Après l’affichage du premier article, le chargement des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

mardi 5 décembre 2017

Mamie Jacob par Jean SMIA



MAMIE JACOB

Le billet d'humeur de Jean SMIA
            

          Ce sobriquet n’est ni de l’insolence ni de l’irrespect ; c’est ma façon de témoigner mon affection, mon admiration et mon empathie à cette dame. Car, cela fera bientôt un semestre que nous a quittés Simone Jacob, épouse Veil. La majorité des Français la percevait comme une sorte de mamie universelle, et ce, sans les manœuvres de directeurs de la communication. Bien des choses ont été écrites et sa vie bien mieux racontée que je ne saurais le faire. 



            Cependant, il y a une chose que j’ai peu lue : c’est qu’elle personnifiait aussi, sans jamais le revendiquer et sans jamais avoir fréquenté de synagogues, cette âme ou cet esprit juif, qui prolifère en sur-proportion dans les «Nobélisés» et dans la liste des bienfaiteurs de l’humanité et dont la carence contraste singulièrement dans les synagogues, les yéchivot, le Shass et dans les revendications de tous nos hirsutes braillards et empapillotés. 
            Tout, dans le comportement de ces derniers, semble s’orienter vers la déjudaïsation du message d’Abraham : leur prétendue judaïté les amène à n’adorer que des icônes et des représentations matérielles de leur foi (qu’il s’agisse de pierres, de lieux, d’images et/ou de panoplies vestimentaires ou alimentaires). 

            Adorateurs de l’immuabilité du dessin des Lettres : ils refusent d’écouter le sens du Message exprimé par ces lettres et la nécessité d’un questionnement permanent par l’analyse, le savoir et la culture, ce qui implique la liberté de faire fausse route et de se rectifier.
            La fracture de la population juive ne se situe pas entre ashkénazes et séfarades, mais entre ceux qui cherchent à apprendre et transmettre et ceux qui se contentent d’affirmer savoir et de prétendre dicter tout ce que chacun doit faire de son lever à son coucher, afin de plaire à un Dieu, qui serait, Lui, esclave de leurs incantations magiques. Et, en ceci, ils réduisent leur Dieu en une entité, qui serait non seulement jalouse des marques de respect qu’ils auraient inventées, mais qui serait de plus incapable d’évoluer alors que l’univers qu’Il a créé n’obéit qu’à une seule règle : évolution et transformation.

            Ce sont ces fanatiques-là qui sont à l’origine de toutes les destructions d’Israël. Aussi intrusifs qu’un spéculum, ils exigent non seulement de dicter le comportement des autres mais de plus revendiquent un statut de privilégié : recevoir de l’argent sans travailler, être protégés sans protéger les autres, instruire leur progéniture en leur interdisant toute ouverture sur le monde, 

            En fait, ils représentent un bien plus grand danger pour Israël que le Hamas, le Hezbollah ou l’Iran : ils représentent l’extinction de cette lumière juive.

2 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

L'extinction de la lumière juive ne se produira jamais car elle fait partie intégrante de la religion chrétienne qui est en progression constante dans le monde.

Pour vous en convaincre, je vous renvoie à cet article intitulé : "Jésus, un juif de son époque", où Gérard Israël, Président de la commission du CRIF pour les relations avec l'Église catholique, à la question :

Le Dieu d’amour qu’enseigne Jésus est-il le vôtre ?

Répond :

"Bien sûr que oui ! La prière cardinale du judaïsme, c’est : «Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tous tes moyens»! Et quand un pharisien, pour mettre Jésus en difficulté, lui demande quel est le principal commandement de la Loi, Jésus répond : «Écoute Israël, tu aimeras l’Éternel ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tous tes moyens.» Et il ajoute cette phrase essentielle : «Et tu aimeras ton prochain comme toi-même.» C’est aussi une phrase prise du Deutéronome, de la Loi de Moïse. Jésus ne nous a pas montré un autre Dieu que celui du judaïsme. Il a aimé le Dieu d’Israël. Son Père, c’est le Dieu d’Israël, c’est le Dieu créateur, c’est le Dieu qui s’est révélé, qui a choisi un peuple, c’est le Dieu qui marche devant ce peuple."

Georges KABI a dit…

J'ai lu un commentaire de cet article. Naturellement, je suis entierement en desaccord avec ce commentaire, comme je suis en entier desaccord avec l'auteur de cet article.
Il y a pourtant un noyau de verite: le partage entre un Etat hebreu et un Etat arabe est en cours. On n'en parle pas ouvertement, on le realise sur le terrain: L'Ett d'Israe; consistera pour une grande part de la Judee-Samarie, la plaine cotiere qui les longe, Jerusalem, et la plaine cotiere jusqu'a Ashkelon.
En contre partie, l'Etat arabe recevra le reste: toute la Galilee non compris Haifa, mais le lac de Tiberiade compris, une partie de la Judee-Samarie densemement peuplee et le Neguev y compris Eilat.