LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

jeudi 14 mars 2019

En Israël, les petits partis faiseurs de roi 1/ Moshé FEIGLIN



Israël élections avril 2019

EN ISRAËL, LES PETITS PARTIS FAISEURS DE ROI

1/ Zehout de Moshé FEIGLIN

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright ©  Temps et Contretemps

            

          On se polarise dans les sondages sur les résultats des deux grandes listes mais une certitude évidente, quelques petits partis décideront du choix du premier ministre car les écarts entre Netanyahou et Gantz sont faibles. Les sondeurs négligent à tort quelques leaders charismatiques qui ne font pas les gros titres des media mais qui ont une capacité de persuasion auprès d'une certaine catégorie de la population, à la recherche de changement.


Moshé Feiglin sur le Mont du temple

            Moshé Feiglin, né le 31 juillet 1962, est un contestataire né , surtout depuis son opposition aux accords d'Oslo ce qui lui a permis de quitter l’anonymat du jour au lendemain. Il a été jugé et condamné pour sédition en 1997 après avoir poussé la population à ne pas respecter la loi. En 2000, il a rejoint le Likud et fut élu député du Likud à la 19e Knesset entre 2013 et 2015 occupant entre autres le poste de Vice-Président de la Knesset. 
          Concurrent dangereux, Netanyahou a tout fait pour le marginaliser ce qui explique que leurs rapports ne sont pas au beau fixe. En 2015, voyant qu'il n'arrivait pas à crever le plafond de verre, Feiglin quitta le Likoud pour fonder son nouveau parti Zehout (identité). Il a servi comme capitaine dans une unité combattante du génie ce qui explique sa proximité avec les militaires.
            Il siège sans aucun doute à l’extrême-droite de l’échiquier politique mais est foncièrement en opposition avec le premier ministre. En revanche il est Gantz compatible si l’on tient compte de certains éléments de son programme.  Il ne mettra jamais sa voix dans une motion de censure contre le parti Bleu-Blanc parce qu’il respecte les militaires. 


          Ses collistiers sont dans l'ordre Haim Amsellem, Gilad Alper, Ronit Dror, Libby Molad et Shai Malka. Il faut noter que sa liste est originale avec la présence en deuxième position d’un transfuge de Shass, Haïm Amsalem, qui a compris depuis longtemps que les jeunes orthodoxes doivent s’intégrer au sein de la population, en travaillant et en faisant le service militaire ; la yeshiva étant, selon lui, réservée aux meilleurs talmudistes. En fait, iconoclaste, Amsalem est un orthodoxe moderne


            Bien sûr les tirades électorales n’ont qu’une durée de vie limitée, mais elles donnent au moins l’orientation de la politique souhaitée par le parti.  Ainsi Moshé Feiglin a fait le procès de Netanyahou dans un terrible réquisitoire à base d’une anaphore consistant à commencer ses phrases par la même expression : «il doit partir». On voit mal comment il pourrait s’intégrer dans une coalition avec le Likoud sauf à renier en bloc ses convictions :
«Il ne fait aucun doute que Netanyahou est poursuivi. Mais qui s'en soucie? Netanyahou ne doit pas partir à cause des cigares et du champagne. Il doit partir parce qu'un jeune couple ne peut pas acheter un appartement en Israël. Il doit partir parce qu'il insiste pour décider pour moi où et ce que mon enfant devrait étudier. Il doit partir car il y a à peine un mois, il a déclaré qu'il serait prêt à envoyer mon fils pour mettre sa vie en danger à la conquête de Gaza, simplement pour le transférer d'un terroriste à un autre. Il doit partir parce que nous travaillons les heures les plus longues de l’Ouest, nous gagnons le moins et payons le plus. Il doit partir car en échange de sa séance photo avec Gilad Shalit, il a libéré des milliers de meurtriers, qui ont déjà assassiné plus d'une centaine d'Israéliens et sont aux commandes du Hamas à Gaza. Netanyahou doit partir parce qu'Israël occupe la 57e place de l'indice de facilité de faire des affaires. Mais il semble occuper la première place dans les règlements, les normes, les lois, les comités, le copinage, le favoritisme et les lobbyistes. Il doit partir parce qu'il a cédé aux copains et aux fonctionnaires corrompus qui empêchent la légalisation - pendant que les malades continuent de mourir. Il doit partir à cause de fausses accusations et de dizaines de pères divorcés qui se suicident chaque année devant un système judiciaire insidieux qui les sépare de leurs enfants. Il doit partir car une voiture ici coûte deux fois plus cher que dans le reste du monde. Netanyahou doit partir à cause de tous les incroyables jeunes Israéliens qui ont servi dans des unités d'élite, mais ont estimé que l'État les étranglait et ont quitté le pays. Netanyahou a raison. Ils le traquent. Mais il doit partir, car ils quittent une terre brûlée d'une société divisée, dépourvue de vision et d'espoir. Il doit partir parce qu'il a transformé l'israélisme en quête d'un succès sans compromis - d'une société dont l'ensemble est plus petit que la somme de ses parties. Netanyahou devrait nous libérer de son interminable et stérile guerre d'arrière-garde. Netanyahou doit partir parce que nous en avons marre de protéger les terroristes».
            Terribles mots, terrible accusation, terrible constat d'un homme convaincu de droite ! Il s’agit d’un texte qu’aucun homme de progrès ne pourrait renier. Bien sûr les militants du Likoud vont s'acharner sur Feiglin pour le traiter de gauchiste, de traître peut-être. Mais face à cet homme, ils vont se ridiculiser car l’accusation  sera fantaisiste puisque Moshe Feiglin représente les derniers vestiges du Likoud libéral, de l'idéologie de Zeev Jabotinsky, du respect absolu et de l'égalité pour les Arabes d'Israël au point d’être une révélation pour les jeunes partisans laïcs du centre-gauche. Il souligne qu'il est avant tout libéral en matière de séparation de la religion et de l'État et qu'il est un fervent partisan de la légalisation de la marijuana.

3 commentaires:

V. Jabeau a dit…

Ce texte de Feiglin est magnifique. On dirait vraiment ce que pourrait dire un Bernie Saunders de Donald Trump. On pourrait rajouter que Netanyahu est copain avec des dictateurs et ça décrédibilise Israël.

Michael Khelifi a dit…

Faut arrêter d utiliser le terme extrême droite à tort et à travers

Jacques BENILLOUCHE a dit…

@Khelifi

Il n'y a rien de péjoratif. Il s'agit d'une position géographique. Sachant que le Likoud est à droite, comment définir ceux qui sont à la droite de la droite ?