Après l’affichage du premier article, le chargement des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

mercredi 16 mai 2018

Le basculement vers le XXIème siècle par Dov ZERAH



LE BASCULEMENT VERS LE XXIème SIECLE

Le point de Dov ZERAH



Accord nucléaire de 2015
            
          La récente décision du président Donald Trump sur l’accord nucléaire iranien a soulevé de nombreux commentaires. Ceux-ci ont principalement porté sur : Le droit international qui semble dépassé. La remise en cause de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien constitue indiscutablement une négation de la signature donnée, une atteinte à la crédibilité de la première puissance au monde, les Etats-Unis. 



Executive order

          Au-delà de cette présentation, le sujet est plus complexe car l’accord n’est pas un traité soumis à l’approbation du Congrès, mais un «executive order» présidentiel soumis à réexamen tous les six mois au vu de son application. En 2015, Barack Obama n’avait pas pris le risque de soumettre l’accord au vote des parlementaires, car le résultat était loin d’être assuré.
            Par ailleurs, ce n’est pas la première fois dans l’histoire de l’humanité qu’un traité n’est pas :
Ratifié. Déjà en 1919, le Congrès américain ne ratifie pas le Traité de Versailles pourtant largement inspiré par le président américain de l’époque, Woodrow Wilson. Plus récemment, le peuple français, lors du référendum de 2005, n’a pas ratifié le traité relatif à la constitution européenne
Respecté. Malgré toutes les violations du Traité de Versailles par Hitler entre 1933 et 1940, il a fallu attendre l’invasion de la Pologne en septembre 1939 pour que le Royaume-Uni et la France en arrivent à déclarer la guerre à l’Allemagne
            Au-delà de ces considérations, le droit international est de plus en plus malmené, et aussi bien la force que l’unilatéralisme semblent devenir encore plus que par le passé la règle des relations internationales. Deux exemples peuvent caractériser cette évolution :
Le déclenchement de la guerre n’est plus conditionné par une déclaration en bonne et due forme. Sans aucune annonce officielle, la Turquie intervient en Syrie pour contenir l’affirmation nationaliste des Kurdes ; de même, Israéliens et Iraniens s’affrontent en Syrie sans aucun préalable...
Plus de déclaration préalable, plus d’accord préalable du Conseil de sécurité. En intervenant en Irak en 2003 sans résolution du conseil de sécurité, les Etats-Unis ont ouvert la boite de Pandore et commencé le dé tricotage du système international mis en place au lendemain de la seconde guerre mondiale. Quelle est la base juridique des différentes interventions en Syrie, qu’elle soit russe, iranienne, turque, ou occidentale ?
            La contestation du rôle de l’ONU s’accompagne de la remise en cause des conclusions de l’Agence internationale sur l’énergie atomique (AIEA) relatives au respect de l’accord nucléaire par l’Iran. Nous sommes entrés dans un monde sans arbitre, sans régulateur.

            Tout en retirant les Etats-Unis de l’accord, le président Donald Trump a réintroduit les sanctions contre l’Iran en insistant sur le fait que tout contrevenant, quelle que soit sa nationalité, serait pénalisé. Certains ont parlé de lois extraterritoriales, et qu’après l’amende imposée à BnpBaribas, les Etats-Unis s’érigeaient en juge international. Qui pourrait empêcher, voire critiquer les Etats-Unis de fermer leur marché aux contrevenants des mesures qu’ils ont décidé de prendre ? La vraie question sur ce sujet est la réaction européenne !
            Cette nouvelle remise en cause du multilatéralisme après la dénonciation des Accords de Paris arrive après les atteintes par le président Donald Trump au libre-échange. Tant la contestation de l’ONU que le retour du protectionnisme entrainent un basculement vers un XXIème siècle nationaliste, voire égoïste. Il ne suffit pas de remettre en cause, il faut construire cette gouvernance mondiale dont nous avons un impératif besoin pour affronter ensemble, qu’on le veuille ou non, la croissance démographique, les défis écologiques, et bien d’autre sujets communs. Nous n’en prenons pas le chemin vertueux.
            Nous sommes à un moment charnière comme à la fin du XVème siècle avec la chute de l’Empire d’Orient en 1453 et la découverte du nouveau monde en 1492. 
            Le XVIIIème siècle a pris fin avec la révolution française de 1789. Mais il faut attendre 1815 et la signature du Traité Vienne pour avoir le début du XIXème siècle qui a pris fin en 1914 avec le début de la seconde guerre mondiale. De même, il faudra attendre 1945, avec le mise en place de l’ONU, du FMI, de la Banque mondiale et du GATT pour avoir le système qui va marquer le XXème siècle.
            Le XXème siècle a probablement pris fin avec la chute du mur de Berlin en 1989 et l’éclatement de l’Union soviétique en 1991. Un nouveau monde est en train d’advenir avec l’émergence de la Chine, l’affirmation des pouvoirs autoritaires russe, turque, iranien, et des Etats-Unis en quête d’une nouvelle stratégie simultanément marquée par l’isolationnisme et des affirmations de puissance mondiale comme sur les sujets du nucléaire coréen et iranien.
            Il faut espérer que ce tohu bohu prenne rapidement fin avec la définition de règles internationales assurant la paix.

1 commentaire:

Marianne ARNAUD a dit…

« Cher Lord Rothschild

J’ai le grand plaisir de vous adresser de la part du Gouvernement de Sa Majesté la déclaration suivante, sympathisant avec les aspirations juives sionistes, déclaration qui, soumise au cabinet, a été approuvée par lui.

“Le Gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un Foyer national pour le peuple juif et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte soit aux droits civils et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, soit aux droits et au statut politiques dont les Juifs disposent dans tout autre pays.”

Je vous serais obligé de porter cette déclaration à la connaissance de la Fédération sioniste.

Arthur James Balfour »


Déclaration Balfour (2 nov 2017) La documentation française