Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE

 

mercredi 20 février 2019

La bataille de Huawei par Dov ZERAH



LA BATAILLE DE HUAWEI

 Le point économique de  Dov ZERAH


   

Depuis son arrivée à la Maison Blanche, Donald Trump considère que la Chine est dangereuse avec :
- Ses visions hégémoniques en mer de Chine qui compliquent les relations avec de nombreux pays asiatiques comme le Japon, les Philippines, ou le Vietnam
- Ses prétentions sur de nombreux pays par l’intermédiaire des «routes de la soie»




Ses pratiques commerciales jugées déloyales, et justifiant l’augmentation de certains droits de douane
- Ses dumping social, écologique et monétaire
- Ses soutiens à des pays problématiques comme le Venezuela ou l’Iran…
     Cela a conduit Donald Trump à multiplier les points de friction avec la Chine. Il n’a pas hésité le 6 février dernier, dans son discours sur l’état de l’Union, à promettre de mettre fin au «…vol par la Chine des emplois et de la propriété intellectuelle américains…».
La guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis a, d’ores et déjà, entraîné une baisse des échanges commerciaux. Selon la Banque mondiale, 430 milliards$ d’importations, soit 2,5% du commerce international, seraient concernés par les nouveaux droits de douane américains. Donald Trump a prévenu ; sans accord avant le 2 mars, le président américain a menacé de relever à 25%, contre 10 % actuellement les droits de douane de 200 milliards$ de produits chinois.
Alors que la croissance chinoise est en repli, les autorités ne veulent pas prendre de risque sur les exportations vers les Etats-Unis qui représentent près d’un cinquième du total de leurs exportations. C’est pourquoi, la Chine a fait des gestes pour détendre la situation :
Elle a proposé d’acheter plus de produits agricoles américains
- Pékin a modifié en urgence son code des investissements notamment pour permettre aux sociétés étrangères de rapatrier leurs bénéfices, et de ne plus leur imposer des transferts de technologie.
Un des enjeux de cette confrontation est le respect et la protection de la propriété intellectuelle et le refus des transferts imposés de technologies. Au cœur de cette guerre, se déroule la bataille de Huawei, une multinationale des télécoms, un des leaders mondiaux dans la technologie de la 5G, ce réseau à très haut débit susceptible de favoriser l’intelligence artificielle. Avec un chiffre d’affaires de 100 milliards$ et 180.000 employés, Huawei est devenu en 30 ans le 1er équipementier mondial, et le second au monde pour les smartphones.
La puissance de ce groupe s’est dernièrement manifestée avec son nouveau campus de Dougguan aux proportions impressionnantes : 1.400.000 m² pour 108 bâtiments intégrées dans 12 villes, imitations de villes européennes dont Paris…Une dépense de 1,3 milliard€ pour accueillir 25.000 chercheurs…Huawei envisage d’investir en recherche et développement, dans les cinq prochaines années, l’équivalent de son chiffre d’affaires, soit 100 milliards$.

Cette bataille de Huawei a déjà de nombreuses péripéties :
- Comme suite à un rapport du Congrès de 2012, Washington estime que Huawei est une organisation d’espionnage au service de la Chine ; elle installerait des logiciels espions dans ses équipements
- La directrice financière de Huawei, Mme. Meng Wanzhou, a été arrêtée le 1er décembre dernier à Vancouver, au Canada, à la demande des Etats-Unis pour vol de propriété intellectuelle et de commerce avec l’Iran, deux des treize chefs d’accusation qui sous-tendent également la demande américaine d’extradition.
L’arrestation du numéro deux du groupe et surtout de la fille du président-fondateur de Huawei, M. Ren Zhengfei a immédiatement entraîné des représailles chinoises qui ont arrêté treize Canadiens, notamment pour trafic de drogue et deux sont encore incarcérés. 
- Depuis 2010, «le Huawei cybersecurity evaluation center» publie un rapport annuel au Royaume Uni ; la dernière édition met en évidence des risques outre-Manche. Est-ce l’origine des décisions de British Telecom et de Vodafone de retirer de leurs équipements le matériel Huawei ?
- L’Australie et le Japon ont décidé de suivre les Etats-Unis en excluant Huawei des futurs réseaux 5G. Depuis peu, les Américains mobilisent les alliés européens dans cette croisade contre Huawei.
Les arguments américains sont substantiels, et la détermination de l’administration Trump est forte. Cela signifie que la croissance mondiale va en pâtir, et que l’engrenage peut conduire plus loin.

3 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

On pourra difficilement me faire dire du mal de la Chine car tout au long de mon enfance, elle n'a été mentionnée autrement que comme : "Ta mère la Chine" !
D'autant que chacun connaît bien toutes les armes imparables mises au point par les Américains pour dominer le monde. Ainsi pour ne parler que de ces sanctions économiques et autres embargos, qui frappent tout autant les "alliés" que les "dictatures corrompues" : BNP Paribas, la Société Générale, Siemens, Alstom, Total, Alcatel..., tous ont dû, un jour ou l'autre, cracher des millions de dollars au bassinet de la "lutte anti-corruption"!
Et Huawei dans tout cela ? Il représente paraît-il, "une menace d'érosion de la supériorité technologique" américaine. Donc il faut le punir.
Mais si la croissance mondiale devait en pâtir, comme vous le prévoyez, la seule question qu'on devrait se poser serait : des Américains ou des Chinois, quel est le peuple le mieux armé pour résister à une récession économique ? Peut-être avez-vous la réponse ? En tous les cas, moi, je l'ai !

https://www.les-crises.fr/les-sept-armes-imparables-qui-permettent-aux-etats-unis-de-dominer-le-monde/

denis sabrié a dit…

Pour ceux qui ont un peu de temps l'histoire et le présent lire deux livres de deux professeurs Anglais archéologues (Francs Maçons,(rites Ecossais anciens)) le livre d'Hiram et la clé d'Hiram, vous comprendrez, en autre, quel pays au Monde dirige son économie et pourquoi, ce pays a le devoir de protéger ISRAEL
...bonne lecture..
Merci Mme Arnaud, j'ai lu l'article "des crises", c'est impressionnant aussi

yvets a dit…

merci à Denis Sabrié de donner titres de ces livres d'archéologues maçons( ce qui n'est pas vraiment reference quand on connait le milieu)
bien cordialement
YS