Après l’affichage du premier article, le chargement des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

jeudi 2 novembre 2017

Déphasage par Claude MEILLET



DÉPHASAGE

L'opinion de Claude MEILLET

            

          Sans doute, l’effet de baguettes magiques. Probablement maniées par une geisha experte. Et bien sous tout rapport. Un de ses neveux venait de lui envoyer de Tokyo un message définitif : «Ici, je me sens totalement immergé dans le nouvel univers, l’univers TGV». Effet de coïncidence, en tout cas. La signification subliminale de ce tweet, adressé visiblement à un tenant catalogué de l’univers laborieux des trains de banlieues le frappait, par hasard, à un moment idoine. 



          Il s’apprêtait par romantisme, nostalgie, fidélité, à participer au dernier voyage d’un petit train, reliant deux villes moyennes, qui s’amusait à musarder de village en village, de vallée en vallée. Condamné par la concurrence routière et le fameux manque de rentabilité. Stimulé, Jonathan s’attacha à remonter de l’effet à la cause.
            Ce neveu, un tantinet titilleur, sinon provocateur, tapait indéniablement juste. Le défilé, dans la vitre du temps qui passe, s’est radicalement accéléré. Partout. Pour tout. La terre éternelle, c’est fini. Il n’y a guère plus qu’un président droit sorti de Ubu Roi pour le nier. Réchauffement climatique, empoisonnement à l’oxyde de carbone, épuisement des ressources énergétiques, destruction allègre de la faune et de la flore, épée de Damoclès nucléaire. La somme des menaces qui fragilise l’avenir de la planète des hommes, rend prémonitoire le verdict du maître, Valéry, «Le temps du monde fini commence .
            Comme s’est avérée incroyablement, mystérieusement juste, l’affirmation de Malraux, «le XXIème siècle sera religieux ou ne sera pas». La volonté mortifère de l’islam radicalisé de conquête du monde, la volonté militante, obstinée, de l’extrémisme religieux, protestant, catholique, juif, d’envahir et de contrôler la vie publique et politique, concrétise cette vérité d’avant-garde. Il n’y a que le théâtre d’ombres des grands dirigeants pour ne pas en avoir conscience. Sinon que, cette fois, la réussite de la prévision risque de conduire en pleine vitesse à une autre finitude. Celle de la démocratie, de son remplacement par la théocratie. Avec la cohorte de drames dont l’exemple de la guerre Shiite /Sunnite ne pourrait être qu’un pâle exemple.
            Comme est finie la sempiternelle opposition droite/gauche. Il n’y a que les représentants de ces deux camps en cours de dissolution pour ne pas s’en rendre compte. L’univers TGV est celui de l’affrontement retrouvé des Anciens et des Modernes. Les anciens, attachés aux vertus du monde tel qu’il est, partisans timides et inquiets, peut-être avec quelques raisons, de l’emballement technologique, du mixage démographique. Les modernes, voulant inventer une nouvelle combinaison de pouvoir et justice, sur les ailes du progrès qu’ils prétendent, peut-être légèrement, conduire avec fermeté, dans un monde ouvert.
Plage Tel-Aviv

            Enfin, comme est finie la possibilité de remettre en cause l’existence de l’Etat d’Israël. Il n’y a que des aveugles d’une haine à retardement pour ne pas le savoir. La vitesse TGV avec laquelle la nation israélienne s’est construite, a pris de court ses ennemis, ancestraux comme nouveaux. Le pays est jeune. Mais il existe pleinement. Avec ses faiblesses, comme tous les pays. Empêtré dans des restes d’histoire abimant ses principes. Mais avec toutes ses forces. Démocratiques, économiques, technologiques, culturelles. A commencer par ses femmes et ses hommes qui, loin des clichés fanés, dépassés, caducs pour reprendre un adjectif célèbre, sont mus par la volonté de vie. Irrépressible.
            Les chasseurs le savent. Pour toucher une cible dans sa course, il faut viser en avant de sa trajectoire. Déplacer la mire en anticipant le mouvement. L’univers TGV de ce neveu crée une obligation. Ajuster la mire. L’alternative à la bonne voiture classique, c’est parti. Les moteurs hybrides, électriques, le covoiturage, le vélo, les taxis hélico…sonnent la fin d’un règne.
            L’homme augmenté, c’est parti. Avec tous ses dangers, éthiques, sociaux. Et tous ses espoirs. Cornée intelligente pour les aveugles, organes défaillants remplacés Et pour seule limite, l’avertissement de Montaigne, «science sans conscience n’est que ruine de l’âme». La femme, avenir de l’homme, c’est parti. Aragon l’avait écrit, Léo Ferré l’a chanté, les femmes elles-mêmes le réalisent. En Occident déjà, mais aussi en Inde. Au Moyen orient, les femmes israéliennes et palestiniennes donnent chair à l’espoir de paix.
            L’éveil de l’Afrique, c’est parti. Cahin-caha, avec des hoquets et des tragédies encore. Mais l’ébranlement d’un continent entier vers la modernité, la satisfaction des besoins vitaux, de santé, d’éducation, de développement, résonne, annonciateur d’une prise de vitesse prochaine. L’intelligence artificielle, c’est parti. La puissance exponentielle des algorithmes explose dans tous les domaines. Ici l’homme invente en marchant. Avec le souci, peut-être problématique mais exigeant, de garder le contrôle d’une aventure radicalement nouvelle.
            La meilleure défense, c’est l’attaque. Jonathan répondit au tweet amicalement provocateur en exprimant sa certitude que la sagesse occidentale de son neveu lui permettrait de ne pas confondre vitesse et précipitation. Mais en lui souhaitant aussi de savoir être en avance de phase dans la pratique du monde qui se construit. Et, cerise sur le gâteau, en lui suggérant d’ajouter aux préceptes de la sagesse japonaise, la réflexion d’un de ses humoristes favoris, «Quand nous saurons une bonne fois d’où nous venons et où nous allons, nous pourrons savoir où nous en sommes».


1 commentaire:

Marianne ARNAUD a dit…

Et pourtant il circule !

http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/restauration-hotellerie-sports-loisirs/patrimoine-le-succes-touristique-du-train-des-pignes_2444410.html