LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

dimanche 29 septembre 2019

L'Iran ou les dérives de la raison par Michèle MAZEL


L’IRAN OU LES DÉRIVES DE LA RAISON

La chronique de Michèle MAZEL


Attaque contre l'Arabie
L’Assemblée générale des Nations Unies se tient cette année sous le signe de la tension dans le Golfe Persique. Le 14 septembre dernier, une attaque dévastatrice sur les installations pétrolières de l’Arabie saoudite a fait des dégâts considérables, entraînant des perturbations heureusement temporaires dans le cours de l’or noir. Bien que les Houthis du Yémen, armés et financés par l’Iran, en aient revendiqué la responsabilité, les soupçons se sont rapidement portés sur le pays des Ayatollahs. L'Arabie saoudite a été la première à l’accuser. 



Combattants houthis

Les Européens quant à eux ont émis des doutes, rappelant que les Saoudiens faisaient partie de la coalition contre les rebelles houthis qui selon eux avaient donc de bonnes raisons de les attaquer. Lorsque les Etats-Unis ont eux aussi accusé l’Iran, les Européens ont évoqué l’obsession du président américain contre ce pays. Ce fut alors le tour de Boris Johnson de montrer du doigt Téhéran ; cette fois les médias expliquèrent qu’il agissait pour complaire à son allié américain dont il a grand besoin en ce moment.
Soudain, coup de tonnerre à l’ONU comme le rapporte Le Monde du 24 septembre : «Emmanuel Macron, Angela Merkel et Boris Johnson ont indiqué : «Il est clair pour nous que l’Iran porte la responsabilité de cette attaque. Il n’y a pas d’autre explication plausible», ont-ils déclaré …. «La France et l’Allemagne rejoignent ainsi l’Arabie saoudite et les États-Unis qui accusaient déjà l’Iran d’être derrière l’attaque». Par ailleurs, selon Le Monde, «Les Occidentaux accusent Téhéran d’avoir des visées hégémoniques dans la région, via le relais de milices sur place, le long d’un arc allant du Liban à l’Irak en passant par la Syrie». «Téhéran, précise le quotidien, s’en défend, assurant vouloir avant tout garantir sa sécurité face à ses voisins et rivaux du Golfe».

Le journal n’en dira pas plus. Cette louable tentative d’objectivité renvoyant dos à dos les uns et les autres ne répond pas à une question brûlante : qu’est-ce qui a bien pu convaincre la France et l’Allemagne de la culpabilité des Ayatollahs ? Car ce n’est sûrement pas de gaité de cœur qu’ils ont pris le risque d’offenser un régime pour lequel ils ont toutes les sollicitudes. On peut avancer l’hypothèse que les Etats-Unis, qui disposent de bases aériennes de pointe au Qatar et à Bahreïn, avec des systèmes de détection ultrasophistiqués, sans parler de quelques satellites espions se promenant dans les cieux du Moyen-Orient, ont été en mesure de présenter des preuves irréfutables.
Emmanuel Macron et Angela Merkel ont dû se rendre à l’évidence. Tout de même, s’ils sont prêts à faire porter à l’Iran la responsabilité de l’attaque, ils ne vont pas jusqu’à condamner ce pays ; ils n’ont pas non plus osé exiger de Rouhani la reconnaissance de ses actes avant toute rencontre ou tout dialogue avec lui.  Bien au contraire le président français a eu un long entretien avec Rouhani et en prévoit d’autres dans le cadre de sa politique d’apaisement des tensions dans la région.
Ainsi donc une attaque d’une violence inouïe sur les infrastructures vitales d’un pays membre des Nations-Unies restera sans réponse. Selon le Figaro du 24 septembre, «le président Rouhani a déclaré de son côté que l’Iran présenterait à l’ONU un plan de coopération régionale destiné à assurer la sécurité des eaux du Golfe». Gageons qu’il aura droit à la traditionnelle «standing ovation».


3 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

J'avoue humblement que la lecture de cet article n'a pas été loin de faire dériver mon esprit jusqu'aux confins de la raison.
Tenons-nous en donc aux faits :

- "une attaque dévastatrice" sur les installations pétrolières de l'Arabie saoudite. L'Arabie accuse l'Iran.

- après quelques cafouillages, "coup de tonnerre à l'ONU" : Macron, Merkel et Johnson, se joignent à l'Arabie et aux États-Unis pour accuser Téhéran.

- madame Mazel forme "l'hypothèse" que les États-Unis "ont été en mesure de fournir des preuves irréfutables.

Partant de là, elle reproche au président français "sa politique d'apaisement des tensions dans la région", elle fulmine sur cette "attaque d'une violence inouïe sur les infrastructures" qui "restera sans réponse". Et on comprend : sans qu'il y soit répondu par un acte de guerre.
Et l'article se termine en ironisant sur le "plan de coopération régionale destiné à assurer la sécurité des eaux du Golfe" de Rohani.

Alors une question vient à l'esprit : est-ce bien le rôle de Mme Mazel, présentée, ici, comme une "femme de diplomate, ce qui lui donne une légitimité pour parler des affaires diplomatiques" de jouer les fauteurs de guerre ?

Et pour ceux qui, comme moi, n'en seraient pas convaincus, je leur propose une autre analyse, celle d'Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères de la France, reçu ce matin même par Guillaume Durand sur les antennes de Radio Classique :

https://www.radioclassique.fr/radio/emissions/matinale-de-radio-classique/esprits-libres/

Jacques BENILLOUCHE a dit…

Chère Marianne,

J'ignore si Mme Mazel a une légitimité pour parler politique, mais je préciserais cependant que Mme Mazel est ancienne élève et diplômée de SciencesPo Paris.

Cordialement

MG a dit…

La France, y compris Macron et Vedrine n'ont ou ne veulent rien comprendre au Chiisme. Autant le Sunnisme rêve au passé, au retour du Califat, le Chiisme attend ou chetche à provoquer le cataclysme qui amenera le descendant du Prophète. C'est ce qui explique qu'on peut envoyer à la mort des centaines de milliers d'enfants avec, au cou, la clé du ..Paradis.
Il est vrai que l'appât du gain ou l'envie de jouer u n rôle politique a toujours poussé et continue à animer la politique française au Moyen-Orient. Et surtout, le Quai d'Orsay se croit exister à partir du moment où il critique les Etats-Unis.