Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

mercredi 10 janvier 2018

La folie du bitcoin par Dov ZERAH



LA FOLIE DU BITCOIN

Le point économique de Dov ZERAH


           
          
      A l’aube de cette nouvelle année, je vous adresse une nouvelle fois mes meilleurs vœux et vous souhaite santé et joie pour 2018. Vous avez été nombreux à m’interroger sur le bitcoin. Comme de coutume, je vais essayer de vous donner des éléments pour vous permettre de faire votre propre appréciation. S’agissant d’un véritable phénomène révolutionnaire, il est difficile d’apporter une réponse définitive.



            La question fondamentale qui se pose est de de savoir si c’est une monnaie, voire une monnaie virtuelle ou une crypto-monnaie.
            Le bitcoin a été créé en 2009 en pleine crise financière. Est-ce la manifestation de la défiance à l’égard d’un système financier et bancaire qui avait failli ? Huit ans après, c’est une exceptionnelle victoire sur une forme «d’ancien monde». En commençant l’année à 1.000$ et la terminant à près de 16.000, après avoir dépassé 18.000$, 2017 est «the bitcoin year» !
            Le succès du bitcoin est également une des nombreuses manifestations de la mondialisation qui fait de notre planète un grand village ; le bitcoin est devenu comme certaines expressions ou comportements un des éléments constitutifs du citoyen du monde. L’explosion du bitcoin n’a été possible que grâce à l’internet. Le bitcoin est le bébé de la toile, de la dématérialisation croissante de notre monde, de la gestion en temps réel des mouvements financiers en tout point de la planète.
            La monnaie assure trois fonctions :
Elle est un instrument de mesure des valeurs. En remplaçant le troc, la monnaie est une unité de compte qui permet de comparer les valeurs des différents biens et services. Même s’il est toujours possible d’exprimer biens et services en bitcoins, sa volatilité crée une instabilité sur leur valeur…
- En permettant de mesurer la valeur des biens et services, la monnaie constitue un intermédiaire des échanges, un média longtemps matériel avant de prendre des formes immatérielles avec la monnaie scripturale, les virements et autres prélèvements automatiques…la multiplication des signes monétaires a accompagné ou précédé le développement des échanges et des économies. Même si certains pays, comme la Californie en 2014, le Luxembourg en octobre 2016 ou le Japon en avril 2016, ont accepté le bitcoin comme moyen de paiement légal, nous n’en sommes pas encore à faire nos achats quotidiens avec des bitcoins.
La monnaie est une réserve de pouvoir d’achat. Elle remplit un rôle d’instrument d’épargne ou de thésaurisation, et permet à son détenteur de préserver son épargne dans le temps, sauf hyper inflation. Des fonds acceptent les paiements en bitcoins. Des starts up lèvent des ressources dans le cadre d’«initial coin offering (ICO)», des actions ne forme de jetons numérique.

            Le bitcoin semble avoir les attributs d’une monnaie. Mais qu’en est-il de la crédibilité du bitcoin ? Normalement, il n’y a pas de création monétaire sans contrepartie. Toute monnaie a quatre contreparties possibles détenues par la banque centrale émettrice : l’or, les devises, les créances sur l’Etat et les créances sur les entreprises ; ils garantissent la valeur de la monnaie, et sa capacité à ne pas piéger l’épargnant. Il n’y a pas si longtemps, on pouvait encore aller au guichet de la banque centrale et échanger la monnaie en or. La confiance dans les Etats et les économies a accompagné le développement des monnaies. La spécificité du bitcoin est de bénéficier de la confiance de certains alors qu’il n’est gagé sur rien ! Formidable prouesse.
            Un des problèmes essentiels du système qui s’est développé est l’absence totale de transparence. Le bitcoin ne relève d’aucun Etat, d’aucune banque centrale, d’aucune banque commerciale, d’aucune entreprise. Mais alors, qui a conçu et mis en place les logiciels informatiques qui créent les bitcoins et font fonctionner le système. ? Qui le contrôle ? Qui est l’auteur de l’algorithme censé plafonner le nombre de bitcoins à 21 millions ? Qui a compétence, qualité pour vérifier ? Les informations sur le produit et le marché ne sont pas disponibles ou vérifiables. Plus on approche le plafond des 21 millions, plus le cours monte, malgré les accrocs du marché, plus il est difficile d’en acquérir, plus les derniers entrants risquent d’être les grands perdants.
            A un moment où les Etats et les autorités monétaires et bancaires traquent les paradis fiscaux, la fraude fiscale ou les activités criminelles ou illicites, comment faire pour éviter que le système ne devienne une formidable machine de blanchiment d’argent sale.
            Le bitcoin s’est développé malgré des faillites de plates-formes frauduleuses, des piratages, de nombreuses manipulations…La multiplication par seize du cours du bitcoin durant l’année écoulée démontre au minimum un engouement, et peut-être la constitution d’une formidable bulle qui, à un moment ou un autre explosera. Pour marquer leur prudence à l’égard des marchés, les boursiers ont coutume de dire que les montagnes, quelles que soient leur hauteur, ne montent pas au ciel, et qu’il en est de même pour les cours de Bourse…
Distributeur automatique de bitcoins à Zurich

            Cela explique la difficulté à comprendre : sommes-nous face à un nouveau jeu de hasard, comme au casino, ou en présence de l’émergence d’un mouvement qui va balayer de nombreuses idées reçues. La Bourse de Chicago a lancé un produit dérivé sur le bitcoin. Sommes-nous face à un phénomène identique aux hedge funds, subprimes, et autres produits spéculatifs ?

            Quel que soit la fascination qu’exerce le bitcoin, le phénomène doit être pris au sérieux et ne peut être sous-estimé. Avec 17 millions de bitcoins en circulation, c’est une masse financière de près de 300 milliards$ qui est en jeu. Certains pourraient considérer que l’ampleur n’est pas importante au regard des 100.000 milliards$ en circulation dans le monde. Mais le monde ne peut se permettre, dix ans après la crise des subprimes, une nouvelle catastrophe. Les autorités doivent trouver les moyens de contrôler le phénomène, pour éviter qu’il ne soit utilisé pour des activités criminelles ou illicites, sans pour autant brider l’imagination particulièrement propice avec la dématérialisation.

1 commentaire:

Marianne ARNAUD a dit…

Et si vous voulez en savoir plus : http://h16free.com/2017/12/13/59841-puisquon-vous-dit-que-bitcoin-cest-le-mal-incarne

Vous y apprendrez comment les mêmes arguments qui ont essayé de desservir internet à ses débuts, ont été utilisés contre le bitcoin.
Vous pourrez lire un rapport de l'UE confirmant que les monnaies virtuelles sont très peu utilisées par les réseaux criminels qui préfèrent l'euro ou le dollar, plus faciles d'utilisation.
Vous découvrirez comment la presse s'est emparée d'un nouvel argument : le bitcoin conduirait immanquablement à une catastrophe écologique.

Alors, que vous possédiez des bitcoins, ou pas, je vous souhaite une bonne lecture.