LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

dimanche 14 avril 2019

Petites nouvelles d'un Moyen-Orient agité par Michèle MAZEL



PETITES NOUVELLES D’UN MOYEN-ORIENT AGITÉ


La chronique de Michèle MAZEL




Après les dures journées d’affrontement du mois de mars, un étrange cortège a quitté la bande de Gaza ce dimanche à destination de la Jordanie. Soigneusement encadrés par les forces de sécurité israélienne, les animaux faméliques du zoo de Gaza, trois lions adultes et deux lionceaux, 4 autruches, trois paons, deux loups et une hyène, partaient chercher une vie meilleure dans le royaume hachémite. Pour une fois honnêtes, les responsables de l’établissement accusaient l’Egypte et Israël qui, par leur blocus, avaient provoqué ce triste résultat.



Ils se gardaient pourtant bien d’évoquer la politique suicidaire du Hamas prêt à sacrifier non seulement les bêtes mais encore les hommes dans son combat sans merci contre le voisin hébreu. Parmi les évacués, les plus heureux étaient sans doute les deux lionceaux. La direction du Zoo leur avait coupé les griffes pour permettre aux Gazaouis de faire des selfies sans crainte.
En Jordanie un gouvernement éclairé et épris des droits de l’homme – mais pas de ceux de la femme – vient d’autoriser des dérogations à l’âge minimum - 18 ans - auquel les demoiselles du royaume peuvent convoler en justes noces. Désormais ce sera possible dès qu’elles auront 15 ans révolus.  Pour mémoire, en 2017 un peu plus de 13 % des jeunes épousées avec moins de 18 ans.
Ozcan Deniz 

 Pendant ce temps en Israël on a vu des scènes d’hystérie collective lors de la trop courte visite de la nouvelle idole des dames. Il est turc, il a un nom imprononçable - Ozcan Deniz – mais pour toutes c’est Farouk, le héros de la série la plus regardée, «La mariée d’Istanbul»,  soap opéra diffusé en version originale sous-titrée par la télévision israélienne. En cette période de grande tension entre la Turquie et Israël, la super star a accepté moyennant un tout petit million de dollar de venir se produire deux soirs de suite sur la plus grande scène d’Israël. Nul doute qu’il avait obtenu le feu vert d’Ankara qui, tout en vociférant contre l’Etat hébreu, encourage vigoureusement les touristes israéliens.
Gardiens de la révolution

Quant au président iranien, il s’indigne de voir le président américain déclarer que ses Gardiens de la Révolution, fers de lance du régime des Ayatollahs et à la pointe d’activités terroristes à travers tout le Moyen Orient, constituaient une organisation terroriste, et a rapidement trouvé la réponse. Les Américains ont osé qualifier ainsi ce corps d’élite ? Eh bien les Iraniens, eux, proclament que c’est toute l’armée américaine qui est une organisation terroriste.  
On pourrait en rire si ce n’était pitoyable. D’autant que Mohammad Jawad Zarif, ministre des Affaires étrangères, démissionnaire mais toujours en place, se plaint que du fait des sanctions américaines le peuple iranien ne peut recevoir les équipes de secours qui viendraient en aide aux zones durement touchées par des pluies torrentielles. Il est vrai son pays consacre l’essentiel de ses ressources à la réalisation de son rêve de croissant chiite dans tout le Moyen-Orient et qu’il ne lui reste plus assez d’argent pour s’occuper de ses propres citoyens.


Aucun commentaire: