Après l’affichage du premier article, le chargement des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

vendredi 6 octobre 2017

Country Music par Jean SMIA



COUNTRY MUSIC

Le billet d'humeur de Jean SMIA

                

          S’il s’affirmait qu’à Las Vegas, ce ne serait pas Daesh, j’aurais une autre explication. En effet, tous ceux qui ont vu le film «Mars Attacks» savent que les dissonances de la musique country peuvent créer de graves perturbations physiologiques et comportementales sur un mélomane qui les subirait, contre son gré, pendant tout un concert.



                Ainsi un brave retraité, qui avait l’intention de se reposer dans une chambre d’un hôtel de luxe, a été agressé par ces insupportables résonances. À chaque morceau joué, il est descendu de trente étages pour acheter une mitrailleuse au supermarché de l’hôtel, et au dernier morceau, il a craqué et s’est défendu comme il a pu. La responsabilité est à attribuer au supermarché qui a préféré mettre en évidence son rayon d’armes automatiques au détriment de celui des boules Quies.
                Pour continuer sur la même veine, un attentat aux bonbonnes de gaz a été déjoué à Paris 16éme. «On» nous informe que les auteurs de cette tentative s’étaient trompés de cible car ils visaient un homonyme qui aurait tenu des propos anti-islam. Une enquête est en cours pour que cet islamophobe soit hors d’état de mettre en danger ses voisins et homonymes.
                Enfin, à Marseille, un jeune homme qui avait tout tenté pour se faire héberger par notre administration pénitentiaire, a été contraint de tuer deux jeunes filles. Il serait temps de faire en sorte que l’administration pénitentiaire soit moins sélective quant à l’acceptation de ses locataires et d’enquêter sur d’éventuels motifs islamophobes qui seraient à l’origine de cette fin de non-recevoir.

                Et pendant qu’on fixe nos esprits avec ce type de dialectique, «on» laisse étouffer, dans un silence complice et coupable, un peuple de 30 millions de Kurdes, oubliés par les accords Sykes-Picot. Ils ont affirmé par referendum leur désir d’indépendance et ont courageusement prouvé qu’ils sont une nation car, contrairement aux Palestiniens, les Kurdes, eux, possèdent une langue, une histoire, un folklore et une culture.

                Il est vrai que je ne parviens pas à considérer comme définitive et inéluctable la lâcheté des nations et la vénalité hypocrite de la politique internationale.

Aucun commentaire: