Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

dimanche 25 novembre 2018

Quand l'actualité se fait trop riche par Michèle MAZEL



QUAND L’ACTUALITÉ SE FAIT TROP RICHE

La chronique de Michèle MAZEL


Photo des 15 saoudiens impliqués

Il se passe tant de choses ces jours-ci dans le monde, et en France en particulier, que les médias ne peuvent pas tout évoquer. Il y a des priorités à respecter. Ainsi l’affaire Khashoggi. Les autorités françaises viennent d’interdire l’accès de l’hexagone aux dix-huit saoudiens soupçonnés d’être impliqués dans l’assassinat. Des Saoudiens qui sont emprisonnés dans les geôles du royaume, dont ils ont peu de chance de sortir vivants mais là n’est pas la question.


Raed Fares

La France, qui ne compte pas remettre en question les juteux contrats d’armes conclus avec l’Arabie saoudite tenait malgré tout à donner un signe fort pour manifester sa réprobation devant le crime. Le meurtre d’un certain Raed Fares à Idleb en Syrie fera surement moins de vagues. C’était pourtant aussi un journaliste ; il documentait au péril de sa vie les exactions du régime de Bachar El Assad. Menacé à ce titre depuis des années, il avait déjà échappé à un attentat en 2014. Seulement lui a été tué «par des inconnus» circulant dans une camionnette qui ont ensuite disparu dans la nature. Pas vus, pas pris.


L’assassinat politique a ses codes qu’il est prudent de respecter si on veut éviter de se faire taper sur les doigts. Autre événement qui ne fait pas la une des journaux ce matin, les déclarations belliqueuses du président iranien. Selon lui, Israël est une tumeur cancéreuse qui a pu naître et se développer à la faveur de la Seconde Guerre mondiale et tuer et remplacer «l’historique nation palestinienne». Il faut détruire ce cancer à la solde de l’Occident, déclare Hassan Rouhani, qui a lancé un vibrant appel aux pays de l’islam, les exhortant à créer au nom du Coran et du Prophète une force islamique commune contre Israël et contre les Etats-Unis. Le président s’est également déclaré prêt à défendre l’Arabie saoudite et son peuple sans préciser exactement contre qui.

On aurait pourtant aimé être éclairé sur ce point : l’Arabie saoudite ne considère-t-elle pas l’Iran et ses aspirations à imposer l’islam chiite sur tout le Moyen-Orient comme un danger existentiel pour le royaume ? Bien sûr les diatribes des Ayatollahs contre Israël – le petit Satan – et l’Amérique – le grand Satan – ne sont pas nouvelles. Elles sont reprises par tel ou tel haut responsable de Téhéran à diverses occasions et en termes divers. Et elles tombent généralement dans un vide médiatique surprenant. 
Pas de condamnation unanime de la communauté internationale contre des menaces explicites à l’égard d’un Etat membre des Nations Unies et pas même de condamnation contre les manifestations d’un antisémitisme virulent qui s’exprime par de honteuses manifestations de déni de l’Holocauste – on se souvient des concours de caricatures sur le sujet organisés dans la capitale iranienne.  Cette fois encore le discours du président sera passé sous silence ou relégué à un court entrefilet dans une page intérieure. Madame Mogherini est bien trop occupée à exprimer l’indignation de l’Union européenne devant les agissements d’Israël.
Quant aux dirigeants et dirigeantes de l’Europe, ils continueront à se rendre à Téhéran et à discuter gravement avec «monsieur le président Rouhani» des problèmes de l’heure et de la nécessité de faire front commun contre les sanctions américaines.
Chancelier autrichien

Seule fausse note dans ce concert si bien orchestré, l’indignation du chancelier autrichien qui s’est élevé vigoureusement contre les propos du président. Mais l’Autriche a basculé à droite, c’est bien connu, et son opinion ne compte pas.

1 commentaire:

Paul ACH a dit…

Michèle MAZEL a raison : l’actualité est trop riche.
En France, les Gilets Jaunes sont sur le devant de la scène et les Journalistes dissertent, à qui se dira le mieux informé, sur ce que le Président Macron va annoncer mardi.
Cela + la Coupe Davis + la préparation du PSG pour son match contre Liverpool + les chiens écrasés et les marronniers,
Il ne reste plus de place.
Heureusement que l’Accord sur le Brexit n’a été signé que dans la nuit, ça va bien occuper 5 minutes à chaque Journal.