LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

mardi 2 juillet 2019

L'émir de Daesh au Yémen a été capturé par les Saoudiens



Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps

Force spéciale

Les forces spéciales saoudiennes ont capturé le 3 juin 2019, Abu Osama al-Muhajir, leader de Daesh au Yémen, ainsi que son officier chargé des finances et plusieurs combattants. La capture a eu lieu dans une maison à al-Ghaydah, capitale de la province de l'est du Yémen. L’information a été diffusée après enquête approfondie sur les prisonniers et recherche des éventuels complices. D’ailleurs la véritable identité du leader reste à confirmer. 



Capture de l'émir

Al-Muhajir vivait dans une maison avec ses gardes du corps, leurs femmes et leurs enfants. Il était sous surveillance constante des Saoudiens depuis plusieurs semaines pour identifier les visiteurs et pour s’assurer des armes et des explosifs dont ils disposaient. La décision d’intervenir a été prise lorsque la totalité des renseignements a été collectée.
L’Arabie saoudite a choisi l’un des officiers de ses forces spéciales, parmi les plus compétents et c’est lui qui a ensuite constitué sa propre équipe expérimentée pour cette mission spéciale. Il n’a décidé d’intervenir que lorsque tous les déplacements quotidiens des terroristes ont été analysées. 
Le commandant de la mission a fixé l’opération au 3 juin 2019 à 9 h 20, le dernier jour du Ramadan. L’heure n’a pas été choisie au hasard. Généralement les musulmans prennent le sahur, repas juste avant l’aube, et se rendorment ensuite. Les horaires de sommeil des compagnons de l’émir avaient été étudiés avec précision pendant la phase de surveillance. Le commando voulait minimiser les dommages collatéraux afin de garantir la sécurité des trois femmes et des trois enfants vivant à l'intérieur de la maison.
L’opération n’a duré qu’une dizaine de minutes dans une surprise totale et elle n’a rencontré aucune résistance sérieuse de la part des combattants pris pendant leur sommeil. Toutes les personnes ont été arrêtées. Des armes, des munitions, des ordinateurs, des sommes d’argent en devises, des appareils électroniques et de communication et des GPS ont été confisqués. Le moment le plus délicat fut le transfert des prisonniers dans un endroit secret très protégé pour éviter d’éventuelles représailles de la part des terroristes de Daesh et des miliciens houthis. 
Les Saoudiens n’ont pas mentionné l’aide reçue de la part des États-Unis mais il est acquis que les Américains ont fourni des renseignements précieux et que les forces spéciales américaines ont prêté main forte aux troupes saoudiennes sous forme de «conseil et d'assistance».  Les États-Unis collaborent déjà dans des missions de lutte contre le terrorisme avec des troupes des Émirats arabes unis (EAU).
Il reste un doute sur l’identité de l’émir de Daesh. Certains le nomment Abou Osama al-Mohajir et d’autres Abou Oussama al-Masri, son nom de guerre égyptien. L’ONU le connait sous le nom de Abu Shaker al-Muhajir, certainement un pseudonyme. Né en 1988, il a été membre de l’Aqpa (Al-Qaïda dans la péninsule arabique) de 2010 à 2015. Il a ensuite quitté Al-Qaïda afin de rejoindre Daesh en 2015 pour en gravir les échelons et pour succéder, en 2017, à Muhammed Qanan al-Sayari qui avait été tué. Il a occupé le poste d’émir de Daesh au Yémen jusqu’à son arrestation.
Arrestation de l'équipe de l'émir

L’objectif de l’Arabie saoudite au Yémen consiste à soutenir le président Abdrabbo Mansour Hadi, reconnu par la communauté internationale, aux prises avec les rebelles Houthis, soutenus par l’Iran. Mais les Saoudiens restent très actifs face aux groupes djihadistes en collaboration avec les forces émiraties qui ont décidé de neutraliser totalement l’Aqpa. 

Attentat caserne Aden

L’organisation Daesh s’est distinguée au Yémen en organisant plusieurs attentats meurtriers dont celui contre une caserne d’Aden qui a fait 35 tués en décembre 2016. Mais elle est certes d’importance moindre qu’Aqpa avec qui elle a des relations conflictuelles. Les effectifs de Daesh ont beaucoup diminué ainsi que les camps d’entrainement. Le nombre de combattants se réduit et se concentre dans la zone de Zahra. En fait leur rôle n’est plus de combattre mais de protéger les responsables du groupe et les membres de leur famille. Peu d’étrangers se rendent au Yémen pour rejoindre Daesh car il manque d’un appui externe pour financer ses opérations.

Prince Khalid bin Salman

Le vice-ministre de la Défense saoudien, le prince Khalid bin Salman, a précisé que les opérations militaires au Yémen visaient à empêcher les groupes terroristes d'utiliser le pays pour déstabiliser la région. Pour lui : «La capture du dirigeant de Daesh au Yémen n'est que le dernier exemple de notre volonté d'éradiquer le fléau du terrorisme». L'Arabie saoudite est devenue le maillon fort de la communauté internationale dans sa lutte contre le terrorisme et la dernière opération est un coup sérieux pour l'organisation.


Aucun commentaire: