Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE

 

vendredi 29 mars 2019

L'émergence du tigre vietnamien par Dov ZERAH



L’ÉMERGENCE DU TIGRE VIETNAMIEN


Le point économique de  Dov ZERAH



Il y a trois semaines, je vous ai parlé du sommet de Hanoï entre le Président Donald Trump et le dictateur nord-coréen Kim Jong-un. Le choix de Hanoï, la capitale vietnamienne, représentait pour les nord-Coréens plus qu’un symbole. Dans leur démarche de trouver le modèle de développement économique qui préserve la dynastie et le parti communiste, les dirigeants nord-Coréens s’inspireraient de l’exemple vietnamien.



Avec une superficie de plus de 330.000 km², le Vietnam a, à l’ouest, des frontières avec le Cambodge et le Laos, et, au nord, avec la Chine ; sa façade orientale est bordée par la mer de Chine, le golfe du Tonkin et le golfe de Thaïlande.
Le Vietnam est un vieux pays dont l’histoire remonte à près de 3.000 ans avant notre ère, une histoire régulièrement ponctuée par des conflits avec le grand voisin du Nord, la Chine qui a occupé son voisin pendant plus de mille ans jusqu’en 932. Seule la nécessité de combattre la France de 1945 à 1954, puis les Etats-Unis jusqu’en 1975 explique l’acceptation de l’aide économique et militaire chinoise.
Mais, dès la chute de Saigon en 1975 et le départ des Américains, la rivalité ancestrale avec la Chine a refait surface :
Indirectement du fait de la situation au Cambodge
Directement, avec un conflit militaire de durée entre les deux pays en 1979
Les 4.200 km² d’eaux territoriales sont sujettes à de nombreuses contestations chinoises
Ironie ou clin d’œil de l’histoire, la Vietnam accepte aujourd’hui l’aide américaine, et a même ouvert ses bases navales à la marine des Etats-Unis. En 1975, le Vietnam sort complétement exsangue de 40 ans de guerre. Il faudra néanmoins attendre une dizaine d’années pour que le pays engage un aggiornamento économique et amorce son retour dans la communauté internationale, avec notamment son entrée au Fonds monétaire international et à la Banque mondiale en 1991-92. 
L’économie va progressivement être libéralisée ; parallèlement, l’ouverture sur l’extérieur s’accompagne d’un contrôle strict de la société par le parti communiste. Le parti unique avait la hantise d’éviter la réédition des événements chinois de juin 1989, survenus sur la place Tien An Men, avec l’armée tirant sur les manifestants.

Le pays s’est parfaitement intégré dans l’espace économique asiatique en accueillant les entreprises sud-coréennes et japonaises, et en cantonnant les chinoises pour éviter de devenir un sous-traitant de l’encombrant voisin. Le pays a ainsi pu rejoindre l’Organisation mondiale du commerce en janvier 2007.
En une dizaine d’année, le Vietnam va connaître son décollage économique, la croissance économique passant de 4,7% en 2001 à 7,6% en 2007, avant de connaître un léger tassement avec la crise de 2008 et un taux de croissance de 6,3%, 5,3% en 2009, avant de remonter à 6,8% en 2010, et rester quasiment à ce niveau tout au long de la décennie. Il enregistre sa plus forte croissance de la décennie en 2018.
En soixante-dix ans, l’Asie a produit de nombreux modèles pour sortir du sous-développement : après le Japon, «les quatre dragons» de la Corée du Sud, Hong Kong, Singapour et Taïwan, le «tsunami» chinois, la révolution indienne par les services… la dernière génération a donné «les bébés tigres» de la Malaisie, de la Thaïlande et du Vietnam…Une succession de success stories qui a déplacé le centre de gravité du monde vers l’Asie, marginalisant l’Afrique, l’Amérique latine, le monde arabe, voire l’Europe…
L’évolution économique du Vietnam se caractérise par 
La transition démographique après une très forte croissance ; un peu moins de 100 millions d’habitants contre 28 millions en 1950, et 74 millions en 1995. La population a quadruplé en 70 ans.
Cela a permis d’effacer les conséquences humaines des guerres et d’avoir une population jeune propice au dynamisme de la société.
Cette main d’œuvre abondante et qualifiée est une des raisons du succès et du positionnement du pays sur les services ou des produits à haute valeur ajoutée, comme les smartphones, et les tablettes.


Avec une densité de près de 300 habitants au km², le pays peut mieux rentabiliser ses investissements publics, tout en ayant d’importants problèmes de gestion de l’espace et de l’aménagement du territoire.
L’évolution de la répartition des activités selon les secteurs d’activité, avec un secteur primaire à 22 %, le secondaire à 40 % et le tertiaire à 38 %
Un secteur agricole particulièrement développé :
Avec, en 2018, un peu plus de 40 millions de tonnes et la cinquième production de riz au monde, le Vietnam est néanmoins le deuxième exportateur avec un peu plus de 7 millions de tonnes.
Avec près de 30 millions de tonnes de café durant la campagne 2017-2018, le Vietnam est devenu le premier producteur au Monde de Robusta, et le second de café, toutes catégories confondues.
Avec de très importants découvertes d’hydrocarbures, le secteur pétrolier connaît un développement significatif.


Comme souvent en pareille situation, la croissance s’accompagne de déséquilibres, inflation qui accentue les inégalités sociales et la paupérisation, une situation dégradée des entreprises publiques, et la dette publique. Le gouvernement doit veiller pour éviter tout risque de rupture.

1 commentaire:

Marianne ARNAUD a dit…


J'aurais sans doute pu prendre du plaisir à lire que "cette main d'oeuvre abondante et qualifiée est une des raisons du succès et du positionnement du pays sur... les smartphones et les tablettes", si seulement l'image de mon oncle n'était pas venue se superposer à vos mots, pour me rappeler sa carrière comme médecin de l'Assistance Médicale Indochinoise, les nombreux postes qu'il avait occupés à travers tout le pays, depuis le premier au bagne de Poulo Condor en 1927, jusqu'au dernier, comme médecin-chef de la province de Chaudoc de 1940 à 1945. Puis qu'il avait été rapatrié sanitaire vers la France, avec sa femme et ses quatre enfants, et qu'il état mort à Toulon, en débarquant du Pasteur, après avoir consacré sa vie à l'Indochine.

Avec mes regrets.