Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

ELECTIONS LEGISLATIVES AVRIL 2019

En raison des élections législatives israéliennes anticipées, notre site publiera de nombreux articles pour informer ses lecteurs sur l’évolution des idées et des candidats, avec l’objectif unique de les informer et de les aider dans leur vote final. Tout en gardant notre liberté de ton et nos convictions, nous nous engageons à ne publier que des informations vérifiées en misant sur l’intelligence de nos lecteurs à décider seuls en dernier ressort. Nous sommes ouverts aux questions, aux suggestions et aux demandes complémentaires sur des thèmes non traités.

ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

vendredi 11 janvier 2019

L'exception française face à sa vérité par BAZAK



L’EXCEPTION FRANÇAISE FACE À SA VÉRITÉ

Par BAZAK


Le grand philosophe Emmanuel Levinas avait donné comme titre à un de ses ouvrages  «Difficile liberté» mais il ne pensait pas à la France de 2019 ! Sans vouloir faire ou refaire l’exégèse des très nombreuses analyses déjà réalisées ces derniers temps par plusieurs experts et spécialistes, trois questions doivent être posées : celle de l’éducation, celle de nos devoirs de citoyens et enfin celle de la vérité.



Depuis le Front populaire, la France, héritière de la révolution de 1789 puis de celle des Lumières, est devenue la France des Droits, avec un D majuscule, tout en s’enfonçant dans une forme de marxisme larvé de libéralisme. Au fil des décennies nous nous sommes  régulièrement enfoncés dans une forme de marxisme, de collectivisme larvé qui n’a jamais voulu clairement dire son nom. On l’a appelé socialisme, social-démocratie, libéralisme, selon les régimes, la gauche comme la droite.
Chirac nous a proposé «la fracture sociale», Sarkozy «Travailler plus, pour gagner plus ». Mitterrand nous a doté du Programme Commun. En 1945, de Gaulle, a constitué un gouvernement comprenant des Communistes. confronté qu’il était au parti de France et à une CGT toute puissante. On se souvient encore aujourd’hui des lois érigées par le communiste Marcel Paul, ministre du travail. Nous continuons à vouloir croire à la poursuite des 30 glorieuses.
Pourquoi l’éducation ? On a laissé croire aux citoyens que tout allait bien… Puis nous avons eu les accords de Grenelle en 1968. Le président Pompidou le disait déjà «la France est un puissance moyenne». Nous avions la bombe atomique, l’avion Concorde, les sous-marins nucléaires, alors … nous étions une puissance mondiale !  Déni de vérité, déni de réalité ? Nous ne voulons pas nous voir tels que nous sommes mais plutôt tels que nous voudrions être. Puissance mondiale, comme avant 1914, mais nous sommes un siècle plus tard.
Nous sommes le pays qui consacre la plus grande partie de son PIB aux dépenses sociales. En revanche, notre inaptitude à progresser au plan économique n’a pas permis de produire suffisamment de richesses, pour continuer à faire face à ces dépenses qui n’ont cessé d’augmenter. Nous finançons nos déficits de fonctionnement en permanence. Là encore absence de vérité, on ne dit pas les choses clairement, on louvoie, on reporte la responsabilité sur les prédécesseurs.


Quel déni et déficit de vérité ? Il aura fallu attendre plus de 10 ans après sa sortie pour que le Chagrin et la Pitié passe à la télévision. Notre inaptitude à progresser sur le plan économique ne nous permet plus d’affronter les dépenses nettement excessives du secteur public qui génère un déficit croissant.
L’EXCEPTION française a vécu :  Nous ne nous sommes jamais remis ni de 1789 dont nous nous considérons les héritiers - ni des trente glorieuses. Qu’est devenu cet héritage supposé, la veille de présider le Conseil européen ? Nous sommes devenus le mauvais élève de l’Europe. Qui donnera l’exemple ?
La Mondialisation  a beau dos !   On ne peut pas – en même temps – s’arcquebouter contre elle et continuer à  emprunter sur les marché internationaux ! C’est un non-sens. Nous feignons de l’ignorer. Serai-ce de l’ignorance ou un manque de lucidité ?
Où est la Vérité, où est l’éthique ? Lorsqu’on ne cesse de revendiquer nos droits toujours et encore ? Nos dirigeants oublient le sens de l’État ? Que dire des citoyens ? Comme dans la Rome Antique, la citoyenneté n’est pas faite uniquement de droits mais également de devoirs. Celui qui les oublie pour ne s’attacher qu’à ses droits, peut-il encore faire ce reproche aux autres ? Je ne le crois pas.
Devoir, vérité et éthique sont indissolublement liés et faute de vouloir en permanence s’approprier ces vertus, nous sommes voués à l’échec. La confrontation avec soi était et reste le ressort indispensable au bon fonctionnement de la cité.
Si les citoyens que nous sommes, dans leur grande majorité, continuent à se référer à l’État-providence sans prendre conscience de nos devoirs vis à vis de nous-mêmes, comme de nos responsabilités de citoyens, alors en effet l’avenir s’annonce sombre.

7 commentaires:

Claude Meillet a dit…

Je ne pense pas que Levinas aurait commis l'erreur obsessive qui est celle de nombreux français vivant en Israël. Le diable marxiste, s'il a jamais sévi en France, a rejoint depuis longtemps le cimetière des idéologies totalitaires. Il ne pollue plus, s'il l'a jamais réellement fait, la mouvance de gauche française, cet autre diable, qui courre depuis longtemps, comme la droite d'ailleurs, après une doctrine régénérée répondant au nouveau monde.
Quant à cette autre litote sur la débandade française, liberticide, économique, sociale, on en passe et des meilleures, ce serait assez sain d'écouter sur le site Xerfi canal, une des dernières intervention d'Olivier Passet qui remet à l'heure des pendules passablement déréglées par on ne sait quelle manque de reconnaissance comme de connaissance

Véronique Allouche a dit…

À l’auteur anonyme :
En 1789 le peuple réclamait « du pain » et ils l’ont obtenu dans le sang. En mai 68 le peuple réclamait « la liberté » sclérosée par un pouvoir tout-puissant où la censure était de mise. Malgré les 30 glorieuses, beaucoup n’avaient pas accès au bien-être d’une économie mal répartie. Les barricades d’alors se turent pour laisser place à de nouvelles lois sociales indispensables et à de plus justes rémunérations.
Des droits sans devoirs? Voilà selon vous ce que revendiquent les français d’aujourd’hui? Mais de quels devoirs parlez-vous ? De ceux qui travaillent 70 heures par semaine comme les agriculteurs et payent leurs impôts sans jamais rien avoir en retour? Ou de ceux qui ne gagnent même pas le smic tout en travaillant. De ceux qui sont traités de gens de rien parce qu’ils n’ont accès ni au savoir ni à la culture? La plupart ont des salaires si bas qu’ils ne peuvent s’en payer le luxe.
2019, les Gilets Jaunes durcissent leur mouvement car ce qu’ils réclament, ce ne sont pas des droits ni l’aumône. Ce qu’ils revendiquent, c’est le respect à leur égard par une classe politique qui les ignore et les méprise. C’est de pouvoir boucler leur fin de mois autrement que le 15 de chaque mois.
Le pouvoir actuel mésestime ces gens qui n’ont plus rien à perdre puisqu’on leur a pris jusqu’à leur dignité.
C’est ainsi que samedi après samedi la violence sera au rendez-vous tant que les politiques actuels seront sourds et muets face aux laissés-pour-compte.
Ni droits ni devoirs, juste de la bienveillance.

denis sabrié a dit…

Merci Mme Véronique Allouche pour votre commentaire..
encore une foi, on parle de devoirs quand les Benalla se promènent avec des passeports diplomatiques, armes et bagages...!!
Pendant que Total, une émanations de l'état Français, verse 1500 euros à ses employés pour prime de fin d'année suite au tapage des gilets jaunes mais rien pour eux..!!
l'état Français ne communique pas quand il s'agit de répondre à l'arrestation de ma grand-mère Alice Stiller Goldenberg le 2 février 1942 aucune réponse à mes nombreuses demandes, il est vrai que je suis un Juif pauvre et habitant la cambrouise française alors ça n'intéresse pas l'oligarchie parisienne, c'est malheureusement des Juifs qui sont aux commandes de cette fameuse commission d'indemnisation des spoliations des biens Juifs...bref des traites, entre ça et la bande à Macron, c'est sur, on est méprisé et on "vit" dans un pays ou le mensonge et la manipulation sont au sommet de la "pyramide"..!!

Elie BENICHOU a dit…

Vous ecrivez : « Le diable marxiste, s'il a jamais sévi en France, a rejoint depuis longtemps le cimetière des idéologies totalitaires. Il ne pollue plus ». Franchement, Mr Meillet, vous etes « hors-sol » ( pour employer un mot à la mode) et aveugle ! La France est totalement engluée dans une ideologie marxisante depuis 40 ans. Vous ne le voyez pas tous les jours ? Ça ne vous parle pas ? En France, on hait les riches, on hait la reussite,... Un patron, c’est forcement suspect. Toute notre administration, notre Enarchie, notre Education Nationale, nos syndicats, nos politiques (Melenchon etant le plus beau specimen) sont impregnés jusqu’à la moelle de cette ideologue marxiste deletere, qui prone le nivellement par le bas. Et ne parle que de redistribution, d’égalitarisme, de justice sociale, de solidarité, etc... En France, on n’aime pas travailler, la competition et le sens de l’effort. On aime les RTT, les ponts du WE, les 35h, les congés payés... etc, Pas etonnant que notre pays est en faillite, se traine economiquement et se desindustrialise à grande vitesse. Quant à dire qu’il ne sevit plus depuis longtemps et qu’il est au cimetiere, vous plaisantez là ? Allez donc au Venezuela, au Nicaragua, à Cuba, en Algerie, en Corée du Nord,... et vous constaterez les ravages de l’ideologie marxiste totalitaire, à l’oeuvre.

Bazak a dit…

Je suis sensible aux divers commentaires et je remercie ceux qui ont pris la peine de les rédiger. Pour autant , je ne les partage pas tous, tant s'en faut. Je n'ai pas indiqué que la France de 2019 EST marxiste. J'ai en revanche souligné qu'elle est imprégnée par cette idéologie. C'est le syndrome du fumeur : Il a fumé 2 voire 3 paquets de cigarettes pendant plus de trente ans et un jour ... s'arrête. Dans le meme temps ( de rigueur) il a des quintes de tous en permanence ( la toux du fumeur) On fait une radio des poumons et on constate l'étendue des dégâts ... puis ca s'aggrave ... Bref le mal est fait. Maintenant si certains pensent que les lois de Mr Marcel PAUL, l'état qui était fabricants de Televisions, de réfrigérateurs avec Téléavia-Sud Aviation,, de voitures avec Renault ( plusieurs fois en depot de bilan) Air France dont ceux qui payaient des impôts on réglé régulièrement le deficit ... les diverses nationalisations ,d'industries comme celles des banques ( nous étions en 1981) - sont des exemples de l'initiative individuelle , alors je vous laisse apprécier. Bien sur que tout n'est pas parfait mais comme l'a bien relevé Mr BENICHOU, voyez ce qui s'est passé ailleurs ... Nous ne sommes plus en 1789 ou en 1968. L'environnement mondial a radicalement changé.
Bref, nous étions dans la lutte des classes et nous y retournons. Où est le progrès ? Si Total fait des benefices c'est uniquement parce que cette société a une activité à près de 90% hors de France. Ce ne sont donc pas les activités purement Françaises qui sont à l'origine du résultat. Au dela les grandes sociétés, celles du CAC40 ont fait leur benefice hors de France, alors soyons lucides et reconnaissons les faits pour ce qu'ils sont. J'accepte volontiers d'écouter d'autres analyses. Quant à la Commission d'indemnisation, il se trouve que je la connais directement. Que dire, je ne prends pas sa defense. Avoir attendu 50 ou 60 ans pour indemniser les héritiers ou les survivants, s'ils sont encore avec nous est effectivement scandaleux. Je ne la defend pas . Je le dis à nouveau, nos structures, nos mode de pensée, de fonctionnement ne sont plus en phase avec la réalité que beaucoup refusent de voir. Pour conclure, entre droits et devoirs,j'invite nos concitoyens à voir ce qui se passe ailleurs- Il ne s et comparer avec ce qui se passe ici... Nous ne sommes plus seuls au monde. L'autarcie ca n'existe plus au XXI° siècle. Nous serons au moins d'accord sur ce point, je l'espère..
Encore merci.
Cordialement, BAZAK

yvets a dit…

je suis parfaitement d'accord avec monsieur Bazak
la France est un pays où contrairement à ce qu'ont dit des commentateurs, l'on a des droits mais ... rien d'autre
la compassion, l'internationalisme, sont presque la règle et si vous n'y souscrivez pas, vous êtes un facho, inutile de discuter... vous faites le jeu de qui vous savez....si vous citez Taguieff qui nous parle de "populisme" en expliquant ce que c'est, ce dernier est taxé de "naif"... il n'est pas nécessaire d'être au fait des choses pour avoir "des convictions" etc

Les universités sont truffées de professeurs totalement marxistes, qui vivent en marge de la société, qui n'ont jamais quitté les bancs de l'école, qui sont dans un entre-soi, avec
des revenus qui leur assurent un bon niveau de vie, qui ne connaissent rien d'autre que "leur spécialité"
Quant à l'Education nationale, c'est bien pire. Ils sont loin les professeurs de ma génération qui n'essayaient pas de montrer "leurs appartenances", aujourd'hui on endoctrine à tout va et gare si vous n'êtes pas d'accord
je suis très peu optimiste pour notre pays

Claude Meillet a dit…

Hors polémique autant qu'hors sol, un double extra commentaire.
Les idées fixes sont bien telles qu'elles se nomment :Fixes. Le vieux loup du marxisme toujours rampant, le refrain cata de la déliquescence française rejoignent la conception idéologique comparable à celle qu'elles dénoncent. De nouveau, que ceux qui peuvent encore s'en échapper retrouvent sur le site ''Xerfi Canal'', l'évaluation factuelle raisonnée et non émotionnelle, faite parle meilleur analyste économique français, Olivier Passet, le 23 novembre 2018, de la réalité française.

Un israélien installé en France, aussi critique qu'il soit de la réalité israélienne, ne fera jamais une description univoque apocalyptique de la réalité israélienne.Dignité, patriotisme, reconnaissance, respect, les raisons sont multiples. C'est une des différences entre Israéliens et Français.