Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE

 

jeudi 21 mars 2019

Massacre dans les mosquées de Christchurch, et d'ailleurs par Michèle MAZEL



MASSACRE DANS LES MOSQUÉES DE CHRISTCHURCH, ET D'AILLEURS 

La chronique de Michèle MAZEL




Horreur, opprobre, effroi. Pour une fois à l’unisson, le monde entier condamne la sanglante attaque perpétrée dans deux mosquées de Christchurch par un tueur partisan de la «suprématie blanche» qui voulait protester contre les migrants envahissant selon lui la Nouvelle Zélande. Hommes, femmes en prière ; jeunes enfants que les parents n’avaient pu laisser à la maison.  Partout démonstrations spontanées et mouvement de solidarité viennent réconforter une communauté endeuillée et comme frappée au cœur. 


  
La première ministre est venue se recueillir sur les lieux du drame, un voile noir sur les cheveux par respect pour la religion musulmane. La communauté juive locale se déclare solidaire, ferme symboliquement ses synagogues et apporte nourriture et vêtements aux survivants. Pourtant déjà en Europe, on montre du doigt les méfaits de l’islamophobie ; à New York, Chelsea Clinton – la fille de l’ancien président démocrate Bill Clinton ! -  qui participait à une veillée à la mémoire des victimes, a été prise à partie par un groupe d’étudiants l’accusant d’avoir en quelque sorte «contribué» au massacre par ses prises de position contre l’antisémitisme. Une étudiante lui a jeté à la figure que 49 personnes étaient mortes à cause de ses propos.  Les mouvements propalestiniens saisissent l’occasion pour «déceler» l’empreinte de Netanyahu dans l’attaque.


Entendons-nous bien. Il n’y a pas de mots assez durs pour condamner cette folie meurtrière tournée contre des citoyens paisibles en prière.  
Il y a pourtant eu, il n’y a pas si longtemps, un autre massacre dans une mosquée. Un massacre qui a fait au moins 311 morts et plusieurs centaines de blessés. Là encore, des hommes, des femmes et des enfants venus prier ce vendredi 24 novembre 2017 comme ils le faisaient chaque semaine.  Des Musulmans évidemment.  Ce jour-là, ce sont d’autres Musulmans qui sont arrivés pour les massacrer. Ils ont positionné leurs camions devant la mosquée, fait exploser une bombe à l’intérieur puis ont tiré, tiré, tiré sur les fidèles affolés qui cherchaient à fuir.
Attaque mosquée Al Rawdah

Cela s’est passé en Egypte, dans une petite localité de la péninsule du Sinaï. La mosquée Al Rawdah était d’obédience soufie comme la plupart des fidèles ; les assaillants appartenaient à la mouvance de l’Etat islamique. Les uns et les autres acceptent le Coran et vénèrent la même divinité et son prophète.
Bien sûr, le drame a fait la une des médias. On s’est indigné. On a même éteint le soir la Tour Eiffel en guise de solidarité. Le président Macron a présenté ses condoléances «aux familles des victimes et aux autorités». Le ministre des Affaires étrangères «a appris avec effroi l’ignoble attentat».  Son homologue britannique Boris Johnson s’est dit «profondément attristé par cette odieuse attaque». Ni les uns ni les autres n’ont désigné clairement les coupables et leur motivation. 

Terreur blanche de Michel Kichka

Il n’y a eu que Donald Trump pour condamner explicitement l’idéologie extrémiste qui anime le terrorisme islamique. Les victimes ont été vite oubliées.  Comme sont oubliées, quand elles ne sont pas passées sous silence, les attaques des Sunnites contre des mosquées chiites et celles des Chiites contre des mosquées sunnites.   
Une fois encore, la triste réalité médiatique fait que lorsque des Musulmans tuent des Musulmans, les victimes ne font pas recette. Personne ne se hasarde à se pencher sur l’idéologie mortifère qui jette croyant contre croyant au nom d’un même Dieu.


1 commentaire:

Véronique Allouche a dit…

« Personne ne se hasarde à se pencher sur l’idéologie mortifère qui jette croyant contre croyant au nom d’un même Dieu. » ...effectivement parce que leur idéologie ne nous concerne pas tant qu’elle ne nous touche pas. En revanche l’islamophobie fait recette dans les contrées occidentales puisque à l’occasion des attentats perpétrés contre les musulmans par les suprémacistes de nombreuses voix s’élèvent, à juste titre, pour les condamner.
Néanmoins Cette condamnation unanime fait l’affaire de la gauche bien-pensante car elle lui permet à cette occasion de grossir le trait de l’extrême-droite, faisant passer au second plan les nuisances de l’islam contre l’occident.
Bien à vous