme est toxique pour la démocratie». La nouveauté c’est qu’il y ait un rapporteur spécial qui traite la question et que l’ONU en fasse état. En revanche, on ne dit rien de plus à propos de la démocratie ce qui relève donc plus de l’incantation que d’une réelle proposition.
            Enfin, il restera à voir si ce constat sera suivi d’effets, car jusqu’à nouvel ordre, les condamnations d’Israël semblent être plus convergentes vers ce qu’on retrouve sur les réseaux sociaux avec une formulation différente. À se demander, si dans cette grande organisation, la main gauche sait ce que fait la main droite, voire même feint de l’ignorer, s’il ne s’agit pas d’une figure de style, d’autant que tout cela intervient sous l’égide de la Haut-Commissaire qui, elle, semble manifestement suivre une autre orientation. Alors s’agit-il d’un coup d’épée dans l’eau ou d’un authentique virage de l’ONU, on peut avoir de sérieux doutes. Dans l’état actuel, on ne peut pas s’attendre à de grands changements, à moins qu’Israël, grâce à sa percée en Afrique, réussisse à s’attirer de nouveaux soutiens lors des votes et dans les autres forums internationaux. Ce qui serait au moins une satisfaction morale et un juste retour des choses, face aux condamnations injustifiées qui n’ont pas cessé ces dernières années !

6 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…


Il serait intéressant de connaître les chiffres officiels du nombre de Juifs tués dans le monde en 2018, à cause de leur religion. Je ne les ai pas trouvés.
En revanche j'aimerais savoir quand arrive-t-il au "machin" de s'offusquer à cause des 4300 Chrétiens tués en 2018 à cause de leur religion ? L'histoire ne le dit pas non plus.

邓大平 עמנואל דובשק Emmanuel Doubchak a dit…

Marianne, seule la France réduit l'antisémitisme à cette unique référence au religieux, l'antisémitisme tue les Juifs assimilés, athées, communistes, agnostiques, convertis et ne fait pas la différence entre les demi- les tiers- ou les quarts de Juifs. Il prend des formes nouvelles à chaque fois et est un véritable pervers polymorphe.

HAalg a dit…

L’on peut reconnaître que cette organisation a pu permettre des avancées certaines à l’Humanité en s’inscrivant pour la libération des peuples à l’époque de la décennie 60 et plus… et notamment avec ce soutien moral au Peuple Vietnamien, au Peuple Sud Africain … Mais l’Onu, plus tard a été récupérée, pas à pas, par un courant majoritaire, envahissant, ne méritant pas de siéger même dans son enceinte tant les régles de base ayant été à la création de l’organisation, sont piétinées au quotidien dans ces pays ; ainsi donc les Droits de l’Homme, les libertés, les droits de la presse libre, le droit des minorités, l’expression démocratique permettant la création d’associations politique, culturelle, identitaire…. Tout cela fut éliminé d’un trait de résolutions partiales et débiles à telle enseigneu que dans l’assemblée de cette organisation l’on vote du n’importe quoi et systèmatiquement, à l’encontre du seul pays de démocratie et de libertés au Proche Orient, ISRAEL. Alors se pose-t-on la question : faut-il maintenir cette organisation à coup de milliards de dollars, financée principalement par des pays sérieux et démocratiques, mais ne profitant généralement qu’au maintien d’une hypocrisie internatinale au détriment du droit et de la liberté de l’individu… L’Onu est vite transformée en porte-voix de représentants de gouvernements de despotisme, de dictature, de l’archaïsme.. de pays nombreux du tiers monde et quelques pays modernes et développés… …Dans quels pays, trouve-t-on des journalistes en prison et l’absence de liberté de la presse ??? Dans quels pays, trouve-t-on, l’interdiction réelle, sur le terrain, de religions autre que celle du pouvoir en place ??? Dans quels pays, trouve-t-on pratiquement les interdictions d’organisations syndicales salariales… autre que celle du pouvoir en place ??? Dans quels pays, trouve-t-on, encore au 21ème siècle, le triste sort réservé aux femmes ??? …Alors à quoi sert l’Onu ??? Faut-il aller à sa dissolution ??? Car mieux vaut être seul que mal accompagné, dit-on !!!

邓大平 עמנואל דובשק Emmanuel Doubchak a dit…

Marianne, seule la France réduit l'antisémitisme à cette unique référence au religieux, l'antisémitisme tue les Juifs assimilés, athées, communistes, agnostiques, convertis et ne fait pas la différence entre les demi- les tiers- ou les quarts de Juifs. Il prend des formes nouvelles à chaque fois et est un véritable pervers polymorphe.

Philippe BLIAH a dit…

L'auteur de cet article a raison d'afficher un optimisme prudent sur ce qu'il voudrait voir comme les prémisses d'un changement de l'ONU afférent à l'antisémitisme pris en son sens premier à savoir la haine contre des juifs ou les juifs en général .
S'il s'agit de se pencher sur le passé et d'en apprécier une évolution il est possible d'accepter son point de vue... un point de vue- avec certaines réserves discutable dans la situation actuelle.
Certes l'antisémitisme reste l'apanage de nombreuses personnes, de leurs préjugés, de certains groupes à l'extréme droite, à l'extréme gauche plus présente sur ce terrain et meme ailleurs dans d'autres partis.
On peut aussi discuter de l'antisémitisme inhérent à des passages du Coran immuable lié à des versets visant les juifs sous le coup d'une malédiction divine éternelle!
Ceci dit de facon officielle et publique -à part des individus de ces mouvances, et il en existe beaucoup hélas!! - l'antisémitisme affiche moins un fondement à caractére légitime, qu'aux siécles passés , notamment au 19 et au 20 iéme siécle.
Stigmatiser l'antisémitisme du christianisme avec son cortége de massacres, d'expulsions dans l'histoire est dépassé comme l'antisémitisme du pharaon, ou du perse Aman n'est plus credible à l'instar de l'antisémitisme racial de l'Allemagne nazie. Si c'était le cas on l'entendrait sous cette forme au présent!
Ces antisémitismes là ne font plus moralement recette dans la doxa de "l'air du temps".LONU n'y fait pas exception dans ses résolutions se concentrant d'abord contre le sionisme par son vote ""Sionisme-racisme"abandonné à contre coeur au profit dun harcélement plus "productif" contre la légitimité d'Israel.
On peut toujours mettre en cause l'antisemitisme dans des discours en déposant une gerbe de fleurs devant une plaque commémorative pour se conforter, ce type de danger bien qu'existant dans les consciences traumatisées à juste titre ne panique pas les juifs au point de ressentir une menace collective immédiate justifiant une fuite généralisée. A suivre...

Philippe BLIAH a dit…

Suite...
Les nuisances dont les juifs se plaignent sont aussi le lot des autres citoyens, pour parler des pays de l'UE dans le cadre d'une fracture politique et sociétale face à une montée de l'islam.
A chaque siécle son nouvel antisémitisme. Celui actuel succédant aux autres-sans s'y substituer totalement mais en le supplantant idéologiquement est l'antisionisme.
Cette idéologie passe du juif simple au juif de la nation d'Israel ou lié à Israel visant à son éradication collective puiqu'il n'est pas légitime à exister.
Il a donc un caractére plus dangereux que l'antisemitisme visant simplement des juifs, meme si ces deux formes de haine convergent souvent sous le masque de l'hypocrisie. Corbynn se dit antisioniste, pas antisémite, idem pour le mouvement BDS.
Sanders et autres alter juifs sont du meme acabit avec ses acolytes islamistes et gauchistes.
On pourrait jusqu'aux Ayatollah iraniens allonger la liste de ceux qui admettent les juifs en leur déniant toute souveraineté, toute notion de peuple en relation à la terre d'Israel.
Celui ci est le dernier avatar à combattre parce qu'il a pignon dans les media, alimenté par des fonds destinés à financer la guerre contre israel et sa population sous toutes ses formes. Se polariser sur l'antisémitisme en général sans mentionner celui de l'antisionisme est inadéquat.
L'ONU est le nouvel ennemi non pas des juifs directement mais l'ennemi de TOUS les juifs rattachés au sionisme et donc aussi dangereux que le nazisme car soutenu par la masse des pays islamiques en collusion avec les pays de l'UE en continuité historique d'antisémitismes successifs dont on mesure les votes d'accompagnement niant le lien des juifs à leur terre... avec toutes les conséquences funestes que cela comporte à terme si leurs souhaits se concrétisaient..
Cet aspect méritait d'etre développé en complément des propos de Monsieur Bazak soucieux d'imaginer dans la guerre que méne l'ONU contre Israel un "ton nouveau" à mon sens encore loin d'un temps nouveau.