Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

lundi 29 octobre 2018

Quand le Hamas prend la pose... pour une presse engagée par Michèle MAZEL



QUAND LE HAMAS PREND LA POSE… POUR UNE PRESSE ENGAGÉE

La chronique de Michèle MAZEL




«Gaza : la photo d’un Palestinien comparée à une œuvre de Delacroix» titre le Figaro du 26 octobre. Le cliché, publié en pleine page, est suivi de longs développements. Il est vrai que l’œuvre en question est lourde de symbole puisqu’il s’agit d’une toile intitulée «La liberté guidant le peuple». On avait vu l’image héroïque de ce vaillant combattant de Gaza, sur sa chaise d’infirme, prenant crânement la pose face à l’ennemi, son lance-pierre prêt à l’action.



Un cliché lui aussi pris «tout à fait par hasard» par un photographe qui passait justement par là.  Un cliché pourtant tellement léché, soigné, qu’il a valu à son auteur un prix prestigieux – sans parler des commentaires élogieux pour le courage de son sujet. La leçon a été retenue par le Hamas, qui sait que la sympathie qu’il inspire est l’un de ses meilleurs atouts en Occident.
Si ça a marché une fois, pourquoi pas deux ? D’où cette extraordinaire image devant laquelle la presse s’extasie. Ainsi Le Figaro : «Le cliché d'un Palestinien brandissant un drapeau en même temps qu'il jette des pierres lors d'affrontements avec l'armée israélienne à Gaza est devenu viral. Beaucoup ont souligné la rime visuelle du cliché avec l'œuvre iconique La Liberté guidant le peuple, d'Eugène Delacroix».
Et le quotidien de citer le commentaire d’un groupe d’action américain en faveur des Palestiniens qui évoque «Un Michel-Ange avec un appareil photo saisit David contre Goliath en pleine action» Le «héros», lui, se déclare étonné du retentissement du cliché et ajoute ingénument, selon Al Jazeera, «Je ne savais même pas qu'il y avait un photographe près de moi». Tandis que les réseaux sociaux saluent l’héroïsme de ce jeune homme, défiant l’ennemi la poitrine découverte, avec en arrière-plan la fumée noire des centaines de pneus enflammés par les «manifestants pacifiques», les mauvais esprits et les sceptiques regardent le tableau d’un peu plus près.

Car c’est bien d’un tableau qu’il s’agit. Ou plutôt d’une composition soigneusement élaborée. Ce torse viril si complaisamment dénudé appelle trois réflexions. La première c’est qu’on n’avait jusqu’ici jamais vu de manifestants sans chemise. La seconde, qu’utiliser le lance-pierre d’une main en tenant un lourd drapeau de l’autre n’est pas très commode. La troisième, que le risque d’être atteint par un tir israélien était extrêmement faible compte- tenu de la présence de deux journalistes – bien visibles sur le cliché et bien identifiables grâce à leurs gilets de Presse - qui encadrent soigneusement ce jeune homme.
On s’en voudrait de se demander par quel hasard ils se trouvaient là, par quel hasard aussi le photographe inspiré est arrivé à temps pour capturer l’instant pour la postérité. On s’en voudrait surtout de suggérer que la «ressemblance» avec l’œuvre de Delacroix n’est peut-être pas aussi spontanée qu’on cherche à nous le faire croire. Le Hamas fait feu de tout bois, on peut le comprendre. Ce que l’on comprend moins, ce sont ces «journalistes» qui se prêtent au jeu. Ceux qui sont sur le terrain et qui connaissant très exactement comment ces images «spontanées» ont été soigneusement préparées, et ceux qui reçoivent lesdites images et évitent de poser des questions.

5 commentaires:

Muriel Marc SLAMA FRATACCI a dit…

Je voyais cette photo faire le tour des sites antisionistes depuis quelques jours. C'est très bien vu !! Les décors sont de Roger HARTH, les costumes de Donald CARDWELL

Marianne ARNAUD a dit…

Une autre question qui pourrait ne pas être dénuée d'intérêt : à qui appartiennent les journaux pour lesquels travaillent ces "journalistes" ? Autrement dit qui, en fin de compte, paye ces "journalistes" ?

Véronique Allouche a dit…

Le choc des photos a depuis longtemps remplacé le poids des mots.
Le photographe Mustafa Hassouna a parfaitement saisi l’opportunité de son cliché pour ceux qui ne demandent pas grand chose, juste une image pour se convaincre de la justesse des combattants palestiniens . Juste une belle image pour y croire. Et une agence de presse pour faire le buzz....
Bien à vous.

denis sabrié a dit…

Et maintenant, c'est le tour du Figaro de nous faire un relent d'antisionisme en publiant ces deux photos.. C'est absolument honteux de participer à une telle manipulation..! Pas étonnant que les Francs Maçons Ecossais (la Maison mère)..ne reconnaissent pas la maçonnerie française..à force de trahir..!

patrick silberberg a dit…

Quand le Figaro s implique au même niveau que Libération il n y a plus rien à dire juste espererque la prochaine intervention de l armee soit Elle aussi plus virile.