LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

mardi 9 juillet 2019

L'Evangile selon Linda Sarsour par Michèle MAZEL


L’ÉVANGILE SELON LINDA SARSOUR

La chronique de Michèle MAZEL 



Un petit palestinien à la peau cuivrée et aux cheveux crépus - elle parle de «woolly hair»  - : c’est ainsi que Linda Sarsour, elle-même née de parents palestiniens émigrés à New York et aujourd’hui figure de proue des Musulmans américains, décrit Jésus.  Agitatrice bien connue pour ses prises de position contre Israël et contre les Juifs, madame Sarsour clame que ce scoop, c’est du Coran qu’il est tiré. 



Ce qui est doublement intéressant.  On ne trouve ni le mot Palestine, ni a fortiori le mot palestinien dans cet ouvrage. Quant à la vie de Jésus, on sait que l’islam a largement puisé dans le Nouveau Testament et a fait sien le fondateur du christianisme, le transformant sous le nom d’Issa en prophète et précurseur de l’islam. Ni Palestine, ni palestinien ne figurent dans le Nouveau Testament et on y chercherait en vain une référence à des cheveux crépus, peu courants alors dans la région.
En revanche, on y trouve en abondance des références au fait que Jésus était juif. Et alors ? rétorque la dame : «Palestinien se réfère à la nationalité, pas à la religion. Les Juifs vivaient en coexistence pacifique avec les Palestiniens avant qu’il n’y ait un État d’Israël».  Mais on ne parle de Palestine ni dans le Coran ni dans le Nouveau Testament répète-t-on en vain. La députée Ilhan Omar, qui a prêté serment devant le congrès en robe palestinienne traditionnelle avant d’accuser les Juifs américains de double allégeance, avait déjà «retweeté» un article publié dans le New York Times par un chroniqueur afro-américain selon lequel Jésus était probablement un palestinien à la peau noire.
Ilhan Omar

Le New York Times avait été obligé de publier un rectificatif.   Comment comprendre cette obsession de dénier à Jésus sa judaïté et de faire de lui un palestinien ? C’est que si l’on admet que Jésus était juif, il faut bien reconnaître qu’il y avait des Juifs à l’époque en terre d’Israël. Et que donc il existe un lien historique irréfutable entre les Juifs et cette terre.  Ce qui dérange énormément la thèse des détracteurs de l’État juif pour lesquels ce lien n’existe pas. Il faut voir les scandaleuses résolutions de l’UNESCO déniant au judaïsme le plus petit rapport avec «l’esplanade des Mosquées» - et tant pis pour le temple de Salomon ou celui de Hérode, tant pis aussi pour les visites faites à ce dernier par ce même Jésus.
On le sait, ce «détail» n’a pas empêché les pays d’une Europe qui se voulait jadis très chrétienne de voter la résolution.  Quant à l’Autorité palestinienne, il y a longtemps qu’elle a fait de Jésus non seulement un palestinien, mais encore un bon musulman – mieux, le premier martyre palestinien : n’a-t-il pas été mis à mort pas les Juifs ? Là encore, inutile de souligner que ce sont les Romains qui l’ont crucifié sur l’ordre du gouverneur romain et que selon les évangiles «Jésus de Nazareth, roi des Juifs» figurait dans l’inscription affixée sur la croix.

Il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut surtout pas entendre. Mais au fond, pourquoi ne pas répondre à un scoop par un autre. Si les termes «Juifs» et «fils d’Israël» y apparaissent de nombreuses fois,  Bethléhem ne figure nulle part dans le Coran qui fait naître «Issa» au pied d’un palmier dans une location indéterminée.


5 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

Qu'il me soit permis d'évoquer l'Évangile selon André Chouraqui, "le premier en Israël à avoir traduit l'ensemble des livres du Nouveau Testament", et qui parlant de "la réalité de l'humanité de Iésoua", écrit :

"... De son humanité et aussi de son génie, à une heure où les perspectives promises à l'univers par l'Apocalypse ne sont plus des visions imaginaires. S'il est un recours contre l'universelle horreur des massacres qui se commettent ou qui se préparent, il ne se trouve que dans la tout-puissance de l'amour. Cette oeuvre l'affirme à nouveau : il ne sera de salut qu'à partir de notre renoncement à tout meurtre, à toute guerre, dans l'universelle réconciliation de l'homme avec l'homme, son frère.Il dépend de nous, de notre réveil et de notre relèvement, qu'au bout de la nuit s'incarne enfin l'utopie prophétique, avec la naissance d'un homme nouveau. Une terre nouvelle l'attend déjà.
Hommes, mes frères, il est temps de répondre à l'appel de l'amour !"

La Bible traduite et présentée par André Chouraqui - Desclée de Brouwer éditeur - achevé d'imprimer le 15 mars 1986

Unknown a dit…

Autre scoop: Joshua a été circoncis a l'age de 8 jours selon la tradition juive....et a été enterré selon la tradition juive. Entre ces deux dates, il etait Juif.

2 nids a dit…

La crétinerie à l'état "pur"...candidat suivant..!

DAVID a dit…

Je rajouterais même concernant Jésus que sa circoncision est la plus fêtée qui soit : car elle tombe le 1er janvier du calendrier grégorien.
En effet, Jésus selon la tradition chrétienne est né le 25 décembre et comme tous les nouveau- nés juifs, circoncis le huitième jour, c'est-à-dire le 1er janvier, le jour de l'an ! Jour de l'an que la terre entière fête avec moult réjouissances.

Gaston Premier a dit…

Le peuple palestinien n'existe pas. Pour exister, eux et leurs alliés nient l'histoire et la réinventent à leur sauce. Il s'agit de révisionnisme.
Ils répètent en boucle des mensonges en espérant qu'ils deviennent une vérité.
Mais les sunnites commencent à accepter Israel. Et peu à peu, les autres suivront.