Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE

 

dimanche 22 septembre 2019

Balkany-Rubashkin : même acharnement


BALKANY-RUBASHKIN MÊME ACHARNEMENT

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps

Sholom Rubashkin

Dans son malheur Balkany a eu plus de chance que Rubashkin. L'affaire du maire de Levallois ressemble par son exemplarité à l’affaire Sholom Rubashkin aux Etats-Unis. Les deux cas symbolisent l’acharnement d’une justice qui fait fi des droits élémentaires des prévenus d’être jugés puis rejugés par la Cour d’Appel et enfin par la Cour de Cassation.  Rubashkin, né le 30 octobre 1959 à Brooklyn, fils d’un boucher de New York, Juif ultra-orthodoxe appartenant au mouvement hassidique Habad-Loubavitch, est un homme d’affaires américain et ancien PDG d’Agriprocessors, un abattoir et une usine d’emballage de viande kasher.  


Agriprocessors

En tant que PDG, il avait réussi à mener sa société au sommet des plus grands producteurs de viande casher aux États-Unis. Mais sa société avait été citée pour des problèmes liés à la technique juive d’abattage des animaux et à l'embauche de travailleurs sans papiers. En novembre 2009, il avait été reconnu coupable de 86 chefs de fraude financière, notamment de fraude bancaire et de blanchiment d’argent. En juin 2010, il avait été condamné à 27 ans de prison, synonyme de condamnation à vie pour fraude fiscale. La justice est souvent plus clémente avec des assassins 
Le 16 septembre 2011, ses avocats avaient interjeté appel mais la Cour d'appel s'était prononcée contre Rubashkin sous prétexte que les nouvelles informations n’avaient pas été déposées dans les délais. La Cour suprême des États-Unis avait aussi refusé d'entendre un appel de cette décision le 1er octobre 2012. Personne n’a compris l’acharnement de la justice à moins que les motivations soient véritablement claires. Par ailleurs, des pressions ont été exercés contre les éventuels repreneurs afin d’entraîner la faillite de la société et son démantèlement. Toutes les propositions sérieuses de reprise de la part d'orthodoxes ont été rejetées sous des motifs douteux. La société a dû de ce fait être vendue aux enchères au quart du prix, ce qui ne couvrait pas les crédits bancaires. Une autre cause de "fraude". 

 Tout a commencé le 12 mai 2008, lorsque le FBI et des agents du département de la Sécurité intérieure ont effectué une descente dans l'usine de conditionnement de viande kasher de Rubashkin dans l'Iowa et ont arrêté 389 travailleurs munis de documents d'identité dont certains frauduleux. La saga devient accablante. Ce raid orchestré était le résultat initial de la collusion entre le juge Reade et les agents fédéraux pour viser Rubashkin. L’enquête fédérale avait pourtant démontré que Rubashkin était un homme bienveillant qui traitait bien ses employés fortement incités par le gouvernement à le charger mais aucun n’avait accepté à se parjurer. 
Rubashkin a été de nouveau arrêté le 13 novembre 2008 dans son domicile à Postville sous l'inculpation de fraude bancaire par le gouvernement fédéral. Les accusations alléguaient que, sous sa direction, des millions de dollars censés être déposés dans un compte en garantie d'un prêt avaient été détournés frauduleusement vers un autre compte et avaient été utilisés pour augmenter frauduleusement la valeur des comptes clients d'Agriprocessors. Après que l'argent ait été détourné, Rubashkin aurait ordonné que les enregistrements de ces transactions soient retirés des ordinateurs de l'entreprise.
juge fédérale Linda R. Reade

 Rubashkin s'était vu refuser la libération sous caution ce qui est très rare aux Etats-Unis. Les autorités avaient justifié leur décision par le risque de fuite vers Israël où la loi du retour accorde automatiquement la citoyenneté israélienne aux juifs immigrés. En fait cette exception prouve que la qualité de juif du prévenu était en cause.
Les faits de cette affaire confirment que le système judiciaire américain a été bafoué. Les procureurs vindicatifs avaient réclamé une peine draconienne de 25 ans, contre l’avis de tous les anciens procureurs généraux de l'époque. En réponse, le juge Reade avait ajouté deux années supplémentaires à la peine de Rubashkin.
De nombreuses autres personnes reconnues coupables de fraude financière ont été condamnées à des peines moins lourdes. L’accusation a certes estimé que Rubashkin avait cherché à emprunter plus d'argent que nécessaire auprès des banques en faisant une fausse déclaration intentionnelle dans le but de transformer de la viande dans le Midwest américain. 107 anciens procureurs américains, directeurs du FBI, juges et les procureurs ont dénoncé la sentence dans une lettre sans précédent à la Cour suprême des États-Unis.ais rien n’a été fait pour atténuer la sentence. 

Oscar Lopez Rivera

Le président Barack Obama avait refusé de gracier Rubashkin alors qu’il avait pardonné au terroriste Oscar Lopez Rivera et à la traître Chelsea Manning. Oscar López Rivera est un militant portoricain à la tête des Fuerzas Armadas de Liberación Nacional Puertorriqueña, organisation paramilitaire clandestine vouée à l'indépendance de Porto Rico, qui avait perpétré plus de 130 attentats à la bombe aux États-Unis entre 1974 et 1983. Chelsea Elizabeth Manning est une ancienne analyste militaire de l'armée des États-Unis de nationalité américano-britannique qui avait été condamnée et incarcérée pour trahison. Mais Rubashkin, qui n’avait pas de sang dans les mains, n’a pas eu droit à la même sollicitude de la part des présidents américains.
Le 20 décembre 2017, affirmant une forte poussée bipartite en faveur de la mesure et sur la base de sa promesse de campagne, le président Donald Trump a commué la peine de prison de Rubashkin après huit années d’enfermement, ce qui était une forte peine déjà.

Huit années pour fraude fiscale alors que les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) s’adonnent à cœur joie tous les jours, en utilisant certes les facilités légales dans un but d’optimisation fiscale. Google vient d’ailleurs de verser au fisc français près d’un milliard d’euros pour fraude fiscale sans les dirigeants ne soient inquiétés.
Bien sûr nombreux sont ceux qui jurent leurs grands Dieux que dans les deux affaires, il n’y a pas d’antisémitisme même si Rubashkin a le look d’un Juif orthodoxe. Bien sûr la justice doit passer pour tous ceux qui trichent mais on ne peut accepter deux poids et deux mesures. Mais on ne s’explique pas la sévérité des sentences qui, simple hasard pour de nombreux observateurs bienveillants, étaient juifs. Les Juifs sont réputés pour avoir des relations spéciales avec le monde de l’argent. 


Alors nous vient à l’esprit la gravure sur bois intitulée Le Juif errant réalisée en 1852 par Gustave Doré, qui représente un homme qui marche, un bâton à la main, d’une maigreur extrême. Ses pieds sont disproportionnés. Une chevelure abondante sans frontière avec la barbe qui entoure un visage aux yeux mi-clos, au nez crochu et aux lèvres proéminentes. Sur son front une croix rouge est peinte. Bref la représentation classique du Juif par les autres.

2 commentaires:

Unknown a dit…

et oui ... une relation speciale avec l'argent
(n'oublions pas Madoff et les differentes arnaques:CO2 ....)maintenant avec
les femmes (Weinstein,Epstein,Polanski,
woody Allen..)
Ça fait beaucouo non ? et c'est triste car
ça nourrit l'antisemitisme

AMMONRUSQ a dit…

Je suis assez de cet avis !