Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

mardi 4 décembre 2018

Une Juive iranienne entre au Sénat américain



UNE JUIVE IRANIENNE ENTRE AU SÉNAT AMÉRICAIN
Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright ©  Temps et Contretemps


Le Juif a toujours eu une capacité d’adaptation à toutes les situations dans lesquelles il est plongé, mais non pas d’assimilation. C’est le contraire des islamistes qui refusent de s’intégrer en cherchant à forcer ceux qui les accueillent à vivre selon leurs préceptes et leurs traditions. L’illustration de ce postulat est personnifiée par l’iranienne Anna Kaplan qui a voyagé de Tabriz à Albany et qui est devenue, le 6 novembre 2018, sénatrice de l’État de New-York.



Elaine Phillips et Anna kaplan

La démocrate Anna Kaplan a battu la républicaine Élaine Phillips, ce qui a fait basculer le Sénat de l'État de New York pour le placer sous obédience démocrate, situation qui n’était pas arrivée depuis longtemps. Mais Anna Kaplan est un cas d’espèce qui démontre qu’une réfugiée iranienne, qui plus est juive, peut aspirer aux plus hautes fonctions des Etats-Unis. 
Anna Kaplan, née Monahemi à Tabriz en Iran, a été élevée à Téhéran où son père était marchand de tapis. Les Juifs de Tabriz, dans les montagnes du nord-ouest de l’Iran, étaient installés depuis le XIIème siècle mais la communauté de 400 âmes a été massacrée en 1830 sous l’accusation d’utiliser le sang des musulmans pour fabriquer les matzot. 
Massacre de Tabriz

Anna a eu la chance de fuir le régime des Mollahs à 13 ans, lorsque la Révolution islamique a balayé le pays. Ses parents avaient pris la difficile décision de l'envoyer aux États-Unis pour des raisons de sécurité. Elle était arrivée avec trente-neuf autres enfants iraniens dans le cadre d'un effort international visant à sauver la jeunesse juive iranienne.
Anna a finalement obtenu l'asile politique du gouvernement des États-Unis et s’installa en tant qu’enfant réfugiée non accompagnée à Crown Heights à Brooklyn, avant d'aller vivre dans une famille d’accueil à Chicago jusqu’à ce que ses parents puissent s’échapper d’Iran. Une fois réunie, la famille s’était installée dans le Queens puis à Great Neck à New York. Kaplan a fréquenté le Stern College de la Yeshiva University et a obtenu son doctorat en droit de la Cardozo School of Law à New York.
Elle n’était pas programmée pour la politique car les Juifs sont rarement actifs pour cela dans le monde musulman. Elle l’écrit elle-même : «Les Juifs perses sont restés en dehors de la politique en Iran. Mes parents et ma communauté avaient peur d'être remarqués. Ils constituaient une petite minorité vulnérable dans un quartier conservateur d'un pays conservateur. Mais ici aux États-Unis, on nous a donné tant d’opportunités».

Andrew Cuomo à Yad Vachem

Elle a vite été prise par le virus de la politique en devenant en 2011 conseillère municipale de North Hempstead. Elle s’est ensuite lancée dans la campagne sénatoriale avec le soutien actif du gouverneur Andrew Cuomo et du parrainage de Barack Obama. Grâce à une campagne dynamique et à un porte à porte efficace qui l’a fit connaître des électeurs, elle réussit là où personne ne misait sur elle dans une région acquise aux Républicains.
Elle a pris l’initiative d’avoir un programme politique modérée, loin des thèses gauchistes de Bernie Sanders, pour amener à elle quelques Républicains : «Mes principales priorités sont l'adoption de la loi sur la santé en matière de reproduction, la loi sur les enfants victimes, mise en œuvre un plan de réduction des taxes foncières à Long Island, contrôle intégral des armes à feu».


Elle a toujours été impliquée dans la politique américaine, ce qui n’est pas courant chez les Juifs iraniens dont l’engagement tourne uniquement autour d’Israël par le biais de collectes de fonds. Elle faisait partie de la Fédération irano-américaine juive de New York qui collecte chaque année des millions de dollars pour des programmes de services sociaux en Israël. Il n’est donc pas étonnant qu’elle soit une ardente défenseur de l’État d’Israël. 
Elle avait même osé s’opposer à Barack Obama lors de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015, ce qui démontre sa totale liberté politique. Elle luttait contre le BDS. D’ailleurs, elle était à l’initiative d’une loi votée en 2017 par le conseil municipal de North Hempstead qui interdisait à la ville de commercer avec toute entreprise boycottant Israël car elle estimait que : «Le mouvement BDS va bien au-delà de la critique de la politique israélienne. Il vise plutôt le seul État juif au monde à être étranglé et détruit, tout en ignorant de manière flagrante les violations graves et répétées des droits de l'homme perpétrées par d'autres gouvernements de la région. En adoptant cette législation, les contribuables de la ville de North Hempstead envoient un message clair ; ils ne feront affaire avec aucune entité associée au mouvement BDS ou à un autre groupe haineux».
Anna Kaplan fête l'indépendance d'Israël

Elle était fortement engagée pour la sécurité d’Israël qui la préoccupait au plus haut point : «Les raisons pour lesquelles je souhaite devenir sénateur de l'État de New York commencent là où j’ai commencé, avec un voyage de la peur et de la persécution vers un lieu de sécurité et de liberté. C'est l'histoire la plus américaine, mais l'histoire commence comme une minorité apeurée et impuissante qui anime tout ce que je fais. Et ma gratitude éternelle envers ce grand pays pour m'avoir accueilli pendant mon heure la plus désespérée est ce qui me pousse au service public».
Elle a réussi à être sénatrice pour défendre ses convictions et certainement pour aider Israël aux Etats-Unis. Une étoile iranienne est née.


1 commentaire:

David a dit…

Excellent article qui remonte le moral.

Espérons que les démocrates américains prennent exemple sur cette sénatrice juive, exemplaire dans la défense d'Israël.
En effet, l'aile gauche du parti démocrate (dont beaucoup de juifs) est devenue pro-BDS et très critique envers Israël.