Après l’affichage du premier article, le chargement des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

lundi 20 novembre 2017

L'orage est proche par Jean SMIA



L’ORAGE EST PROCHE

Le billet d'humeur de Jean SMIA

            

          Que l’origine du psychodrame Hariri soit une maladresse brouillonne des Saoudiens, comme nos braves media de service veulent nous le faire croire, ou alors que son origine soit effectivement la sensation d’étranglement que le «Ez-boa» faisait subir à Hariri, l’issue est imparablement, aussi inéluctablement qu’au jeu d’échec, la très prochaine iranisation de Beyrouth et du Liban.



            Après avoir grâce à Bush colonisé l’Irak, l’Iran trouve sur une voie royale le moyen de s’offrir un port sur la méditerranée !! Et ce, avec l’assentiment de Poutine, qui permet au Ez-boa de construire une base militaire en Syrie à quelques centaines de mètres de la frontière israélienne, assentiment qui se cumule avec la manque de vista de l’UE qui n’a aucune politique étrangère définie hormis son antisionisme, et avec les cafouillages de Trump.
            Reste à savoir si Erdogan, en dépit de sa rivalité avec l’Arabie Saoudite pour diriger le monde sunnite, accepterait de bonne grâce l’installation en méditerranée d’un co-riverain chiite, bien armé et expansionniste.
            On entend quelques voies éparses qui parlent de désarmer le Hezbollah. Mais il n’y a aucune raison que le Hezbollah, qui se glorifie des issues victorieuses de ses interventions en Syrie et en Irak, accepte de se laisser désarmer. 
            Que Hariri retourne au Liban ou pas n’est pas la solution du problème. C’est la question de la légitimité de l’omniprésence du Hezbollah au Liban qui reste posée aux nations qui se prétendent civilisées et démocratiques, car le Hezbollah, en résumé, c'est l’État islamique des chiites. 

            Les nuages noirs s’amoncellent et l’orage est proche.

1 commentaire:

Bernard NIVAL a dit…

L'Iran n'a jamais colonisé l'Irak mais vous devriez savoir comme tous les bons analystes que les chiites arabes sont majoritaires en Irak et qu'il est donc logique qu'ils occupent une place importante dans le gouvernement à Bagdad ,après avoir été brimés (c'est un euphémisme ) à l'époque de Sadam Hussein et qu'ils ont un peu trop tendance à prendre leur revanche. Si j'étais encore un peu plus cuistre, je vous rappellerais ,en souriant ,que les califes Abbassides de Bagdad (8ème -11ème siècle)pour faire régner la concorde dans leur Empire avaient toujours une épouse favorite arabe et une autre favorite persane .