Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

vendredi 2 novembre 2018

Deux poids, deux mesures ? ou trois ? par Michèle MAZEL



DEUX POIDS, DEUX MESURES ? OU TROIS ?

La chronique de Michèle MAZEL


Mohammed ben Salmane, le prince Al-Walid, le roi de Jordanie Abdallah II et Richard Attias, au "Davos du désert" le 23 octobre 2018.

La «disparition» et sans doute la mort sous la torture du journaliste Jamal Khashoggi glisse doucement de la première page des journaux aux pages intérieures. Seule la Turquie continue à réclamer que la lumière soit faite sur ce qui s’est passé dans le consulat saoudien à Istanbul – dont elle prétend pourtant connaître tous les détails - et il n’y a plus guère que la chaîne Al Jazeera, qui a la haine de l’Arabie et de ses dirigeants chevillée au corps, qui persiste à y consacrer de virulents développements. 



La-glacante-poignee-de-main-entre-MBS-et-le-fils-de-Jamal-Khashoggi

Si les ténors de l’économie mondiale ont boudé le fameux «Davos du désert» le bilan de cette conférence à Ryad a été plus que satisfaisant : plus de cinquante milliards de dollars de contrats ont été signés. Non seulement les Etats-Unis ne songent pas à remettre en cause les ventes d’armement au royaume, pour un montant estimé à cent dix milliards de dollars, la France par la bouche de son président affirme qu’il n’y a aucun lien entre la mort de Khashoggi et les ventes d’armes de la France.
Le prince héritier Mohammed Ben Salmane est-il définitivement tiré d’affaires ? Peut-être pas. En attendant et dans le plus pur style arabe, il s’est donné les gants de «convoquer» le fils du défunt dans son palais afin de lui présenter ses condoléances pour la mort de son père. La presse était là pour immortaliser le moment.   Un cliché glaçant.   « Récompensé » par l’autorisation de sortie d’Arabie saoudite délivrée par les autorités, le jeune homme est parti pour l’Amérique.  Le monde continue à tourner.

Emanuela Orlandi et Mirella Gregori, deux mineures disparues 

C’est dans une autre représentation diplomatique que, selon Le Figaro du 31 octobre, on vient de découvrir «des restes humains».  Cela se passe à Rome, dans la très catholique Italie. Il s’agit de la nonciature apostolique, représentation officielle du Vatican auprès du gouvernement de ce pays. Dans les milieux avertis, on se demande s’il ne s’agirait pas de l’une ou l’autre des deux mineures de quinze ans mystérieusement disparues en 1983 et dont on n’a jamais retrouvé trace.  Comment et surtout pourquoi elles seraient arrivées là ? On se perd évidemment on conjectures selon la formule consacrée.  
On aurait pu s’attendre à ce que la nouvelle fasse la Une des médias – si prompts d’ordinaires à fustiger les turpitudes du clergé. Il n’en est rien. Pour le moment ?  Pendant ce temps, l’Iran des Ayatollahs poursuit impunément la chasse aux «opposants». Après le complot qui visait un groupe d’opposition en France déjoué in extremis en juin dernier– sur la base d’informations fournies par Israël – c’est au Danemark qu’un attentat vient d’être déjoué.  Dans une conférence de presse, rapportée par l’AFP le 30 Octobre, le chef du Renseignement Danois a expliqué qu’il s’agissait «d’une opération du Renseignement iranien qui, selon nous, préparait un attentat au Danemark contre trois Iraniens soupçonnés d’appartenir au Mouvement arabe de lutte pour la libération d’Ahvaz».  
Le ministre des Affaires étrangères danois Anders Samuelsen s’exprime lors d’une conférence de presse à Copenhague, le 30 octobre 2018

Outré, le gouvernement danois a rappelé son ambassadeur en Iran. Loin de s’excuser, le ministère des Affaires étrangères de ce pays a convoqué le dit ambassadeur avant son départ pour lui faire entendre une vive protestation, accompagnée de menaces voilées de mesures de rétorsions.  Faut-il le rappeler, la France et le Danemark soutiennent l’Iran dans son bras de fer avec les Etats-Unis sur la question du nucléaire.

Aucun commentaire: