Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE

 

lundi 4 mars 2019

Et les églises ? Pourquoi ne parle-t-on pas des églises ? Par Michèle MAZEL



ET LES ÉGLISES ? POURQUOI NE PARLE-T-ON PAS DES ÉGLISES ?

La chronique de Michèle MAZEL



Les commentaires, moderne voix du peuple, se déchaînent après chaque article évoquant un nouvel «incident» antisémite. Sans se préoccuper de nommer leurs sources, ils évoquent des dizaines, voire des centaines d’attaques contre prêtres et églises catholiques. Inscriptions haineuses, exemples de vandalisme mineur ou majeur et violences envers des curés de paroisse. Pourtant, reprennent en cœur les commentateurs, la presse passe largement sous silence ces manifestations de haine envers une religion qui est encore celle de la majorité des Français. 



Tout au plus y consacre-t-elle un entrefilet dans les éditions locales. Pourquoi un tag sur un magasin juif à Paris mérite-t-il de longs développements dans tous les quotidiens de France et des discussions enflammées sur tous les plateaux de télévision, alors que des inscriptions de même nature sur un édifice du culte catholique ne provoquent pas la même levée de boucliers ? Il faut un événement d’une exceptionnelle gravité, comme le meurtre du père Hamel, attaqué et assassiné dans son église devant des paroissiens épouvantés par deux terroristes islamiques, pour que les médias se mobilisent.
Lorsqu’un cimetière juif est profané, les pierres tombales brisées ou marquées de Svastika, c’est toute la classe politique qui s’en émeut et les ministres s’empressent de sauter dans leurs voitures pour apporter leur soutien et proclamer devant les caméras leur indéfectible soutien au combat contre l’antisémitisme.  S’agit-il d’un cimetière «ordinaire» ? Le vandalisme, selon ces commentateurs, ne méritera qu’une mention en passant.

Anne-Sophie Chazaud

Une position que semble conforter une tribune du Figaro. «À quoi bon défendre les Chrétiens ? Ça ne rapporte rien !» - tel est le titre désabusé de cet article paru le 14 février   sous la signature d’Anne-Sophie Chazaud, chroniqueuse du magazine Causeur. Selon cette tribune, «En 2017, sur 978 lieux de culte attaqués, 878 étaient chrétiens. Ce chiffre vertigineux n’a pourtant pas jusqu’ici suscité d’indignation officielle à la hauteur du phénomène».
Le fait est qu’on n’entend pas beaucoup la hiérarchie catholique s’exprimer sur le sujet.  D’où la question qui se pose : pourquoi cette apparente indifférence qui ne semble indigner que tous ces anonymes qui postent leurs commentaires dans les grands quotidiens. Surtout, pourquoi ces attaques contre les églises ? S’agirait-il de manifestations modernes du vieil anticléricalisme primaire cher à la Troisième République et qui n’a pas encore disparu ?  S’agirait-il au contraire de s’opposer à ces identitaires que sont les Chrétiens ? Certains parlent d’un «laïcisme intégriste».


Mais alors pourquoi cette réticence de l’Église à dénoncer ces courants ? Il y aurait peut-être une autre explication. Le fanatisme islamique qui s’emploie à mettre fin à deux mille ans de présence chrétienne au Moyen-Orient a aujourd’hui franchi la Méditerranée. Relayé par des centaines de réseaux satellitaires et quelques prêches extrémistes, n’est-ce pas lui qui motive non seulement les attaques contre les Juifs et leurs institutions mais encore les attaques contre les églises en France comme il le fait en Égypte par exemple ? Une hypothèse que personne pourtant ne se hasarde à formuler.


5 commentaires:

Gérard AMSELLEM des Bastides a dit…

Il n’y a que les juifs qui en parlent....silence radio des dignitaires de l’Eglise empêtrés dans leurs histoires de sexe entre pédophilie et homosexualité.

Véronique Allouche a dit…


«À quoi bon défendre les Chrétiens ? Ça ne rapporte rien !» titre Le Figaro.
Et si les défendre rapportait une guerre civile entre chrétiens et musulmans ? Car en effet s’émouvoir des faits antisémites ne représente aucun danger pour la cohésion nationale. Les juifs sont si peu nombreux qu’on les voit mal prendre les armes... mais imaginons un instant des millions de chrétiens se révolter. La paix civile serait alors en danger et c’est ce qu’à tout prix les gouvernements successifs et le clergé veulent éviter.
Jusqu’au jour où.....
Bien cordialement

Ingrid Israël-Anderhuber a dit…

Vous dites : "Pourtant, reprennent en cœur les commentateurs, la presse passe largement sous silence ces manifestations de haine envers UNE RELIGION QUI EST ENCORE CELLE DE LA MAJORITE DES FRANCAIS."

Or, si cela était, c'est-à-dire si le catholicisme était vraiment la religion de la MAJORITE des Français, ET si les Catholiques étaient vraiment des Chrétiens, il n'y aurait jamais eu l'extension du halal comme c'est le cas aujourd'hui en France où un citoyen est obligé d'en arriver à demander à tout boucher non musulman si la viande qu'il vend est bien NON HALAL. En effet, le halal étant un rite CULTUEL musulman, un Chrétien ne peut donc pas consommer de la viande halal, conformément à l'enseignement biblique qui dit, par la bouche de l'apôtre Saul-Paul :
"Car le Saint-Esprit vous enjoint de vous abstenir des viandes sacrifiées aux idoles..." (Livre des Actes, chap. 15, v. 29).
Or Allah, le dieu de l'islam, n'étant pas le Dieu de la Bible, automatiquement il est donc une idole et par conséquent tout ce qui est halal n'est pas consommable pour les Chrétiens, pas plus d'ailleurs qu'est praticable tout ce qui est musulman. Les Chrétiens authentiques pratiquent non pas le Catholicisme mais l'enseignement biblique de Jésus, qui n'a rien à voir avec l'islam...

En outre, si la majorité des Français était catholique et si les catholiques étaient vraiment des Chrétiens, il n'y aurait pas non plus eu la loi sur l'I.V.G., ni la reconnaissance et l'approbation nationale de l'homosexualité, le mariage gay... Car un Chrétien ne peut pas approuver ce que Dieu désapprouve...

Par ailleurs, si "la PRESSE passe largement sous silence ces manifestations de haine envers une religion...", c'est parce que la PRESSE ET LA MAJORITE des Français sont en fait laïcs, c'est-à-dire "mangent à tous les râteliers" religieux et non-religieux sans faire la différence ou la distinction de quoi que ce soit, peut-être pour certains par IGNORANCE mais sûrement pour la plupart des Français tout simplement par REJET des valeurs éthiques divines judéo-chrétiennes BIBLIQUES...

Marianne ARNAUD a dit…


@ Ingrid Israël-Anderhuber

Si vous me le permettez, j'aimerais ajouter quelques remarques à votre commentaire. Jusqu'à aujourd'hui le catholicisme est toujours reconnu comme étant la religion majoritaire des Français, car les deux tiers d'entre eux se reconnaissent comme catholiques, même si effectivement ils ne sont que 5% à fréquenter les églises tous les dimanches.

Pour ce qui est de "l'extension du halal", le croirez-vous, j'ai cherché en vain des prescriptions alimentaires dans le "Catéchisme de l'Église catholique", je n'ai RIEN trouvé, même pas le fameux poisson du vendredi !

Quant aux lois sur l'IVG, le mariage homosexuel, etc, ces lois ont été promulguées par les parlementaires sans que les Français n'aient eu à se prononcer. Je pense que la loi sur l'IVG serait passée car elle répondait vraiment à une détresse des femmes à une période où la contraception n'existait pas ou peu. Quant au "mariage pour tous", c'est loin d'être sûr, si on se remémore ces millions de personnes manifestant contre cette loi.

Et enfin, j'aimerais attirer votre attention sur notre loi sur la laïcité - que beaucoup nous envient - elle trouve son origine dans les Évangiles (Luc XX 20-26,
Marc XII 13-17, Matthieu XXII 15-22) : "Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu."

Cordialement.

Véronique Allouche a dit…

Bravo Marianne pour cette mise au point!!
Bien cordialement