Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

mercredi 16 mai 2018

Sanglante roulette russe à Gaza par Michèle MAZEL



SANGLANTE ROULETTE RUSSE À GAZA

La chronique de Michèle MAZEL

            

          Au grand casino du Hamas, les jetons ce sont les Gazaouis et ils ne coûtent hélas pas cher.  On les remplace facilement.  Sont-ils tous volontaires ? Ont-ils vraiment le choix ? Cette question, personne ne la pose. D’ailleurs qui se risquerait à répondre autrement que par des slogans ? Ceux qui sont atteints par les balles israéliennes savent que leur famille recevra une compensation financière et qu’ils seront vénérés comme des martyrs.



            C’est un tout autre traitement que le Hamas réserve aux impudents qui auraient l’audace de le critiquer. Et puis il y a les plus jeunes, à peine sortis de l’enfance et endoctrinés dès leurs premiers jours.  Pour eux, fabriquer des cerfs-volants incendiaires et les voir s’envoler et passer de l’autre côté de la barrière n’est guère plus qu’un jeu. Il faut entendre leurs cris de joie lorsqu’ils aperçoivent l’épaisse fumée ou les flammes, gages de leur réussite. Peu leur importe les champs de blés dévastés. D’ailleurs jusqu’ici aucune voix ne s’est levée pour condamner ce vandalisme gratuit.  
            Derrière les uns et les autres il y a aussi les combattants de l’organisation terroriste. Non contents de les encourager de la voix et du geste, ils se faufilent parmi eux pour lancer des cocktails molotov ou des engins artisanaux sur l’obstacle qui les sépare de leur objectif : ce fameux «retour» qui verrait déferler à l’intérieur des frontières internationalement reconnues d’Israël des centaines de milliers de Gazaouis. 

          Le Monde, quotidien peu connu pour sa sympathie pour l’Etat juif, écrivait ceci le 13 mai à la veille de la manifestation monstre prévue :
          «Sur les réseaux sociaux, à Gaza, circulent des plans à l’origine imprécise pour indiquer aux protestataires vers quelles communautés israéliennes ils devront se diriger lundi, de l’autre côté de la clôture. Les plans montrent le territoire israélien au-delà du terminal d’Erez, en face du camp de Bourej, de Gaza-ville et de Khan Younès, avec la distance indiquée qu’il leur faudra parcourir». 
         On ne saurait être plus clair.
            Le Hamas sait pourtant que la frontière ne tombera pas.  D’ailleurs là n’est pas son but. Jusqu’ici il a tout essayé contre ce qu’il continue à appeler «l’entité sioniste» dont il veut la perte. Il le dit et le répète mais il n’y a que les Israéliens pour écouter. L’Occident a oublié un peu vite les 8.000 obus et roquettes visant les populations civiles lancées après l’évacuation totale de la bande de Gaza par Israël.  Les petits Israéliens apeurés terrés dans les abris, l’hululement des sirènes.

            Aujourd’hui, le Dôme d’acier est là pour neutraliser cette menace. Alors Hamas a creusé des tunnels d’attaque, y consacrant les millions de dollars d’une aide internationale qui était destinée à améliorer le sort de sa population. Après avoir subi des pertes douloureuses, Israël a là encore trouvé la réplique. Reste le manifestant à mains nues, le jeune qui court avec sa fronde dérisoire, l’enfant au cerf-volant. Les morts, les blessés. Les femmes qui crient leur douleur en se tordant les mains. Des images qui défilent en boucle sur tous les écrans du monde. Dans leurs studios climatisés, les commentateurs parlent gravement de riposte disproportionnée et les condamnations pleuvent. On voit moins les lanceurs de bombes, les terroristes armés qui parviennent parfois à s’infiltrer.

            Et on se garde bien de dire que ces démonstrations à grand spectacle qui passent si bien à l’écran sont justement faites pour les télévisions du monde entier. Le Hamas est prêt à faire couler le sang de son peuple pour faire oublier que l’économie et les ressources du pays sont entièrement consacrées à la lutte contre Israël. Et qu’importe si les Gazaouis n’ont que quatre heures d’électricité par jour et que l’eau potable est si rare qu’il faut la payer ; qu’importe si le taux de chômage atteint des proportions effroyables. Tant que le monde blâmera Israël, pourquoi le Hamas abandonnerait-il une politique si rentable ?

6 commentaires:

Philippe BLIAH a dit…

Article trés juste dans sa description de la réalité. Ces Gazaouis n'aboutiront à rien. Par contre rien ne dit que les conséquences des images selectionnées par les TV occidentales dont celles du pays se vantant sans rire d'etre "notre ami, notre allié"n'auront pas de répercussion semant la haine des islam-istes. Le cerf volant aurait dnc un effet papillon

David a dit…

Excellent article, j'espère qu'il sera lu par tous. Le monde fait semblant de ne pas savoir les tactiques macabres des islamistes de Gaza. Du moment qu'on blâme des juifs ! Ces images passées en boucle sur les chaînes infos vont nous coûter encore plus d'agressions antisémites en France et ailleurs malheureusement.

Anonyme a dit…

Assad, comme Netanyahou, estime lui aussi défendre son peuple et son pays contre les terroristes islamistes (étrangers pour la plus part). Quand on a des œillères on ne se rend pas compte de ce qu' on écrit Monsieur et ça discrédite votre article. Dommage, je vous lisais depuis longtemps et vos articles sont intéressants. Ne vous laissez pas aveugler par vos sentiments pour le gouvernement israélien. Le peuple juif mérite mieux que Netanyahou autant que le peuple américain qui mérite mieux que Trump.

denis sabrié a dit…

Oui, excellent article, et bravo à Mr Netanyahu , malgré ses "casseroles", et à Mr lieberman pour la défense du pays, et merci à Mr Trump pour son cou de pousse pour l'histoire d'ISRAEL et son avenir..: "Regarde le regard qui te regarde"...

Anonyme a dit…

Même si le 1er ministre israélien n'est ni un saint ni le dirigeant dont les israéliens auraient rêvé il est malhonnête de le comparer à Assad.

Gérard MARTELLI a dit…

Enfin on parle de la responsabilité du Hamas ... Les gouvernements de la région commencent à être fatigués de l'attitude du Hamas et de l'Autorité palestinienne. On s'étonnait du silence de certains pays, on comprend mieux maintenant. Pour comprendre pourquoi l'Egypte accuse le Hamas. Il vient d'admettre que 50 des personnes tuées par l'armée israélienne faisaient partie de son organisation terroriste. 3 autres étaient des militaires palestiniens
Le Bahrein s'aligne sur la position égyptienne. Les égyptiens se comportent mieux que les européens !!!!