Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

lundi 18 juin 2018

Le Hamas touché par la grâce par Michèle MAZEL



LE HAMAS TOUCHÉ PAR LA GRÂCE
La chronique de Michèle MAZEL



Ce vendredi 15 juin, tout était prêt pour une nouvelle et sanglante journée d’affrontements. Le Hamas avait le vent en poupe : l’Assemblée générale des Nations unies venait de condamner à une écrasante majorité «l’usage disproportionné de la force» exercé par Israël : cent vingt pays avaient voté pour, dont la France. Une victoire dont n’a pas manqué de se vanter Ismail Haniyeh lors des prières du vendredi.   



Préservatifs gonflés à l'hélium  pour être enflammés
  

Pour marquer dignement le début des festivités de l’Aïd el Fitir, les trois jours de fête qui marquent la fin du mois de Ramadan, «l’unité de cerfs-volants» - excusez du peu – de l’organisation terroriste avait préparé un arsenal impressionnant. Aux fameux cerfs-volants incendiaires, qui ont déjà fait des ravages de l’autre côté de la barrière de séparation, détruisant des récoltes, dévastant des forêts et au passage brûlant vifs des milliers de tortues, mulots, musaraignes, lézards et autres petites créatures des champs, s’ajouteraient des ballons gonflés à l’hélium et portant aussi des charges inflammables. En tout cinq mille engins qui partiraient de divers points de la Bande de Gaza et que le vent venu de la mer dirigerait vers «l’ennemi sioniste». Certains de ces engins seraient porteurs d’explosifs. 
Ballons incendiaires

Les habitants des kibboutz situés de l’autre côté de la barrière – à l’intérieur des frontières reconnues internationalement de l’Etat d’Israël – se préparaient donc à une nouvelle journée d’épreuves. La présence militaire était renforcée, les unités de pompiers étaient en état d’alerte.  Bilan de ce vendredi à haut risque ?   Quelques dizaines de manifestants, aucun blessé, une poignée de cerfs-volants et de ballons déclenchant onze incendies rapidement maitrisés. Bref, la journée la plus calme depuis les manifestations de «la grande marche du retour» il y a un peu plus d’un mois.


Comment expliquer cet étrange phénomène ? Le Hamas aurait-il essuyé un cuisant échec après ses déclarations bombastiques ? Pas du tout.  Touché par la grâce, ses dirigeants ont expliqué qu’ils avaient choisi de respecter la sainteté de cette première journée de fête. Evidemment les Sionistes qui, comme on le sait ne respectent rien, ont trouvé d’autres raisons.  D’abord la nouvelle politique de l’armée qui n’hésite plus à ouvrir le feu sur des rassemblements de lanceurs de cerfs-volants ou de ballons. Des tirs ciblés qui jusqu’ici n’ont pas fait de blessés mais ont fait passer le message.  Il y a aussi ces fameux drones qui détruisent les engins en vol. Ensuite les Gazaouis n’avaient pas très envie d’aller manifester. Ils ont préféré faire la fête comme il est d’usage, et regarder l’Egypte et le Maroc se lancer dans le Mondial.
Egypte-Maroc


Dernier point, une meilleure lecture des résultats du vote à l’ONU a pu faire réfléchir le Hamas.  A l’initiative de Nikki Haley, la représentante américaine soixante-deux pays ont voté en faveur d’un amendement condamnant le Hamas pour ses activités terroristes, les tirs d’obus et les tunnels d’attaques. Cinquante huit pays s’y sont opposés et 42 se sont abstenus.  L’amendement n’a pas été validé au motif que le règlement demandait une majorité des deux-tiers.  On retiendra tout de même que la France, la Grande Bretagne et l’Italie avaient voté pour aux côtés de la plupart des pays de l’Union européenne.  Réveil de l’Occident ou avertissement sans frais ? L’avenir le dira.


1 commentaire:

Marianne ARNAUD a dit…

Art Spiegelmann - le très célèbre créateur de la souris Maus, qu'il serait indécent de ma part de vouloir présenter au public israélien - de passage à Paris pour participer à un spectacle musical sur ses bandes dessinées, à un journaliste qui lui demandait comment décrire le conflit israélo-palestinien, répondait sans hésiter : "Deux souris, une de chaque côté." Et il ajoute : "Ce qui est horrible avec le conflit israélo-palestinien c'est que tout ça est dû à des gens qui sont l'incarnation d'un concept de Freud : le narcissisme des petites différences. J'espère juste que les Juifs israéliens n'ont pas été tentés de mettre des masques de chats !"

https://www.arte.tv/fr/videos/083464-000-A/art-spiegelman-a-la-philharmonie-de-paris/