Après l’affichage du premier article, le chargement des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

vendredi 3 novembre 2017

L'injure faite aux loups par Jean SMIA



L’INJURE FAITE AUX LOUPS

Le billet d'humeur de Jean SMIA

            

           Dans leurs postures de n’afficher aucune islamophobie, «ils» (à la télé) se complaisent à glorifier des rats exaltés en les qualifiant de «loups solitaires». Or, dans l’imaginaire populaire, un loup solitaire est un individu qui aurait une revanche à prendre sur une société qui l’a exclu, comme Rambo ou Zorro ou Dirty Harry. Tous se posent en défenseurs d’injustices. Car tous ces héros ont des motivations et des blessures qui accordent des circonstances atténuantes à leurs agissements illégaux.



            Donc parler de loup solitaire inclut par avance une motivation excusable. Cependant, parler d’un «rat exalté» serait plus conforme à la réalité. Un rat, ça se dissimule puis attaque et mords là où on ne l’attend pas, tout seul ou en bandes, y compris dans les berceaux des enfants, alors que des bébés humains, eux, ont survécu parmi les loups.
            Ils refusent d’analyser ou de mettre en cause cette haine du non musulman inculquée depuis la plus tendre enfance dans les écoles coraniques et dans nombre de familles, à l’image des livres scolaires distribués à Gaza et financés par l’ONU. Lorsqu’ils arrivent à l’âge adulte, ces enfants fanatisés par la haine, ne considèrent plus les non-musulmans comme des êtres humains, avec l’empathie viscérale et instinctive que tout être vivant porte à un autre être vivant.
            Ce conditionnement fait que leur monde se résume en musulmans et non-musulmans. Et leur chemin vers le paradis consiste à mourir en assassinant des non-musulmans. Pour confirmation, il suffit de voir l’errance de l’Ouzbek, après son acte, qui est très surpris de ne pas voir s’ouvrir la porte du paradis. Ces attitudes et raisonnements sont alors à rapprocher des symptômes de la schizophrénie : émoussement affectif, perte d’expression émotionnelle, incapacité à ressentir des émotions positives, retrait de la vie sociale, comportement déviant.

            Or les partisans de la déradicalisation auraient-ils découvert la façon de soigner la schizophrénie ? Même si cette schizophrénie a été créée artificiellement, elle est présente et elle existe, avec ses poussées délirantes acycliques. Or, pour le déviant, à partir de la logique qu’il s’est fabriquée ou qu’on lui a inculquée, il lui est impossible d’agir différemment : comme une sorte d’hypnose.
            Ainsi, quel que soit le verdict du procès, il est évident que ce sont la mère et le frère de Mohamed Merah qui ont élaboré, tout au long de son «éducation», une bombe à retardement. Notre problème majeur ne réside pas dans le verdict de ce procès, mais dans le fait qu’il existe, en France et dans le monde, des milliers de ce type de bombe à retardement.
            Google, Facebook et d’autres sont mis en accusation pour ne pas avoir su détecter à temps des probables ingérences russes dans la campagne électorale américaine, mais concernant cette menace-là, il n’y a aucune mise en accusation ; pourtant les conséquences sont plus létales.
          C’est soit parce nous n’avons même pas encore commencé à entrevoir l’existence de cette menace ni réfléchi à des solutions autres que des cours de déradicalisation, soit parce que nous sommes gouvernés et informés par des autruches qui préfèrent ne pas anticiper le danger.

            Des autruches, des loups et des rats : drôle d’arche de Noé.

Aucun commentaire: