Après l’affichage du premier article, le chargement des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

samedi 14 juillet 2018

Chronique d'humeur : La Tunisie se lance dans le tourisme Halal




LA TUNISIE SE LANCE DANS LE TOURISME HALAL

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright ©  Temps et Contretemps

            

          Ceux qui aiment la bière, la boukha et le vin, n’en trouveront plus dans certains hôtels de Tunisie qui ont décidé de virer au Halal. Les vacances seront sèches. Les Tunisiens ont trouvé une excellente idée pour relever le secteur du tourisme qui s’effondre de mois en mois. C’est à se demander si des technocrates n’adorent pas se tirer une balle dans le pied, à force d’intégrisme islamiste. On commence par interdire l’alcool et puis on s’en prendra aux maillots sur les plages qui perturbent la vision des barbus pour favoriser la burqa.





            Les hôtels ne savent plus quoi inventer pour ranimer une activité moribonde, la première du pays et la plus génératrice de devises. En 2014, quelques années après la Révolution du jasmin, la Tunisie comptait un seul hôtel sans alcool. Leur nombre a explosé sous les encouragements des Islamistes qui noyautent le pouvoir en Tunisie. Cela rappelle la vraie histoire récente d’un juif tunisien, un VIP, qui avait eu droit dans son hôtel à une salle privée où il pouvait jouir d’un dîner de qualité, d’un chanteur et d’une danseuse du ventre. On lui avait cependant confisqué la caméra à l’entrée des festivités. Il comprit bien plus tard la raison de cette censure. La salle comportait trois tables immenses occupées par des hommes en keffieh, venus du Golfe, qui consommaient des alcools à gogo. Il ne fallait pas les filmer pendant leurs libations qui faisait désordre. Ces riches touristes arabes devront dorénavant choisir d’autres cieux plus alcoolisés.

            L’hôtel Sandra Club à Hammamet s’est transformé en un «hôtel familial» qui ne sert plus d’alcool pour ne pas inciter ses clients au pêché. Il a négligé les spas et les salles de massages au profit des divertissements religieux. C’est le deuxième hôtel sans alcool après l’Azur Plaza, converti il y a quatre ans. Le Sandra club a été inauguré le 2 juin par le chef du mouvement islamique Ennahda, Rached Ghanouchi qui a réussi à encourager la création de 10 établissements de ce genre en Tunisie, réduits au régime à sec. Ces hôtels sont dans les sites traditionnels du tourisme à savoir Sousse, Monastir, Mahdia, Nabeul, Kélibia, Hammamet et Tabarka.



Et l’on qualifie encore la Tunisie de modérée, dirigée par des élites modernes ! La Tunisie s’oriente de plus en plus vers les méthodes anachroniques de l’Arabie saoudite qui interdit l'exposition de la chair et la bonne chère. Elle choisit toujours les solutions les plus radicales pour s’enfoncer dans le marasme économique ; à se demander si les technocrates qui la dirigent voyagent de temps en temps en Grèce, à Malte, en Espagne ou au Portugal pour s’inspirer de leur réussite dans le domaine touristique.

            Les hôteliers, qui représentent l’un des moteurs économiques du pays, se justifient par l’avertissement qu’ils ont reçu de la part de Daesh qui avait attaqué le 18 mars 2015 l‘hôtel Imperial à Sousse en tuant 39 touristes étrangers. Plutôt que de laisser son hôtel fermé depuis 2015 ou de subir une nouvelle attaque terroriste, Bilal Saffar, propriétaire du Sandra Club Hôtel, a trouvé cette solution pour ne pas choquer les islamistes avec l’espoir de faire venir les Tunisiens, les Algériens et les touristes arabes religieux. En effet, 2,5 millions de touristes algériens se sont rendus en Tunisie en 2017, soit 38% des touristes étrangers.

            La Tunisie est entrée de plein pied dans le tourisme Halal et veut s’inspirer de la Turquie qui attire de nombreux Arabes israéliens ; encore faudrait-il que leurs passeports bleus soient autorisés. Une certitude cependant, le choix de renoncer aux touristes européens est entériné. Par ailleurs, tous les Juifs, de plus en plus nombreux à s’y rendre chaque année parce que «c’est leur pays» et que les vacances «sont pour rien» vont certainement se sentir étrangers dans leur terre natale qui a effectivement beaucoup changé depuis leur départ.

4 commentaires:

Elizabeth GARREAULT a dit…

1/2
Ca fait froid dans le dos à lire certains témoignages.

"une nuit en enfer!

je n'ai pas pour habitude de parler des choses négatives qui m'arrivent au quotidien depuis mon arrivée en Tunisie, parce que je pars du principe qu'en venant ici avec la révolution je savais que rien ne serait facile et que je devais donc assumer les moment difficiles. les seules fois ou j'ai exprimé ma colère c'était concernant des sujets sociaux et et des injustices.

mais ça suffit! ce soir alors qu'au restaurant Tounsy nous nous préparions à clôturer la journée, Moez Chabane la personne auprès de qui je loue mon local depuis son ouverture le 20 mars, a débarqué avec une douzaine de molosses. devant le personnel et des clients les dits molosses m'ont kidnappé et tout en me frappant, afin de me faire taire, m'emmenaient dans un lieu sombre ou ils m'ont plaqué au sol, ont continué à me rouer de coups, jusqu'à ce que leur boss Moez Chaabane arrive et se mette à me tabasser tandis que ses hommes m'immobilisaient.
a suivre....

Elizabeth GARREAULT a dit…

2/2
toute cette violence, cette folie parce que depuis que nous avons ouvert Tounsy je subis des menaces de cette personne et son frère Riadh Chaabane, tous deux propriétaires de la société Island Beach et locataire de la Tour Blanche, espace ou nous leur louons les locaux pour Yabani et Tounsy. suite à mon refus de céder aux menaces en leur abandonnant le concept et suite surtout aux menaces quotidiennes je leur ai signifié que j'allais quitter ce local pour ourvrir Tounsy ailleurs. à partir de ce moment là ces deux sinistres personnages ont tout fait pour me faire quitter les lieux du jour au lendemain, bien que nous payons les loyers dans le but de récupérer le local, le concept, les employés et la clientèle en nous privant du temps nécessaire pour communiquer sur notre départ et préparer le nouvel espace.

rendez vous compte qu'en toute impunité, sans craindre le moindre soucis avec la police et la justice, ces voyous devant les clients et le personnel ont débarqué, m'ont kidnappé, séquestré dans un des locaux du complexe, tabassé et comptaient m'emmener Dieu sait où pour me faire Dieu sait quoi. Grace a Dieu tandis qu'ils m’emmenaient dans un autre endroit, hors du complexe, je suppose afin de ne pas permettre à mon personnel et aux clients de me trouver et me sauver, une voiture de la police passait et j'ai commencé à crier ( véhicule de la police immatriculée 28210 ). du coup les gars qui m'entouraient pour éviter que les passants ne me voient, ont commencé à paniquer et ont fini par fuir quand le véhicule de la police a braqué dans notre direction.

alors qu'ils me séquestraient et me tabassaient le reste de leur meute s'est acharnée sur les employés, les a bousculé, leur a volé leurs recettes de la journée, a arraché la caisse ( c'est ce qu'on voit sur la photo qu'un client a pu prendre à la sauvette. photo sur laquelle on voit d'ailleurs un des deux voyous, Riadh Chabane ), ont saccagé nos bureaux et volé une somme importante en plus de la recette du jour.

il est 4h10, je rentre des urgences apres avoir tenté de déposer plainte au commissariat de la Marsa. demain matin 10h je dois retourner au commissariat toujours de la Marsa mais celui qui est à coté de la baladyia.

souvent quand on me demande conseille pour investir en Tunisie j'explique que la Tunisie est un eldorado parce qu'il y a de nombreux secteurs d'activités qui ne sont pas exploités ou bien d'autres secteurs qui sont peu ou mal exploités. mais je dis aussi que là où il y a un eldorado il y a aussi le far west avec des bandits prêts à dégainer à chaque coin de business.

je pose tout ceci comme un témoignage mais aussi comme une assurance afin que tout le monde sache ce qui m'est arrivé et ce qui pourrait m'arriver. quoi qu'il m'en coute, je ne céderai pas devant ces minables, leurs misérables molosses et les gens qu'ils paient pour se permettre d'agresser aux yeux de tous sans craindre le moindre ennui!! yedhom!!

il y a quelques mois le Premier Ministre يوسف الشاهد Youssef Chahed a dit "C'est soit la corruption soit l'Etat.. j'ai choisi la Tunisie" j'espère que ce qui arrive à notre équipe, nos clients, notre entreprise et ce que j'ai subi sera l'exemple qu'en effet en Tunisie désormais les voyous qui sont habitués à agresser et soudoyer ne sont pas intouchables. qu'en effet désormais en Tunisie on choisi l'Etat et ses citoyens plutot que la corruption et ses mafieux."

Pascale CHATELUS a dit…

Tous les morts pour en arriver là.
Aucun pays arabe n a réussi sa révolution.
C est à nous faire regretter le passé..

Ahmed Taoufik BEN MUSTAPHA a dit…

Edifiant témoignage quant à l'état des lieux en Tunisie. Sans mettre en doute la profession de foi de Youssef Chahed, sa marge de manoeuvre est, me semble-t-il, quasi nulle. N'est-il pas surprenant que les compétences qui tentèrent quelque chose ces dernières années (Intérieur, Education, Santé, Affaires Religieuses, médias publics etc...) furent toutes, soit dégagées, soit sacrifiées)! la révolution, celle des esprits, est à construire.