Après l’affichage du premier article, le chargement des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

vendredi 25 mai 2018

Objectivité européenne par Michèle MAZEL



OBJECTIVITÉ EUROPÉENNE

La chronique de Michèle MAZEL

            

         Les retombées des événements qui se sont déroulés à la frontière entre Israël et Gaza n’en finissent pas d’empoisonner l’atmosphère et les relations entre l’Etat juif et la plupart des pays de l’Union européenne qui l’accusent de s’être livré à un massacre. C’est en vain qu’Israël multiplie les conférences de presse, que ses ambassadeurs montent au créneau.






            En vain aussi que sont mises en ligne des vidéos qui démontrent une réalité qui est toute autre et l’extrême violence des manifestations organisées par le Hamas. A travers l’épaisse fumée noire des pneus qui brûlent, on aperçoit clairement les lanceurs de bombes incendiaires et les militants qui attaquent la barrière de sécurité au sécateur, au crochet de fer. On entend les hurlements excités de la foule, les appels à la destruction d’Israël.
            Le porte-parole de l’armée évoque les charges explosives déposées le long de la barrière, les - rares – tentatives réussies pour passer en territoire israélien, les affrontements entre soldats et terroristes armés. Tout est documenté, filmé, enregistré en temps réel. Les représentants d’Israël s’époumonent à répéter que loin d’une manifestation pacifique, le but du Hamas était tout autre comme il ressort du nom qu’il avait choisi : La grande marche du retour qui verrait la population de Gaza déferler à l’intérieur des frontières internationalement reconnues d’Israël.

            Les Européens ne se laissent pas convaincre. Là où Israël voit des militants armés, ils ne voient que des manifestations pacifiques et ne comprennent pas pourquoi Tsahal ne laisse pas passer ces braves gens.  Pourtant Israël aurait tort de les accuser de partialité. Après tout, ces mêmes Européens font preuve d’une grande impartialité. Ils ne croient pas non plus les Palestiniens quand ces derniers se vantent devant les caméras -mais en arabe - de rentrer bientôt «chez eux» et proclament que la victoire est proche. Ils ne les croient pas quand ils appellent, toujours devant les caméras, les femmes et les enfants à verser leur sang pour la patrie et pour Jérusalem.
             Ils ne les croient pas quand ils brandissent des cartes de «Palestine» d’où toute trace de l’entité sioniste a disparu ; ou de plus modestes croquis indiquant le chemin à prendre pour atteindre les kibboutzim situés à proximité de la frontière. Ils ne les croient pas quand les médias arabes les montrent hurlant à pleine gorge «mort à Israël» et évoquant «la trahison des Juifs envers Mahomet». Ils ne les croient pas quand les dirigeants du Hamas exhortent leurs fidèles à kidnapper des soldats de Tsahal ou à défaut quelque civil. Et ils ne les croient surtout pas quand ces mêmes dirigeants reconnaissent sans complexe sur des plateaux de télévision arabe que 80% des victimes étaient des combattants du Hamas ou de la Jihad islamique. 
Nous n'avons pas d'autre choix que de marcher vers la frontière

            Que faudrait-il donc pour que l’Union européenne regarde enfin la réalité en face ? Si au moins elle renvoyait les belligérants dos à dos comme le fait le Mercutio de Shakespeare, s’exclamant «La peste sur vos deux maisons» parlant des Capulet et des Montagu dans Roméo et Juliette.  Hélas, n’écoutant ni les uns ni les autres et se voilant la face devant les images, l’Union européenne a une fois encore choisi son camp.
  

1 commentaire:

David a dit…

Excellent papier très réaliste et pessimiste en même temps. L'occident se suicide et veut entraîner Israël dans sa chute.