Après l’affichage du premier article, le chargement des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

jeudi 7 juin 2018

Les prétentions turques par Dov ZERAH



LES PRÉTENTIONS TURQUES

Le point économique de Dov ZERAH


            

          La Turquie a dernièrement défrayé la chronique française pour une raison quelque peu étonnante. En effet, la une de l’hebdomadaire «le Point», «LE DICTATEUR Jusqu’où ira Erdogan ?» avec en fond la photo du président turc. Des Turcs ont exigé et obtenu d’au minimum un kiosque le retrait d’affiches publicitaires du journal. Drôle de comportement pour des militants qui cherchent à convaincre que c’est faux.


            Depuis son arrivée au pouvoir en 2003 comme premier ministre, puis à partir de 2014 comme président, Recep Tayyip Erdogan n’a cessé de renforcer son pouvoir :
- Avec la remise en cause du kémalisme, des atteintes régulières à la démocratie, aux droits de l’homme, à la liberté de la presse, des intrusions régulières de la religion dans le champ politique, la mise en place progressive d’un Etat islamique de la tendance des frères musulmans.
La tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016, réel ou supposé, a entraîné plusieurs centaines de morts, des milliers de blessés, et une véritable «chasse aux sorcières» ; elle a concerné tout l’appareil d’Etat, les fonctionnaires, les enseignants, les universitaires, les gouverneurs, les militaires, les policiers, les gendarmes, les magistrats, les juges, les conseillers d’Etat, les membres de la Cour constitutionnelle…sont arrêtés, placés en détention, gardés à vue, licenciés. 60.000 personnes ont été concernées.
           Cela a constitué un bon prétexte pour mettre en place des fidèles, modifier l’ordre constitutionnel et s’arroger les pleins pouvoirs avec la mise en place d’une hyper présidence. Ce ne sont pas les prochaines élections du 24 juin qui vont changer la situation, et qui devraient permettre à Erdogan de rester au pouvoir jusqu’en 2029.
- La manifestation la plus caractéristique du culte de la personnalité est la construction d’un palais présidentiel pour près de 500 millions€, avec des frais de fonctionnement de plus en plus exorbitants ; 200.000 m² en pleine forêt classée site naturel, 1.000 chambres ultra luxueuses, dans le plus pur site néo-seldjoukide, la première dynastie turque…Cela dénote la volonté d’exhumer la gloire passée du «Grand Turc».
            Erdogan veut faire de son pays «une puissance globale, une force maitresse capable d’agir militairement pour assurer sa sécurité». L’activisme turc se manifeste tous azimuts :
En Syrie, les Turcs ont profité de l’émergence de Daesh pour y intervenir, et après s’en prendre aux Kurdes.
A Gaza, pour défendre le Hamas, membre des Frères musulmans
- Le président Erdogan refuse la réunification de l’île de Chypre, coupée en deux depuis 1974. Cette politique se décline notamment avec l’exigence du maintien d’une base militaire turque et ses 30 à 40.000 soldats, mais avec les initiatives récurrentes de colonisation, voire de «turquisation» du sud de l’île.
- Mais les ambitions turques ne se limitent pas au seul Proche-Orient. Nous assistons depuis 2000, à une véritable offensive turque en Afrique sub-saharienne. Les échanges entre le pays et le continent sont passés en un peu moins de 20 ans de 100 millions$ à plus de 20 milliards$, et l’objectif est d’atteindre dans les 5 ans les 100 milliards$. L’influence turque ne se limite pas à l’économie ; cette stratégie d’entrisme concerne le secteur militaire avec une base en Somalie, l’action humanitaire, l’éducation avec le financement de bourses à des étudiants ou de madrasas pour propager une forme d’islamisme radical propre aux Frères musulmans.
            Cette stratégie est favorisée par une croissance économique de plus de 7% en 2017, après les 3,3% de 2016 et les 5,9% de 2015 qui masque de nombreux problèmes : la livre turque a perdu depuis début 2018 près de 20% de sa valeur à cause notamment d’une inflation à plus de 11% et des comptes extérieurs déficitaires ; par ailleurs, les affaires sont entravées par une corruption généralisée.
            Face à ce voisin turbulent, que fait l’Europe ? Certes, elle paie 6 milliards€ pour s’assurer qu’il garde les migrants, le sujet de l’adhésion est repoussé aux calendes grecques, mais cela ne suffit pas à faire une stratégie.
            De son côté, l’OTAN est confrontée au dilemme entre le respect de ses prérequis démocratiques et ne pas en tenir compte eu égard l’importance géostratégique de la Turquie, et notamment de la base d’Incerlik.
            Les prétentions turques ne cesseront pas d’occasionner des soucis à l’Europe, aux Etats-Unis et à l’OTAN.

2 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

Toutes proportions gardées, on n'a pas de peine à imaginer un Dov Zerah du début des années trente, écrire : "Les prétentions allemandes ne cesseront pas d'occasionner des soucis à l'Europe, aux États-Unis et à la SDN".

Pour ce qui est des "soucis", citons dans l'ordre : la remilitarisation de la Rhénanie, l'occupation des Sudètes, l'Anschluss et pour finir, le déclenchement de la Seconde guerre mondiale.

Marianne ARNAUD a dit…

Et pour ce qui concerne la candidature turque à l'entrée de l'UE, je relève, à toutes fins utiles, sur le site Cairn.info :

"l’initiative qui a lancé l’actuel débat et qui débouchera sur une décision positive en décembre 2004 d’ouvrir les négociations avec Ankara a été adoptée le 15 novembre 1999 par le président Bill Clinton à Istanbul. Le Président Clinton souhaitant, lors d’une visite d’État qui précédait de quelques jours le sommet de l’OSCE sur le Bosphore, au nom des États-Unis, que la Turquie soit admise dans l’Union européenne [2][2] hhttp :// www. cnn. com/ WORLD/europe/9911/15/clinton.trip..... À peine quelques semaines plus tard, l’UE se pliait à l’injonction américaine et admettait la candidature turque. L’UE mettait ainsi un terme à quarante ans d’attentisme à l’égard d’Ankara. Alors que depuis 1963 et le premier accord avec la Turquie [3][3] http ://europa.eu.int/comm/enlargement/turkey/pdf/..., les Européens avaient pour tactique de reculer par tous les moyens une décision sur l’adhésion, y compris et surtout l’union douanière de 1995.