ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 6 avril 2017

Ma découverte d'Emmanuel MACRON par Arie AVIDOR



MA DÉCOUVERTE D'EMMANUEL MACRON

Par Arie AVIDOR
Ancien Ambassadeur d’Israël


          Le témoignage d'un acteur officiel des relations israélo-françaises qui vaut mieux que tous les discours          
Macron à Holon avec le président Péres

          À la rentrée 2012, alors en poste à l'ambassade à Paris et après la mise en place de la présidence de François Hollande, se posa pour moi la question comment nouer des relations de travail avec la nouvelle équipe à l'Élysée, où je bénéficiais auparavant d'une porte ouverte chez le directeur de cabinet de Sarkozy, le regretté Christian Frémont que je connaissais depuis ma mission à Marseille où il occupait ses précédentes fonctions de préfet de la région PACA.



Christian Frémont

            Je demandai un entretien avec le nouveau secrétaire général adjoint de l'Élysée et conseiller économique du président, Emmanuel Macron, que personne parmi mes contacts ne connaissait. La question lancinante était de savoir à quelle aile du PS ce jeune militant qu'on disait brillant appartenait. À l'aile gauche dogmatique avec des a priori à l'égard d'Israël, auquel cas les relations entre nous auraient rapidement fait long feu, ou bien à un courant plus ouvert au dialogue ?
            Son secrétariat me fixa rendez-vous sans tarder, ce qui est un signe encourageant. Alors que tant d'éminents conseillers et chargés de missions de toutes sortes occupent au «château» des cagibis innommables sous les combles, il me reçut dans son vaste et lumineux bureau côté jardin, signe qui ne trompe pas sur le statut particulier dont il jouissait auprès du président.
Ambassade Israël à Paris

            L'entretien s'avéra ouvert et même chaleureux. Emmanuel Macron ressentait pour Israël un intérêt véritable, pour son expérience, son essor économique notamment son industrie high-tech mais aussi son histoire et celle du peuple juif. Il accepta volontiers de parrainer la poursuite des projets de coopération économiques et scientifiques instaurés entre les deux pays sous la présidence Sarkozy telle la Journée France-Israël de l'innovation.

            Nous convînmes d'établir entre nous des rencontres périodiques, ce que nous fîmes jusqu'à sa nomination à Bercy (qui coïncida avec mon retour en Israël) et ce fut toujours avec grand intérêt et beaucoup d'amitié qu'il reçut les personnalités du monde économique en visite à Paris que je lui fis rencontrer tels le gouverneur de l'époque de la banque centrale, Stanley Fischer, le directeur du Conseil économique national, Eugene Kandel, et bien d'autres.

            Un témoignage que je livre à toutes fins utiles et pour démentir la propagande abjecte propagée par certaines feuilles de chou communautaires qui tentent de faire passer le candidat Macron pour un ennemi d'Israël et du peuple juif.

9 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

Signe pour signe et à toutes fins utiles aussi, il est tout de même étrange que lors de son meeting de Marseille, qui a fait grand bruit, Macron qui disait avoir vu des Arméniens, des Comoriens, des Italiens, des Algériens, des Marocains, des Tunisiens, des Maliens, des Sénégalais, des Ivoiriens, ait passé Juifs et Israéliens sous silence. Je me demande ce qu'en ont pensé les 70 000 à 80 000 Juifs de Marseille ?

Michel BOUTBOUL a dit…

Il a cité des étrangers et non des religions. Les Juifs de Marseille sont français.

Elie a dit…

parmi les tunisiens et marocains cités, peut-être y avait-il des Juifs ? :-))

Véronique Allouche a dit…

@marianne Arnaud
Macron n'a pas mentionné les juifs puisque jusqu'à preuve du contraire ceux-ci sont français au même titre que vous et moi à moins que les extrêmes ne les dépossèdent un jour de leur identité française... mais j'extrapole....
Il parle à Marseille du multiculturalisme, du "bien vivre ensemble" maintes fois rabâchés par la gauche.
Mais parle-t-il aux français.... qu'ils soient juifs ou qu'ils ne le soient pas?
Bien cordialement

Jean-Pierre Laroche a dit…

merci veronique , cela me met un peu de baume au cœur de lire que tout n'est pas foutu, j'ai mal au coeur quand je vois que les Projets ne sont pas mis en avant , et que la République est sur le point de mourir , la faute a la campagne de Haine de l'autre , ou le bon vire en France est absent , avec la legifération de l’émotion pour une essayer d'éviter l'anti-homophobi-islamiste ils arrive a faire le contraire alors que nos loi devraient suffire sans en rajouter (voir les Droits de l'Homme)

Esther a dit…

Quand allons-nous sortir du ghetto ? Arrêtons d'être des victimes de temps en temps pour être des citoyens lambda. Macron n'a pas oublié que les Juifs ! Moi cà m'a fait plaisir de ne pas être "distinguée" ....

Marianne ARNAUD a dit…

Après avoir attendu une journée que quelqu'un de plus impliqué que moi commente cet article, disons que j'ai pris la plume sous le coup de l'indignation provoquée par ce discours de Macron à Marseille.
Revenons-en donc à cette admiration de Monsieur l'Ambassadeur pour Emmanuel Macron qui ne semble avoir choqué personne.

Or voilà un candidat qui prétend que "la culture française n'existe pas" et que l'art français, il "ne l'a jamais vu" ! Il propose donc d'intégrer les étrangers, de plus en plus en plus nombreux sur notre sol, à une nation qui n'a ni culture, ni langue, ni littérature, ni histoire dont elle puisse être fière, mais qu'il accuse d'être coupable de "crimes contre l'humanité", et cela au nom du "vivre ensemble" dans la "mondialisation heureuse".

Or au risque de devoir extrapoler aussi, n'est-ce pas cette politique-là qui est déjà à l'oeuvre dans certaines villes de la banlieue française, telle Sarcelles, qui a vu des émeutes de groupes pro-palestiniens contre les Français juifs, nombreux dans cette ville ? Et pourquoi ne croirait-on pas le rabbin de Sarcelles lorsqu'il dit : "Nous ne sommes pas seulement attaqués parce que nous sommes juifs mais AUSSI parce que nous sommes français" ?
Comment croire que les Français juifs n'auraient rien à redire à cette vision de la France que veut nous imposer le candidat Macron ?

Bernard MEYER a dit…

Sauf erreur de ma part Monsieur Arie Avidor nous a déjà servi son ressenti sur Juppé, le voilà maintenant sur Macron. Avec les rebondissements de ces élections Aurons-nous droit à un nouveau soutien déclaré et non avoué afin d'apprendre aux juifs français comment voter?
Bernard Meyer

Olivier J5 a dit…

Si Macron avait cité les juifs parmi des citoyennetés étrangères, quel tollé (justifié) cela aurait déclenché !