LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

samedi 8 juin 2019

Fanatisme religieux en Israël ou chez ses voisins ? par Michèle MAZEL



FANATISME RELIGIEUX EN ISRAËL OU CHEZ SES VOISINS ?

La chronique de Michèle MAZEL 




Mardi dernier 4 juin une partie du monde musulman célébrait dans l’allégresse l’Aïd el Fitr marquant la fin du mois de Ramadan. Pour l’autre partie, la fête ne commencerait que le lendemain. C’est dans ce groupe que se rangea l’Autorité palestinienne, car le comité palestinien de la Fatwa n’avait pas vu la nouvelle lune. A Hébron, la plus grande ville de Cisjordanie, la police de l’Autorité palestinienne a donc fait une descente musclée sur la mosquée Al Abrar où des membres du parti Hizb ut Tahrir, «Parti de libération», s’étaient réunis malgré tout pour fêter la fin du jeûne.


Action de l'AP

Ils ont été éjectés par la force tandis que plusieurs d’entre eux étaient roués de coups et jetés en prison. Pour le porte-parole du parti, Ibrahim al Tamimi, «La police palestinienne a commis un crime envers des douzaines de fidèles. Nous n’avons violé aucune loi et notre décision de mettre fin au jeûne du Ramadan était légitime».  Cette petite histoire qui, bien entendu, n’a pas trouvé d’écho en Occident est pourtant plus qu’un fait divers. Elle démontre une nouvelle fois à quel point l’Autorité palestinienne est inféodée à la religion. On se souvient qu’Abou Mazen s’était indigné que des fidèles juifs «viennent souiller de leurs pieds sales la sainte esplanade des Mosquées».
Mais, dira-t-on, n’est-ce pas le cas aussi en Israël où les extrémistes religieux donnent le ton ? Ne parle-t-on pas ces jours-ci de supplanter la loi des hommes par celle de la Torah ? Le Figaro justement rapporte que «le député israélien Bezalel Smotrich, chef d'une formation nationaliste religieuse qui convoite le poste de ministre de la Justice, a déclaré lundi que le pays devrait être régi par la loi juive, comme au temps de la Bible». Seulement ce ministère de la justice, il ne l’a pas obtenu.
Benyamin Netanyahu lui a préféré un membre de la communauté LGBT, ou en termes clairs, quelqu’un qui assume tranquillement son homosexualité. Amir Ohana est depuis longtemps le porte-parole d’une communauté dont il défend les droits à la Knesset. Son mariage avec son compagnon, intervenu à l’étranger, est reconnu en Israël, comme sont reconnus les deux enfants du couple nés d’une mère porteuse. Et aujourd’hui à Jérusalem la communauté LGBT organise sa grande marche annuelle à travers des rues pavoisées de leurs drapeaux arc-en-ciel par une municipalité pourtant de droite et reposant sur une coalition avec les partis religieux.
Amir Ohana

Au fond, quoi de plus naturel en ce siècle des droits de l’homme, diront certains, oubliant que le mariage homosexuel est loin d’être universellement admis et que la religion juive voit dans l’homosexualité une transgression passible de la peine de mort : «Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme. C'est une abomination» ( Lévitique 18). Si la législation israélienne ne tient pas compte de cet interdit, il n’en est pas de même dans les pays de l’islam où   les homosexuels sont toujours passibles de lourdes peines allant de l’incarcération à la mort par lapidation. On sait que l’Iran a exécuté plusieurs homosexuels par le passé.  

2 commentaires:

yvets a dit…

les occidentaux ne voient que ce qui les arrange et en particulier quand il s'agit d’Israël

Véronique Allouche a dit…

La nomination d’un nouveau ministre de la justice, homosexuel assumé, ne doit pas faire oublier le projet d’accord entre le Likoud et Yahadout Hatorah qui autorisait la séparation des hommes et des femmes dans les services publics et les événements publics. Cette loi devait entrer en vigueur dans les 90 jours après les élections.
Benett a été limogé par Bibi. Qui pour le remplacer si ce n’est Peretz, un religieux bon teint qui est apparemment promis au poste. Avec lui que va devenir l’ Éducation Nationale?
Ce n’est pas en montrant du doigt nos voisins que l’on occulte la puissance des religieux dans ce gouvernement.
Cordialement