LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

mercredi 9 octobre 2019

Le dôme de fer en Arabie saoudite par Bazak


LE DÔME DE FER EN ARABIE SAOUDITE

Par BAZAK


Au moment où Téhéran affirme avoir déjoué une tentative arabo-israélienne d’élimination du général Qassem Soleimani qui commande la force al Qods et menace régulièrement Israël, au moment où le président Trump est confronté à divers problèmes alors que débute sa campagne électorale, utopie et fiction sont souvent mère de réalité, pas toujours, mais les faits le démontrent.



Jusqu’à maintenant le Dôme de fer a peu voyagé, si ce n’est à l’intérieur d’Israël. Il semblerait que certains soient en train de concevoir un projet de voyage dans la région. On peut sourire et imaginer que c’est du délire. Pas du tout, les échanges entre responsables israéliens, saoudiens et américains, même très discrets, sont réels. L’ennemi est connu, c’est l’Iran. Habituellement quand on commente un évènement comme l’attaque des installations pétrolières, «on se perd en conjectures» Foin de conjectures. Malgré des investissements évalués à près de 60 milliards de dollars, ce pays n’a pas été en mesure d’intercepter les drones et missiles en question.
En clair, c’est un fiasco total pour les Saoudiens et les alliés des Américains dans la région, suivez mon regard.  C’est aussi un énorme motif d’inquiétude qui s’ajoute à tous les autres sujets du moment, politique intérieure du royaume, guerre du Yémen. Double inquiétude, s’agissant des équipements fournis à coups de milliards par les États-Unis qui ne semblent pas répondre à l’objectif de sanctuariser les installations ? L’armée est-elle correctement formée pour utiliser ces équipements ?
Patriot 

A l’heure où Donald Trump ne veut manifestement pas aller au clash, la réponse est connue, «on vous envoie 200 hommes et des missiles Patriot». La belle affaire ! On sait que ce système est inférieur au Dôme de fer. À telle enseigne, que les Américains pensent en acheter à Israël. L’idée a rapidement germé d’installer ce système pour protéger efficacement les installations. À la différence de ce qui s’est produit, il s’agit d’être et dissuasif et efficace, deux qualités que les systèmes en place n’ont pas démontré !
L’objection est connue, comment des militaires israéliens pourraient-ils assister les Saoudiens chez eux ? La réponse est simple, elle a déjà été pratiquée ailleurs, on les «américanise» et on sauve les apparences, qu’il ne faut jamais confondre avec la réalité (Karl Marx). Pour autant dans cette éventualité, ce serait quand même une première pour le Dôme et la coopération entre Israël et son nouvel ami de la péninsule arabique.
Un autre argument se développe en coulisse, mais répond à la réalité de la situation. L’Iran par ses déclarations agressives, ne cesse d’insister sur sa capacité à détruire Israël, en s’appuyant sur ses proxys que sont le Hezbollah et le Hamas. Rien n’interdit de penser que devant l’ennemi commun, Israël pourrait réciproquer et se rapprocher substantiellement de la frontière iranienne et cela modifierait clairement la configuration sur le terrain et pourrait en calmer plus d’un à Téhéran. On imagine que les Iraniens sous estiment à quel point MBS a tout lieu d’être très inquiet de l’attitude de son allié historique de Washington, alors qu’Israël partage les mêmes inquiétudes.
MBS

Ce peut être un tournant majeur dans la région. La somme de ces deux inquiétudes peut déboucher sur une force accrue et un renversement de situation. Ce qui amènerait, peut-être, les belliqueux de Téhéran, à mettre le pied sur le frein pour un bon moment, surtout quand l’Europe et la France en particulier n’ont rien de sérieux à proposer, à l’exception de grandes déclarations qui ne mènent nulle part. On n’est plus ni dans la fiction, ni dans l’utopie mais dans une très violente réalité !


1 commentaire:

Marianne ARNAUD a dit…

Monsieur Bazak a un "projet de voyage" pour le Dôme de fer !
On a beau essayer de suivre son regard on ne sait pas où regarder, d'ou "inquiétude" et "double inquiétude" pour nous aussi.
Tout le monde a compris que Donald Trump ne fera plus la guerre qu'à coups de sanctions : il n'ira pas au clash !
Alors on va les protéger comment ces installations pétrolières du "nouvel ami" d'Israël : l'Arabie saoudite ?
Puisque l'Iran fait des "déclarations agressives" contre Israël, on va se rapprocher de la frontière de "l'ennemi commun" qui sous-estime à quel point MBS est "très inquiet" - tout comme Israël - et peut donc devenir très dangereux.
Que pense le gouvernement israélien de cette "très violente réalité" ?
On ne le saura pas puisqu'il n'y a, à ma connaissance, toujours pas de gouvernement en Israël !