ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

samedi 6 mai 2017

Il faut voter Macron sans hésiter



IL FAUT VOTER MACRON SANS HÉSITER

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps

         

         Le danger Le Pen est sérieux aujourd’hui et, sans hésiter, il faut voter dimanche pour Emmanuel Macron. Chaque voix compte. D’une part, il ne s’agit nullement de faire la courte échelle à l’extrême-droite pour recevoir ensuite les coups de bâton. D’autre part, la victoire de la liberté doit être totale et l’écart doit être conséquent pour isoler le mal et la gangrène. Il n’est plus temps pour râler, il n’est plus temps pour exprimer sa mauvaise humeur, il n’est plus temps pour ceux qui ont voté Fillon de marquer leur déception alors qu’ils doivent s’en prendre à leur parti qui n’a pas voulu changer de candidat. Pourquoi chercher à se distinguer du vrai gaulliste Dominique de Villepin ou de Cohn-Bendit qui s’est expliqué : «Ce qui est extraordinaire, c’est qu’en deux ans Macron ait bouleversé le paysage».






            Ceux qui se croient dotés d’originalité, alors qu’ils font preuve d’inculture politique, doivent comprendre la signification d’une abstention ou du vote blanc qui donne des armes au fascisme. Il leur sera temps de marquer leur désapprobation aux élections législatives une fois que le danger sera écarté.
            Il est un fait qu’au début des primaires de la droite et de la gauche, un choix large permettait de voter en fonction de ses convictions. Mais aujourd’hui il n’est pas question de faire preuve de dogmatisme parce que Juppé, Valls, Fillon ou même Sarkozy ont été éliminés du jeu politique par une procédure qui a montré ses limites.
            La cohorte des indécis doit mesurer l’immense danger pour la France de choisir la candidate de l’irréel et de l’illusion, qui s’occupera peut-être d’éradiquer l’islamisme mais n’oubliera pas ensuite de s’occuper des Juifs sous prétexte de refus d’assimilation. Il s’agit bien d’assimilation et non d’intégration car, contrairement à la majorité des Musulmans, les Juifs ont choisi la culture française et la République qui leur ont permis de s’élever sur le plan social.  

            Ceux qui traitent Macron de banquier prouvent leur manque de courage car, à travers cette attaque déguisée, ils exploitent le filon de la finance pour lancer des accusations habituelles contre les Juifs. C’est dire le chemin alambiqué qu’ils utilisent pour cibler une communauté qui s’est toujours opposée à l’extrême-droite car elle symbolise le souvenir d’actes odieux, encore vivaces.
            On peut croire ou ne pas croire à Macron. Mais comme pour François Hollande il sera toujours temps de le renvoyer à la retraite s’il s’éloigne trop de ses promesses. Il estime que «la politique est l’art de respecter les différences, de concilier les aspirations, de fédérer les valeurs et de réunir les hommes». Tout l’inverse de Marine Le Pen qui musellera les oppositions, fera appel à ses crânes rasés et ses gros bras musclés et tatoués pour faire entendre les récalcitrants, nous ramènera au temps révolu de la Pravda et surtout qui mettra bien évidence nos différences pour mater ceux qui refusent d’être dans le rang.    

            La presse ou les adversaires veulent gommer par ignorance ou par intérêt certains aspects du CV de Macron qui donnent une autre image de sa personnalité. On ne doit pas ignorer qu’il a d’abord été un philosophe de haut niveau qui a travaillé aux côtés de Paul Ricœur avant de rejoindre les Rothschild. Assistant de Ricœur, thésard chez Balibar, Emmanuel Macron jouit d'une aura philosophique insolite dans l'arène politique. Avant d'entrer à l'ENA, il a fait une hypokhâgne et une khâgne au lycée Henri IV, puis a obtenu un DEA de philosophie à l'université Paris-X Nanterre. Cette formation est importante car les philosophes pensent avant d’agir, réfléchissent avant de décider. Cela lui donne plus de sensibilité sur le monde et sur la nature humaine, loin de la froideur des chiffres : «Nous sommes en train de vivre un stade final du capitalisme mondial qui, par ses excès, manifeste son incapacité à durer véritablement».

            Nombreux sont ceux qui n’aiment pas les élites car ils les jalousent ; mais il n’y a que les élites qui prennent le courage de changer le monde. Certains font un contre-sens en l'accusant de faire partie des nantis alors qu’il est l’exemple de la réussite grâce à l’ascenseur social de la République. Alors, on peut attaquer le système comme les partisans de Mélenchon ou les affidés de Marine Le Pen parce que leur programme est vide ou du moins plein de démagogies et de mesures inapplicables. Ils veulent surtout venir au pouvoir pour raser gratis demain sachant que leurs promesses ne seront pas tenues face à la réalité du monde.
            Macron est conscient qu’il fait partie d’un autre monde mais il n’est pas né avec une cuillère d’argent dans la bouche : «Je suis le produit du système méritocratique français. J’y ai réussi, mais je n’ai jamais adhéré au système politique traditionnel car le système s’est organisé pour protéger l’ordre existant. Même ceux qui le dénoncent se satisfont de leur dénonciation, ne souhaitant pas réellement le perturber. Ce qui existe – et qui pourtant ne satisfait personne – est tenu, sans examen, pour meilleur que ce qui peut advenir. C’est une France des situations acquises et des rentes garanties, statutaires, financières intellectuelles». 

          Donnons à Macron une chance pour sortir la France du marasme dans lequel les politiques, de droite comme de gauche, l’ont placée mais ne risquons pas l’avenir du pays en choisissant celle qui montre une patte blanche enfarinée pour faire croire qu’elle a changé, qu’elle est distincte de son père mais qui ne se retient pas pour déraper sur l’antisémitisme. Il faut voter Macron sans hésiter.



3 commentaires:

Anonyme a dit…

Votre article me rappelle la folie médiatique de l'Amérique bien pensante qui s'évertuait à avertir le bon peuple de ne pas voter Trump...

Anonyme a dit…


Tous les types de candidats se sont essayés dans cette campagne. Chacun ses convictions.

Et leurs endossements de MLP ( je pense à NDA) et Fillon et Mélenchon par leurs silences de lâches, identiques à ceux de la France de juillet 1940 ( Oui, j'assume mes écrits).

La France va très mal. Il est trop facile de croiser les bras et attendre le glissement de terrain, sous nos pieds.
Espèces d'inconscients !

Macron n'était pas mon choix. Mais nous sommes DANS le 21eme siècle. Laissez la place aux jeunes pour relever notre pays.

Les défis consistent à rester la 5ème puissance mondiale et pas glisser plus bas.

Les emplois passent par la formation à des nouveaux emplois. Les chômeurs doivent accepter d'appendre pour assurer leurs 20 années à venir.

Anonyme a dit…

Anonyme.. Svp restez anonyme.
Tous les types de candidats se sont essayés dans cette campagne. Chacun ses convictions.

Et leurs endossements de MLP ( je pense à NDA) et Fillon et Mélenchon par leurs silences de lâches, identiques à ceux de la France de juillet 1940 ( Oui, j'assume mes écrits).

La France va très mal. Il est trop facile de croiser les bras et attendre le glissement de terrain, sous nos pieds.
Espèces d'inconscients !

Macron n'était pas mon choix. Mais nous sommes DANS le 21eme siècle. Laissez la place aux jeunes pour relever notre pays.

Les défis consistent à rester la 5ème puissance mondiale et pas glisser plus bas.

Les emplois passent par la formation à des nouveaux emplois. Les chômeurs doivent accepter d'appendre pour assurer leurs 20 années à venir.