Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

samedi 6 janvier 2018

Chronique d'humeur : Ahed Tamimi, victime ou icône



Chronique d’humeur

AHED TAMIMI : VICTIME OU ICÔNE

Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps

            
Ahed en 2012

          On ne peut pas rester indifférent au visage étonnant et à la chevelure inhabituellement blonde de cette jeune palestinienne de 16 ans qui fait la une des media israéliens et internationaux. Elle s’était déjà faite connaître en 2012 en menaçant de son poing un soldat en tenue. Héroïne n’est pas le terme car en Israël, les militaires sont préparés à ce genre de situation et elle savait donc qu’elle ne risquait rien en giflant un soldat armé. Tsahal défend le pays contre les envahisseurs et contre les terroristes mais pas contre une adolescente en jupon. À cette occasion il faut d’ailleurs saluer le sang froid de l’officier israélien qui a fait preuve d’une haute retenue.




            Le tribunal militaire israélien a inculpé Ahed Tamimi pour 12 chefs d'accusation, dont «des agressions contre un soldat israélien, une ingérence dans les fonctions d'un soldat et deux jets de pierres». Elle a été prise en flagrant délit alors qu’elle se savait filmée au moment où elle giflait et frappait deux soldats israéliens qui étaient en faction dans son village de Nabi Saleh, en Cisjordanie.

            En fait, sa famille est coupable de l’avoir élevée avec la haine des Israéliens. Son père Bassem Tamimi, militant palestinien de longue date, a suscité les exploits de sa fille «La résistance n’est pas un choix, c’est une responsabilité». Il lui a fait comprendre très jeune que «la caméra fait partie de notre lutte, elle rétablit la vérité». Alors elle en a abusé avec sa mère, Nariman, qui suit sa fille à la trace en la filmant dans une sorte d’encouragement à devenir une meneuse parmi les jeunes. Elle ne lui a pas rendu service. Nariman, présente sur les lieux de l’incident a d’ailleurs été inculpée d ‘ «incitation» à l'altercation parce qu’elle n’a rien fait pour raisonner sa fille et lui faire comprendre que sa démarche était inopportune, sinon dangereuse.
Ahed au Tribunal avec de dos Ahmed Tibi

            Les juges militaires ont eu une tâche difficile car enfermer Ahed n’est peut-être pas la bonne solution surtout si elle se retrouve entourée de véritables terroristes qui ont manié les armes de la mort. Elle risque de devenir une icone et même un modèle pour les Arabes. D’ailleurs les dirigeants palestiniens ont pris le relais, dans une sorte d’aubaine pour revigorer l’esprit nationaliste. 


Ahed et sa mère

          Le député israélien Ahmed Tibi s’est déplacé au Tribunal pour l’encourager. Pour lui, Ahed pourrait être une bonne image pour compenser celle, désastreuse, de l'Autorité palestinienne. Or il faut se méfier des nouvelles vedettes des media qui deviennent vite des martyrs. Ses parents doivent être punis à sa place car en prison, ils pourront réfléchir à l’échec de l’éducation qu’ils ont donnée à cette fille qui est entrée trop jeune dans le combat politique.     

6 commentaires:

HAalg a dit…

L’on assiste à une bataille médiatique ; à cela les Arabes-palestiniens font feu de tout bois contre ISRAEL, et c’est de bonne guerre. Tout passe, des mensonges… jusqu’à ce type de scène, rien que ça « une fillette donnant des coups de pied à militaire armé ». Cette fille et ses parents du reste, savaient très bien qu’elle n’encourait aucun danger face à un militaire de TSAHAL, armé ou pas,, car elle est en ISRAEL, mais pas en Iran, ni en Turquie et surtout pas à Gaza ; alors là à Gaza, qu'aurait été, pour elle, son sort que de donner des coups de pieds aux vigiles terroristes du Hamas ???

patrick silberberg a dit…

très bonne idée
je trouve aussi que la placer en détention ne sera pas efficace.
La mettre dans un centre de reeducation(si cela existe) pourrait être une meilleure solution.
Sa mère en tôle serait le minimum a infliger.

Patrick

guy sitbon a dit…

Le village de cette famille se trouve-t-il en Israël ou en territoires que le monde entier (à tort ou à raison) juge occupés. La famille Tamimi (qui porte le même nom que mes cousins Témime) estime que Tsahal est un occupant. Si une portion de ce qu'on croit être son pays est occupée par une armée étrangère n'est-il pas naturel d'inciter ses enfants au patriotisme?
Depuis un siècle, les Palestiniens n'ont pas usé d'autres moyens que la violence, le meurtre des Juifs. Bombes, armes à feu, voiture-béliers, couteaux. Voilà une famille qui se contente d'envoyer ses enfants protester ou bousculer des soldats et de photographier. N'est-ce pas plus civilisé que les bombes dans les autobus? S'en réjouir serait-il déplacé? Avons-nous oublié le temps où les radios arabes chantaient "Égorgez! Égorgez! En 1940, en France, les Allemands auraient immédiatement assassiné parents et gamins. Encore un témoignage de haute civilisation.
Je lis que la colonie proche du village est établie sur des terres expropriées? Est-ce vrai? Est-ce juste? J'entends aussi que des eaux utilisées par le village ont été détournées au profit de la colonie? Est-ce vrai? Est-ce juste?
Il s'agit d'un épisode, plus drôle que tragique, dans une guerre interminable. Mille fois plus fort, Israël peut choisir. Veut-il intégrer cette famille et les 2 862 485 Palestiniens de Cisjordanie, venant s'ajouter aux 1 658 000 Israéliens arabes, dans une seule nation judéo-arabe? Préfère t-il maintenir perpétuellement une occupation militaire écoeurante aux yeux de 99% des humains non juifs? Ne vaut-il pas mieux accorder un État quel qu'il soit à Ahed, sa famille et tous les leurs?

denis sabrié a dit…

Chalom,

Pas question d'Etat à des gens qui vivent constamment au moyen âge, qui ne savent faire que des gosses, qui les "éduquent" pour détruire Israel et qui se complaisent de la vie ,à coup de subventions..
D'autre part, quand ils sont malades, ils viennent se faire soigner en Israel, donc tant qu'ils n'auront pas compris qu'avec l'argent qu'ils reçoivent des pays Arabes, ils doivent construire ici un hôpital avec des medecins, donc étudier..ou la-bas une salle de concert,etc..au lieu de ça, ils s'arment, font des attentats terroristes et pour certain de leurs dirigeants, ils s'en mettent "plein les poches", n'ont aucun respect des femmes, bref pas tous, mais une majorité de sauvages..!
Ils ont déjà un Etat, c'est la Jordanie, il suffit pour eux de traverser le Jourdain

邓大平 עמנואל דובשק Emmanuel Doubchak a dit…

Denis, qu'on soit ou non d'accord avec un état palestinien, vos arguments sont à appliquer à tant de pays et de sous-groupes que l'on se demande si cela leur donne quelque poids. Créer un état palestinien, c'est pour ne pas avoir à assumer un état non juif ou juif mais non démocratique ou avec l'Apartheid, cet Apartheid que je rejette vu que ces gens ne sont pas Israéliens, il existe quand même à Jérusalem, sur le plan des investissements dans les satellites arabes de la ville "réunifiée". Notre aveuglement est réel, mais il pose problème, vu que nous nous réveillons avec des réalités insupportables. Une énorme partie des accusations palestiniennes sont risibles ou vulgairement fausses, ce qui n'empêche pas de se poser et de leur poser les questions qui s'imposent. En fait, votre propos eût été correct en ce qui concerne la Jordanie, si nous avions profité de l'après 68, pour restituer les territoires conquis en négociant la présence juive pérenne dans les lieux de notre tradition quand cela était encore possible, hélas, la Jordanie n'est plus là depuis longtemps et ce projet est irréaliste. Sachez toutefois que le nombre de Palestiniens ayant un bagage universitaire est très élevé, ce qui ne va pas forcément de pair avec un travail ou des idées humanistes...

Ceci dit, la majorité des états arabes sont trop mal gérés par des hommes corrompus, mais là vous admettrez que nous commençons à leur ressembler un peu trop.

Contre la propagande, la seule chose qui vaille est la contre propagande, en votant la peine de mort ou en emprisonnant cette fille, dont l'attitude est méprisable quand elle sait qu'elle n'encourt aucun danger par rapport à n'importe quel pays arabe, nous faisons le jeu de ces personnes. Quel intérêt y avons-nous? Nous, rien! Les politiciens populistes, tout !

denis sabrié a dit…

Chalom Emmanuel
Je fais beaucoup d'erreurs soit, par méconnaissance, mais je souhaite apprendre aussi, vous dites que "la Jordanie n'est plus là depuis longtemps"(..?)j'ai du mal à saisir..