LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

mardi 12 novembre 2019

30 ans après la chute du mur de Berlin par Dov ZERAH



30 ANS APRÈS LA CHUTE DU MUR DE BERLIN

Le point international de Dov ZERAH



            

          Il y a 30 ans, le 9 novembre 1989, tombait le mur de Berlin. L’Union des Républiques socialistes soviétiques (URSS) a perdu la Guerre Froide, et moins de deux ans après, le 21 décembre 1991, elle s’est disloquée avec la proclamation de l’indépendance de toutes les Républiques constituantes de l’Union : les trois États baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie), Arménie, Azerbaïdjan, Biélorussie, Kazakhstan, Kirghizstan, Géorgie, Moldavie, Ouzbékistan, Ukraine, Tadjikistan et Turkménistan.



            Ce fut une double sévère amputation. Une diminution de près de 50% de la population avec 148 millions d’habitants, pour la seule Russie, contre 288 pour l’URSS. Une perte de plus de 20% du territoire en passant de plus de 22 millions de km² à 17 millions de km² pour la seule Russie. Au-delà de l’éclatement de L’URSS, c’est aussi la fin du Pacte de Varsovie. Signé le 14 mai 1955, ce pacte concrétisait l’alliance politique, économique et militaire entre l’URSS et sept pays de l’Europe de l’Est, l’Albanie, l’Allemagne de l’est, la Bulgarie, la Hongrie, la Pologne, la Roumanie, la Tchécoslovaquie.
            Eu égard l’historique politique de la Russie d’étendre son territoire et d’avoir un accès aux mers chaudes, et les sacrifices effectués durant la seconde guerre mondiale, et plus particulièrement les 27 millions de morts, il est possible d’imaginer le traumatisme occasionné par ces événements dans la population russe. Cela explique le discours politique utilisé par Wladimir Poutine pour justifier certaines annexions comme celle de la Crimée, ou des interventions comme dans l’Est ukrainien.
            C’est également la fin du Komintern et de l’organisation de la troisième internationale communiste qui avait permis au Parti communiste soviétique (PCS) de dominer l’Est européen, et de nombreux pays à travers le monde. La chute du Mur de Berlin a semblé marquer la mort de l’utopie communiste et corrélativement la victoire de l’économie de marché et le triomphe de la démocratie libérale.
            Cela a conduit certains à parler de la fin de l’histoire. Elle va marquer le début de l’accélération de la mondialisation. Les États-Unis apparaissent alors comme le grand gagnant et la seule, l’unique superpuissance mondiale. Qu’en est-il 30 ans après ?

            Tout d’abord, la puissance américaine est contestée, remise en cause par :
- La Chine dont le PIB chinois a été multiplié par plus de 3 en passant de 390 milliards$ en 1990 à plus de 13.000 milliards$ en 2018. La Chine est devenue la première puissance asiatique devant le Japon, la deuxième mondiale. En bon joueur de go, elle tisse sa toile en mer de Chine avec une marine de plus en plus puissante et présente, mais également avec les routes de la soie.
- La Russie qui s’affirme de plus en plus avec l’annexion de la Crimée, l’intervention dans les affaires ukrainiennes, la mise en place d’un protectorat en Syrie, ou encore en Afrique ; en bon joueur d’échecs, Vladimir Poutine avance ses pions. Même si la situation économique est plus favorable que durant la décennie quatre-vingt-dix, la Russie dont le PIB est de 1.527 milliards$, neuf fois moins que celui chinois, n’a pas réussi à sortir d’une économie de rente tributaire du prix des hydrocarbures et des matières premières.
            Parallèlement, les États-Unis sont, depuis plus de dix ans, tentés par l’isolationnisme. Après avoir engagé deux guerres de trop, une en Afghanistan qui s’éternise, et une en Irak aux objectifs incertains et aux effets collatéraux sans fin, l’oncle Sam ne veut plus partir en guerre. Dans le même temps, l’économie a été ébranlée par deux chocs boursiers, celui de l’internet en 2001, et celui des «subprimes» en 2008.
            Parallèlement, le centre de gravité du monde s’est déplacé de l’Europe vers Asie, avec notamment l’affirmation de la Chine, et l’émergence de nouvelles puissances comme l’Inde. Le seul gagnant européen est l’Allemagne dont la réunification est intervenue le 3 octobre 1990, même si elle a dû, dans le même temps, renoncer aux anciennes provinces de Prusse orientale, Silésie, Poméranie, en acceptant l’Oder-Neisse comme frontière avec la Pologne.
            Au cours des trente dernières années, et surtout depuis le début du nouveau millénaire, les pays émergents ont été nombreux avec le Brésil, l’Inde, la Chine, l’Afrique du Sud, la Colombie…Néanmoins, à l’exception de la Chine et de l’Inde, ils n’ont pas tous tenu leurs promesses sur la durée.
            Au-delà de l’affirmation chinoise face à des États-Unis en perte de vitesse, deux autres perdants apparaissent : l’économie de marché et le modèle occidental de la démocratie de plus en plus contestés dans de nombreux pays.

1 commentaire:

Yaakov NEEMAN a dit…

La chute du mur de Berlin, c'est aussi le début de la mondialisation sur le Vieux Continent. Sans ça, je ne comprends pas pourquoi vous concluez en disant que l'économie de marché est l'un des grands perdants de ces 30 dernières années. Le phénomène auquel nous assistons n'est-il pas au contraire la généralisation de l'économie de marché à l'échelle de la planète ?