LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

dimanche 3 novembre 2019

Le duel moisi par Maxime TANDONNET



LE DUEL MOISI

Par Maxime TANDONNET

            

          Les experts de la vie politique sont unanimes : le second tour des prochaines élections présidentielles, en 2022, comme en 2017, opposera Mme le Pen et M. Macron. Ils fondent leur analyse sur les nombreux sondages qui confortent cette hypothèse. À l’issue de ce second tour, formaté deux ans et demi à l’avance, la probabilité de la réélection de M. Macron serait ainsi extrêmement forte. 
        L’image de Mme le Pen et du RN/FN est en effet beaucoup trop clivée pour que son camp puisse espérer dépasser les 50% sachant que pour 60 à 70% des Français, l’accession au pouvoir de cette personnalité et de ce parti est inconcevable. Son rôle sur la scène du grand spectacle politico-médiatique est depuis des décennies celui d’épouvantail, autant par son histoire que par le caractère démagogique de ses propositions.


            
          Autant dire que deux ans et demi à l’avance, le message médiatique et sondagier dominant est celui de la réélection assurée de M. Macron. Tout paraît bouclé, verrouillé, décidé à l’avance et 2022 devrait être la copie conforme de 2017. Or, le paradoxe d’un tel schéma est que les Français, selon les mêmes sondages, dans une nette majorité des deux-tiers, ne veulent absolument pas de la réélection du président Macron dont ils considèrent que le premier mi-mandat fut un échec aussi flagrant que celui de son prédécesseur (confronté à une situation économique internationale infiniment plus difficile).
            Le duel moisi et la réélection annoncés marquent ainsi le paroxysme de l’abolition de la démocratie française. Dans un système (monstrueux) où les présidentielles conditionnent les législatives, réduites à n’être plus qu’un appendice de l’élection élyséenne, où le jeu des idoles écrase tout débat d’idées et de projets, l’incertitude est réduite à néant et l’étouffoir de la vie démocratique fonctionne à plein régime.
            Tout semble écrit d’avance et le scénario parfaitement bien huilé. Pendant deux ans et demi, un furieux matraquage médiatique sera à l’œuvre pour assurer une audience maximale – au chef de l’État, cela va de soi – mais aussi à Mme le Pen, en candidate normale et dédiabolisée ; puis à l’issue du premier tour, un déchaînement de rage médiatique contre la candidate «nationale-populiste» dont l’image sera supposée incarner, aux yeux des Français, les heures les plus sombres de l’histoire. Dès lors, l’élection présidentielle, comme prévu cinq ans à l’avance, se réduira au combat eschatologique d’un chevalier blanc, promu héraut du bien, contre le «populisme démoniaque» et cet affrontement titanesque, narcissique, couvrira le désastre d’un bilan ainsi que le néant de l’avenir politique pour le pays.
            Dans les deux années qui viennent, la France sera seule face à son destin. L’heure de vérité sonnera en 2022 : ce pays est-il complètement abruti par des décennies d’effondrement du niveau scolaire, de crétinisation médiatique, de chute de la lecture des livres et des journaux, de déclin de la culture historique et politique, au point de suivre comme un troupeau bêlant de bêtise et d’indifférence la voie toute tracée pour lui ?
            Bref, la démocratie a-t-elle entièrement disparu, noyée dans un phénomène de crétinisation de masse ? Ou bien demeure-t-il, dans les entrailles de la nation, une lueur de fierté et d’intelligence qui la poussera, contre toute attente, à déjouer, à la faveur d’événements qui ne manqueront pas de survenir, le scénario moisi qui lui est assigné, ce deuxième tour de la honte, et à reprendre en main son destin ? Nous en saurons alors bien plus sur l’état intellectuel, moral et psychologique de la nation.

3 commentaires:

V. Jabeau a dit…

L’extrême droite est anticapitaliste, anti-démocratique, nationaliste et populiste. L’extrême gauche est anticapitaliste, anti-démocratique et populiste. Vous avez oublié l’écologie politique va gagner énormément de terrain pendant ces 2 ans, c’est une extrême gauche avec tous ces défauts plus la volonté de rationnement économique au nom de la lutte contre le réchauffement climatique.
Macron aura la tentation de s’allier avec eux.
Qui préférez-vous ?

Je suis effrayé par l’extrême droite comme par l’extrême gauche. Pas vous ?

Yaakov NEEMAN a dit…

Vous oubliez l'éventualité d'un candidat issu de l'immigration, pour parler politiquement correct. Bien qu'il n'ait aucune chance d'arriver à l'Elysée, il entrera en lice pas pour gagner, mais fonder sa légitimité. Il sera intéressant de compter le nombre de voix qu'il récoltera au premier tour.

Olivier Smadja a dit…

C'est une analyse qui en vaut une autre. I
y a une renaissance de la gauche plurielle mais qui se fera pas lors de la présidentielle pour des raisons financières pour les partis.
Du côté de Macron, son électorat est de plus en plus à droite et il devra rivaliser avec la droite classique.
Quant au RN, il fait malheureusement de moins en moins peur et nombre de votants voudront peut être "essayés" une présidence d'extrême droite avec un législatif plus émietté (Macon pourrait aussi de subir le même sort).
Bref, rien n'est joué pour 2022.