LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

mardi 4 juin 2019

Ecolos, les clefs d'un succès par BAZAK



ÉCOLOS, LES CLÉS D’UN SUCCÈS
Par BAZAK

Jadot sur le podium

Maintenant que les partis écolos ont franchi avec succès la porte du parlement européen, pour être à la hauteur de leurs ambitions, ils vont devoir annoncer la couleur. Les clés de leur percée peuvent être analysées comme suit. La redistribution des cartes met déjà en évidence deux points majeurs :
1.      Il n’y a plus de majorité absolue, telle qu’elle a existé depuis l’origine. Ce qui va nécessairement se traduire par des alliances, durables ou ponctuelles. On aura besoin des Verts.



2.      Avec des nuances, parfois subtiles pour les non initiés, tous les partis proclament qu’ils ont l’écologie chevillée au corps.
La motivation sur la protection du climat, la protection de l’environnement, les énergies renouvelables, l’opposition à l’emploi des produits chimiques dans l’agriculture, des hormones et autres produits dans l’alimentation, sont autant de sujets au cœur des préoccupations de tous les citoyens. La médiatisation permanente qui en est faite, les vidéos virales sur le net ont définitivement été des arguments qui ont amené aux urnes une très large proportion d’électeurs jeunes de moins de 35 ans, particulièrement les primo votants qui se sont très peu reconnus dans les partis en lice et les moins jeunes.

C’est un premier enseignement. On le voit bien dans la montée en puissance constatée, plus particulièrement en Allemagne où ils ont obtenu 20% des votes, ainsi qu’en France où ils arrivent en 3° place, largement devant les anciens partis. Il faut se rappeler que le vote proportionnel à un tour leur est beaucoup plus favorable que dans une élection à deux tours, sans proportionnelle.
Les grands partis, à des degrés différents, ont inclus l’écologie dans leur programme au même titre qu’une grande surface nous propose toutes sortes de produits mais sans être compétente ou spécialisée dans un secteur. Les électeurs ont préféré la compétence et la crédibilité des Verts plutôt que les partis fourre-tout. C’est un deuxième enseignement. Comparativement, en 2014, les questions de sécurité sociale, de revenus, de paix en Europe tenaient la première place, alors que le climat ne concernait que 20 à 25% des électeurs.
Les partis écolos ont sans doute le mieux compris le sens de cette élection et donc l’intérêt qu’il y avait à se concentrer sur les sujets strictement écologiques plutôt que d’en faire une compétition nationale. Ils ont surtout compris que de vouloir à tous prix s’inscrire dans cette compétition ne leur aurait pas permis de gagner autant de voix.
Les écolos ont su dégager plusieurs axes qui ont trouvé un large écho parmi les jeunes d’abord, les familles avec enfants et d’autres couches de la population, chacun y trouvera, au moins en partie, son compte au point de vue du programme. Pour la mise en œuvre, c’est une autre question.
Mine charbon Allemagne

Se rendre indépendant des énergies fossiles et diminuer la diffusion du CO2. Revoir toute la politique agricole, y compris la protection des animaux. Sur ce dernier point, on doit souligner le succès obtenu par la liste animalière qui a obtenu plus de 2%, sans aucun moyen financier, se plaçant devant plusieurs partis. Bâtir une Europe sociale seule susceptible de constituer un véritable ciment européen, harmoniser les conditions de vie, les conditions de salaires, la fiscalité.
La question de l’énergie est un sujet très difficile, on le voit bien. L’Allemagne doit en finir avec ses centrales à charbon, pendant que la France recule régulièrement l’horizon auquel on cessera d’être nucléaire.
Ministres AE de l'Europe

Mise en œuvre d’une politique étrangère commune, alors qu’actuellement il y a 27 ministres des affaires étrangères et une haute représentante pour la politique étrangère de l’UE. Question des plus complexes, quand on voit actuellement les problèmes posés par l’OTAN et son financement et la pression US. Il en va de même pour toutes les autres fonctions ministérielles. L’hydre européenne n’est pas en mal de représentations. Adoption d’une politique pacifique, pour ne pas dire pacifiste et arrêt des ventes d’armes aux dictatures et régions en conflits. En clair, on ne vendrait soit pas d’armes du tout, soit uniquement à des fins défensives. Ce sujet est des plus débattus, quand on sait son importance notamment en France.
Liberté de penser, d’expression, de circulation, lutte contre les discriminions de toutes nature, celles contre la presse, contre les LGBT, respect des droits des femmes. Indépendance de la justice, liberté de la presse.
Développement du monde digital au profit de tous, contrôle strict des données personnelles avant que ce ne soient les grands groupes qui les contrôlent et les citoyens avec elles. Rendre les jeunes indépendants de leurs parents, étendre ERASMUS à tous sans restriction.
En matière de décisions, laisser les États et les régions régler leurs problèmes et n’attendre une intervention des institutions de l’UE uniquement si c’est indispensable.
Pour exister, le groupe écolo doit nécessairement participer à des alliances. Il devra faire de grands efforts pour partager les décisions des majorités qui verront le jour, sans pour autant adopter la totalité du programme écolo. Ce groupe se trouvera donc devant des choix politiques qui lui poseront problèmes car tous les États ne sont pas sur la même ligne.  Un succès électoral national ne doit pas masquer les rapports de force européens, tant s’en faut. Avec 70 députés sur 751, il est clair que les écolos, devront s’accommoder à d’autres couleurs que le vert. A quand un slogan pour l’Europe, EUROPE FIRST !


Aucun commentaire: