LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

mardi 13 août 2019

Ah les braves gens ! Du nouveau sur l'attentat de la rue des Rosiers par Michèle MAZEL


AH LES BRAVES GENS ! DU NOUVEAU SUR L’ATTENTAT DE LA RUE DES ROSIERS

La chronique de Michèle MAZEL


C’est grâce au journal Le Parisien, quotidien d’information à large diffusion mais sans ligne politique claire, que l’on va peut-être enfin élucider le mystère de l’attentat de la rue des Rosiers, cette rue mythique et autre fois haut lieu de la vie juive à Paris. Un attentat pour lequel malgré de multiples et douteuses revendications, personne n’a jamais été arrêté.  Cela s’est passé il y a très exactement 37 ans aujourd’hui, le lundi 9 août 1982. 



Yves Bonnet

Il est un peu après une heure de l’après-midi. L’heure du déjeuner. Situé au coin de la rue des Rosiers et de la rue Ferdinand Duval, le restaurant de Jo Goldenberg est plein ; une cinquantaine de convives y sont attablés.  Soudain des hommes masqués font irruption. Combien sont-ils ? Trois ? Cinq ? Seulement deux ? Les témoignages recueillis plus tard seront contradictoires. Tout se passe alors très vite. Ils balancent une grenade et ouvrent le feu, visant au hasard personnel et consommateurs. Trois minutes plus tard, ils lancent une seconde grenade et prennent la fuite. Bilan : six morts et vingt-deux blessés. 
La justice, on le sait, n’est pas une dame pressée et le dossier de l’attentat est toujours à l’étude même si de nombreux indices concordants font ressortir la culpabilité du groupe Abou Nidal. Des mandats d’arrêt internationaux lancés contre les principaux suspects n’ont jamais été exécutés, les pays où ils résident comme la Jordanie et la Norvège se refusant à s’y prêter. Dans le bureau du juge d’instruction chargé de l’enquête, un homme va donner le fin mot de l’histoire. Ce n’est pas n’importe qui.
Il s’appelle Yves Bonnet ; c’est l’ancien patron des services de renseignements français. Ecoutons ses propos, rapportés par Le Parisien : «On a passé une sorte de deal verbal en leur disant : Je ne veux plus d'attentat sur le sol français et en contrepartie, je vous laisse venir en France, je vous garantis qu'il ne vous arrivera rien». De qui s’agit-il ? Du groupe Abou Nidal justement.  Le pacte est scellé, poursuit le quotidien : les membres d'Abou Nidal réfugiés à l'étranger sont autorisés à «venir en France, sans risque d'être poursuivis» ; en contrepartie, ils s'engagent «à ne se livrer à aucune action violente».  

Vidéo Abou Nidal

Pour l’ancien patron des renseignements, le jeu en valait bien la chandelle. Ecoutons-le encore : «Et ça a marché, il n'y a plus eu d'attentats à partir de fin 83, en 84 et jusqu'à fin 1985…  Après qu'ils commettent des attentats en Italie, par exemple, ça ne me regardait pas tant qu'il n'y avait rien sur le sol français». 

Yves Bonnet se défend d’avoir pour ainsi dire collaboré avec des terroristes et qualifie cet accord à l’amiable entre gens de bien de «pacte de non-agression». On se souvient qu’arrêté en France en 1977 sous le coup d’un mandat d’arrêt des autorités allemandes, le terroriste Abou Daoud, responsable du massacre des sportifs israéliens aux Jeux Olympiques de Munich, a été pourtant remis en liberté ; la France le laissera s’envoler en toute quiétude vers des cieux plus cléments.
Une histoire sans morale à méditer la prochaine fois que la France fera la leçon à Israël.


7 commentaires:

2 nids a dit…

c'est écoeurant , ce pays, la France n'a aucune morale et il est toujours prêt à collaborer avec les pires ordures de "l'humanité", les loger à l'occasion et nous, le bas peuple, du moins, ceux qui sont informés, ne pouvons que subir ou écrire notre dégout !

ingrid Israël-Anderhuber a dit…

A l'époque, Israël ne s'embarrassait pas pour faire justice lui-même, on l'a vu lorsqu'il s'est agi des nazis qui avaient échappé à la justice internationale en se réfugiant notamment en Amérique Latine. Dans ce dossier de la rue des Roziers, il semble que la France ait copiné avec des terroristes qui s'en sont pris à des personnes juives innocentes. Alors pourquoi Israël n'est-il pas intervenu de manière discrète, comme il a toujours su faire ? Car en principe, c'est le Mossad qui s'occupe discrètement de ce genre de criminels, non ? Pourquoi ici pas de justice ni du côté de la France ni du côté d'Israël, qui avait pourtant les moyens de retrouver ces assassins et de les traduire en justice en Israël même. Et personne n'aurait trouvé à y redire.
Donc les reproches tout à fait justifiés au gouvernement français pourraient être également faits au gouvernement israélien, ne croyez-vous pas ? Pourquoi Israël n'a pas réagi, n'a pas parcouru le monde entier à la recherche de ces criminels ?

Anonyme a dit…

Le corps du Palestinien a été retrouvé criblé de balles, à Bagdad

MG a dit…

La collaboration existait déjà quand la France a permis (facilité ?) la fuite du grand Mufti de France

Allouche Véronique a dit…

Comment se fait-il que les révélations d’Yves Bonnet datant du 30 janvier de cette année ne soient révélées qu’aujourd’hui? Un mystère de plus dans cette sombre affaire.

William a dit…

C'est un sport national d'être COLABO chez les français , surtout lorsqu'il s'agit de Juifs.

Anonyme a dit…

Independance de l'Algerie..5 juillet 1962 Rafle de quelques milliers de civils, femmes, hommes et enfants . Tous portés disparus au vu et su des représentants de l'etat français de l'époque ..Jamais aucune enquete n'a été faite à ce sujet ..Alors la France , vous voyez ce que je veux dire..