Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

mardi 4 septembre 2018

Du statut de réfugié par Michèle MAZEL



DU STATUT DE RÉFUGIÉ

La chronique de Michèle MAZEL



Cette fois-ci, c’est fait : le président Trump a mis à exécution sa menace et le département d’État a annoncé que l’Amérique ne participerait plus au financement de l’Agence de Nations Unies pour les Réfugiés Palestiniens – UNRWA. Pire, les Américains souhaiteraient la réévaluation du nombre des réfugies palestiniens, et auraient laissé entendre que seuls les individus qui étaient en vie lors de la création de l’agence, il y soixante-dix ans, devraient encore bénéficier du statut de réfugié. Ce qui en éliminerait plus des quatre-cinquièmes, sinon davantage.



Abou Mazen, qui se pare toujours du titre de président de l’Autorité palestinienne bien que son mandat soit expiré depuis des années, s’en étrangle d’indignation et parle d’en appeler au Conseil de sécurité - où il n’a guère de chance d’être entendu – et à l’Assemblée générale des Nations Unies qui l’assurera de sa sympathie mais ne pourra faire plus.

A y regarder de plus près, le problème est complexe.  Il faut savoir que la qualité de réfugié palestinien se transmettait jusqu’ici de père en fils et en petit-fils ad infinitum. Une situation unique au monde.  Pourtant les guerres et les révolutions de la première moitié du vingtième siècle tant en Europe qu’en Asie et en Afrique ont bouleversé le tracé des frontières, entraînant un immense brassage de populations et jetant sur les routes des dizaines, voire des centaines de millions d’individus chassés de chez eux ou persécutés.

On ne les appelait pas encore «personnes déplacées» ou réfugiés et on ne parlait pas de droit international humanitaire.  Ainsi lors de la partition de l’Inde en deux États, l’un hindou et continuant à s’appeler Inde et l’autre, musulman, le Pakistan, six millions de musulmans ont dû quitter leurs foyers pour aller y vivre tandis que quatre millions d’hindous étaient contraints de prendre le chemin inverse. Des événements qui se sont déroulés en 1948 et 1949 mais qui n’ont pas autrement chatouillé la conscience internationale.
Réfugiés juifs d'Egypte

Or au même moment au Moyen-Orient, à la suite d’un autre plan de partition, des centaines de milliers d’Arabes s’enfuyaient vers les pays arabes frères voisins tandis que lesdits pays arabes chassaient un nombre semblable de Juifs installés là depuis des siècles. Tandis que les Nations Unies se penchaient avec sollicitude sur le sort des premiers, l’organisation se désintéressait des seconds. Il est vrai que le roi Abdallah de Transjordanie, qui venait d’occuper la Cisjordanie, territoire qui devait revenir à l’État arabe prévu par le plan de partition, s’empressa de l’annexer et de parquer les réfugiés dans des camps. L’Egypte faisait de même à Gaza.
Réfugiés juifs marocains intégrés en Israël

Curieusement, les réfugiés juifs de naguère sont désormais intégrés dans l’État d’Israël. Les Palestiniens, eux, sont toujours dans leurs camps. Il ne s’est trouvé aucun pays arabe pour leur accorder le statut de citoyen. Les pays arabes et musulmans ont fait de ces réfugiés la pierre angulaire de leur politique de refus de l’existence de l’État d’Israël.  Le prétendu «droit au retour» qui verrait déferler à l’intérieur de ce pays des millions d’individus, qui n’y ont jamais vécu, sonnerait le glas de cet État. La douche froide que vient d’administrer l’administration américaine va peut-être enfin servir de catalyseur et provoquer une nouvelle et salutaire relecture de la situation.  

2 commentaires:

The Old Dreamer a dit…

Dit moi mes amis: le méchant petit diable issue des urnes américaines, serait il le bon génie que esperont depuis ci longtemps. Continuont à astiquer la lampe magique de l'oncle Sam. Shana Tova Mr Président
Et que Dieu vous protège.

David a dit…

Comme vous avez raison !
Qui se soucie des réfugiés juifs des pays arabes et musulmans ? Pourtant les juifs étaient présents dans ces pays bien avant l'arrivée de l'islam.On n'imagine pas le traumatisme de ces juifs qui ont du quitter leurs pays sans espoir de retour.