ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

dimanche 14 mai 2017

Israël élit son député français



ISRAËL ÉLIT SON DÉPUTÉ FRANÇAIS

Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps

            
La queue au Consulat à Tel-Aviv pour voter

         Les Français d’Israël doivent élire, les 4 et 18 juin 2017, le député qui les représentera à l’Assemblée nationale pour les cinq années à venir. Les résultats des élections présidentielles de mai 2017 ont démontré qu’Israël pèse beaucoup moins dans la 8ème circonscription des Français de l’étranger. Et pourtant l’alyah croissante de ces dernières années aurait dû modifier l’influence d’Israël dans cette circonscription. L’élection présidentielle a toujours déplacé des électeurs qui étaient prêts à faire la queue pour insérer leur bulletin de vote dans l’urne. Mais il est à craindre que pour l’élection législative, ils ne soient moins nombreux à voter. L’écart entre le nombre d’inscrits 74.221 et le nombre de votants 11.488 est révélateur d’un désengagement des Français d’Israël pour la politique française.


Implantation de Cisjordanie

            Plusieurs explications peuvent être soulevées pour expliquer cette désaffection. L’éloignement des lieux de résidence des bureaux de vote n’incite pas à l’effort surtout pour ceux, et ils sont nombreux, qui vivent dans les implantations de Cisjordanie ou dans les zones rurales éloignées des villes. Il faut vraiment que des raisons citoyennes poussent les électeurs à se déplacer pour voter ; la présence de Marine Le Pen en fut une. Le danger est moindre pour les législatives. 
          Par ailleurs de nombreux Français, parmi les nouveaux religieux, estiment qu’une fois le pied posé au bas l’avion, ils deviennent des Israéliens à part entière. Ils remisent alors leur carte française d’électeur dans le tiroir des souvenirs. Mais ils ne mettent pas totalement leurs actes en accord avec leurs convictions puisque, plusieurs années après leur alyah, eux et leurs enfants dont certains ne parlent plus le français, ne renoncent pas à leur passeport français, un sésame pour l’étranger.

            Les chiffres tirés des résultats de l’élection présidentielle attestent qu'Israël a été rattrapé par l’Italie dans le nombre de votants et qu’il pèse moins dans le résultat global. C’est pourquoi ceux des candidats, qui axent leur campagne uniquement sur les Juifs orthodoxes et les habitants des implantations, risquent de se tromper de stratégie. Israël représente seulement 40% de l’ensemble de l’électorat de la 8ème circonscription ce qui implique que les candidats doivent avoir de sérieux relais dans les autres pays comme l’Italie (39,5% des votants), la Grèce (10%) et la Turquie (7%). Ils doivent avoir surtout un argumentaire qui ne soit pas uniquement fondé sur les problèmes spécifiques aux Juifs d’Israël. Les non-Juifs, il faut le rappeler, se sont majoritairement présentés aux urnes.
            Le député français élu, même binational, ne doit pas être confondu avec un député à la Knesset ; on pourrait l’accuser de double allégeance. La politique étrangère de la France se fait au Quai d’Orsay et à l’Élysée et non dans le bureau de Benjamin Netanyahou. Il ne s'agit pas pour lui d'infléchir la position française car il n'en a pas les moyens, tout seul parmi 577 députés. Les problèmes des Francophones d’Israël sont de nature sociale, financière, éducative, culturelle et professionnelle. Sur ces questions précises, il peut apporter des solutions. Mêler la politique à des solutions hypothétiques pourrait mener à des blocages stériles. Faire croire que l’on peut infléchir la politique du président de la République en lançant des questions orales au gouvernement du haut des travées du Parlement est une vue de l’esprit totalement contre-productive. Il faut être introduit dans les cabinets ministériels où les décisions sont prises mais pour cela, il faut y avoir accès en tant que député de la majorité.
Meyer Habib et Florence Drory


            À ce jour six candidats se sont fait connaître : Benjamin DJIANE (PS), Florence DRORY (la République en Marche), Meyer HABIB (Les Républicains et l’UDI), Nathalie JORGE-LAICK (FN), Daphna POZNANSKI-BENHAMOU (Indépendante) et Anne SABOURIN (Communiste). Le choix des Français de la circonscription est décisif s’ils veulent voir certaines de leurs revendications résolues.  Il ne s’agit plus d’élire un député en fonction de son appartenance politique, le combat droite-gauche est dépassé, mais en fonction de son charisme et de sa capacité à convaincre les gouvernants pour trouver des solutions. La notion de renouvellement devient aussi fondamentale si l’on veut insuffler de l’air frais. 
Benjamin Djiane et Dapha Poznanski

          À lire les horreurs diffusées dans les réseaux sociaux, il faut souhaiter que la campagne législative prenne de la hauteur et que les attaques ne soient pas en dessous de la ceinture. En tout état de cause, les candidats auront en mémoire le lamentable débat Le Pen-Macron. Celle qui a choisi l’agressivité a été éliminée de la finale. C'est le sort qui sera réservé à celle ou celui qui s'orientera vers cette voie.

10 commentaires:

V. Jabeau a dit…

Dans cette circonscription comme dans d'autres en France métropolitaine, on assiste à des investitures bizarres. Mme Drory à fait campagne pour M. Hamon et maintenant elle est investie par EM!, alors que M. Djiane, conseiller de M. Valls premier ministre et qui sollicitait l'investiture EM! se retrouve investi par le PS. Ce n'est pas de très bon augure en ce qui concerne les investitures EM!, dont on voit certains candidats très anti sionistes et pro BDS en métropole. Entre M. Habib et Mme Drory, on peut s'inquiéter. M. Macron, et surtout son entourage, en particulier M. Ferrand, militant BDS, ne seront pas tendres avec Israël et les Français qui y résident.

Paul ACH a dit…

Il faut du changement.
Florence Drory semble être en mesure de changer les choses.

andre a dit…

L'élection se jouera en Israel et Eyer HABIB n'a pas démérité
Andre M Tribune Juive

JOHANN HABIB AVOCAT ISRAELIEN a dit…

On ne peut que prier pour que cette campagne soit de meilleure tenue que celles de 2012 et 2013 qui ont été inutilement vindicatives et ont donné une tres mauvaise image des francophones d Israel en France comme ici

Anonyme a dit…

Petite correction : Israël et non pas France --
Les chiffres tirés des résultats de l’élection présidentielle attestent qu'Israël a été rattrapé par l’Italie dans le nombre de votants et qu’elle pèse moins dans le résultat global.

Jacques BENILLOUCHE a dit…

Merci M. anonyme. J'ai procédé à la correction.

Murchison a dit…

Pourquoi la photo de Nathalie Jorge Laick ne figure t'elle pas dans l'article?J'ai lu ses déclarations , elles n'ont rien de haineux . Cette candidate a dans son coeur la France et Israel ou elle a passé dix années de sa vie(Lisez sa biographie).
Je crois que aux yeux de certains son principal "défaut" c'est de n'être pas née avec un bulletin socialiste à la main.Elle set née avec une étoile de David autour du cou et y a rajouté du bleu blanc rouge.Mazal tov Nathalie Jorge Laick et Toda raba pour ce
beau métissage.

Murchison a dit…


Je voterai pour Nathalie Jorge Laick car je ne vois pas pourquoi je devrais continuer à faire confiance à des partis qui m'ont beaucoup promis et rien tenu. Quand au prétendu danger pour la République il est surtout dans les promesses non tenues par certains ou dans la naïveté de Francis KALIFAT (le bien nommé)qui invite l'UOIF au dîner du CRIF.
La République est menacée lorsque Madame Sarah HALIMI est assassinée par un islamiste en plein Paris et dans l'indifférence totale des médias et de la classe politique. Il étaient ou les partis"républicains" invités au diner du CRIF? Le silence et la lâcheté eux aussi sont des dangers.

Jacques BENILLOUCHE a dit…

@Murchison

Ceux des candidats qui nous ont contactés pour parler de leur programme ont été les bienvenus. Certains ont soit des a priori sur notre site, soit du dédain pour notre politique éditoriale et ils marquent souvent un désintérêt de s'exposer dans notre média. Nathalie Jorge Laick ne nous a jamais envoyé d'infos la concernant ni même concernant sa candidature.

Jacques BENILLOUCHE a dit…

@Murchison

Je rajoute que l'envoi généralisé de professions de foi ne constitue pas pour nous un "bon à publier" car certains des candidats ne tiennent pas à se compromettre avec notre site qualifié à tort de "gauchiste" dès lors que nous combattons l'extrémisme de droite et l'extrémisme religieux.