Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE

 

samedi 24 août 2019

La visite de la jeune dame, farce palestinienne en trois actes par Michèle MAZEL


LA VISITE DE LA JEUNE DAME, FARCE PALESTINIENNE EN TROIS ACTES

La chronique de Michèle MAZEL



Rashida Tlaib prête serment

Rashida Tlaib est née à Détroit, dans le Michigan, où ses parents, originaires de la rive occidentale du Jourdain alors annexée par la Jordanie, s’étaient installés. C’est aux Etats-Unis qu’elle a fait ses études, s’est lancée en politique et a été élue au Congrès à l’âge de quarante-deux ans. Le drapeau palestinien sur ses épaules, elle a alors prononcé son premier discours, proclamant qu’elle serait la «voix» des Palestiniens auxquels sa victoire allait donner un nouvel espoir.



Cette Passionaria de leur cause a prêté serment sur le Coran (en traduction anglaise semble-t-il), portant une longue robe traditionnelle ornée de broderies palestiniennes. Tout cela ne l’empêche pas évidemment d’accuser régulièrement les Juifs américains de double allégeance. Fervente partisane du BDS et farouchement opposée à Israël, la saga de son voyage avorté en compagnie d’une autre élue musulmane, Ilhan Omar, née en Somalie, qui partage ses vues sur Israël et, dit-on, sur les Juifs, fait encore la une des médias occidentaux, unanimes à s’indigner   du refus d’Israël de leur accorder un visa. 
Devant ce refus, Madame Tlaib avait alors sollicité un visa pour aller voir «peut-être pour la dernière fois» sa grand-mère très âgée. Cette requête lui a immédiatement été accordée à titre humanitaire. Mais, nous dit Le Monde du 19 aout, la quadragénaire, née à Detroit, refuse car Israël lui aurait fait promettre «de ne pas faire avancer la cause du boycottage contre Israël durant son séjour». Une demande somme toute légitime.  Pourtant qui n’a pas vu l’image de Rashida Tlaib, nouvelle égérie du parti démocrate américain, essuyant une larme à l’idée qu’elle ne reverra finalement pas cette grand-mère tant aimée ?

Les larmes de Tlaib

Selon le quotidien, elle explique : «Je ne peux pas permettre à l’Etat d’Israël (…) d’utiliser mon amour envers ma sitty pour me soumettre à leurs politiques oppressives et racistes», sitty désignant selon Le Monde «une aïeule en langue vernaculaire». Et le quotidien d’ajouter : «Depuis dimanche 18 août, des utilisateurs partagent le visage ridé, les manies et les leçons de vie de leur grand-mère palestinienne via le mot-clé #MyPalestinianSitty».
    La presse occidentale consacre de longs développements à la «lourde erreur» commise par Israël, aux Etats-Unis on évoque une insulte faite à la Chambre des Représentants et le président Trump jette comme à l’accoutumée de l’huile sur le feu. Pourquoi ne pas laisser ces deux élues venir, disent des gens aussi bien intentionnés que mal informés ; en découvrant la réalité sur le terrain, elles auraient surement perdu un peu de leur antagonisme et Israël aurait été félicité au lieu de subir un feu roulant de critiques. Oui mais…  
Industrie des mensonges

Comme Rashida Tlaib s’est donné la peine de l’expliquer, Ilhan Omar et elle n’avaient nullement l’intention de rencontrer une quelconque personnalité israélienne ou de voir Israël, seulement d’y atterrir pour poursuivre immédiatement leur chemin. Elles l’indiquaient clairement sur leur demande de visa «pour se rendre en Palestine». Le Monde toujours : «Les deux parlementaires américaines devaient visiter plusieurs villes en Cisjordanie ainsi que Jérusalem-Est, avec un passage sur l’esplanade des Mosquées, lieu hautement sensible entre Israël et les Palestiniens». 
A Jérusalem, on a sans doute préféré éviter la série de provocations qui n’auraient pas manqué de suivre et auraient très probablement conduit à des émeutes et à des séquences choc reprises en boucle. Un point sur lequel ne s’attardent pas les commentateurs. Il est beaucoup plus tentant de s’émouvoir du visage ridé d’une très vieille dame…

2 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

Mais la "farce palestinienne" que vous déplorez n'a-t-elle pas été initiée, et ne trouve-t-elle pas ses partisans les plus acharnés, chez les jeunes Juifs américains qui soutenaient Bernie Sanders aux dernières élections présidentielles aux États-Unis ?

https://www.youtube.com/watch?time_continue=12&v=KTBnQWWUofE

2 nids a dit…

ces deux femmes n'ont que de la haine dans leur tête, si l'une des deux voulait voir sa grand mère, il lui suffisait d'atterrir en Jordanie mais non, de la provocation jusqu'au bout...RIDICULE..! et lamentable pour deux élues américaines !