ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mercredi 8 mars 2017

Les cinq scénarii pour l'Europe par Dov ZERAH



LES CINQ SCÉNARII POUR L’EUROPE

Le point économique de Dov ZERAH


           
Jean-Claude Juncker, président
          Le Président de la Commission européenne a dernièrement présenté un livre blanc dans lequel sont explorées cinq pistes pour l’Union européenne. L’objectif de ce document est d’alimenter, de nourrir la discussion entre les chefs d’État et de gouvernement qui se réuniront le 25 mars pour fêter les 60 ans du Traité de Rome qui a lancé le processus de création de la Communauté économique européenne, la CEE.



            

          Dans une introduction générale dans laquelle est évoquée «il manifesto du Ventotene» de Spinelli et Rossi qui ont inspiré le rêve européen, il n’hésite pas à rappeler que ce projet européen a permis :
- D’avoir sur le continent la plus longue période de paix, après les deux catastrophes des deux guerres civiles européennes de 14-18 et 39-45
- D’avoir constitué la seconde zone économique au Monde après les États-Unis, avec un PIB représentant le quart du PIB mondial, sans compter le Royaume-Uni
- De créer un marché unique prospère de 500 millions de personnes
            Avec le Brexit, l’afflux des migrants, le terrorisme, la montée des populismes, les aventures de Wladimir Poutine, les incertitudes de Donald Trump, les sujets de discussion ne manquent pas. Pour organiser les échanges, cinq pistes sont explorées :
Poursuivre l’actuel agenda basé sur le document de la Commission de 2014 sur « un nouveau départ pour l’Europe », et la déclaration de Bratislava de 2016. L’Europe à 27 continuerait à rechercher le plein emploi, la croissance et l’investissement par le renforcement du marché unique et de la zone euro ainsi que par le développement des investissements dans le numérique, et les infrastructures de transports et d’énergie. Ce scénario serait le signe d’un blocage politique complet.

Se recentrer sur le seul marché unique si les 27 membres ne veulent pas aller plus loin dans les autres politiques internes. Ce scénario est peu vraisemblable, car il est difficile d’imaginer une absence de progrès sur toutes les politiques européennes.
Multiplier les coopérations renforcées. C’est le schéma classique de l’Europe à plusieurs vitesses, articulé en son temps par Jacques Delors, et dernièrement repris par Angela Merkel et les pays du Benelux. Ceux qui veulent aller plus loin se retrouvent pour le faire. Ils avancent ensemble avant d’être éventuellement rejoints par d’autres. Malgré l’apparente attractivité de la souplesse de la démarche, ce schéma peut alimenter les germes de la fragmentation, surtout en cas de division entre Allemands et Français.

Se concentrer sur quelques domaines prioritaires. Ce schéma est probablement le plus novateur : certains domaines reviendraient au niveau des États qui choisiraient en revanche des secteurs où l’approfondissement serait plus important ; le document cite les secteurs de l’innovation, du commerce, de la sécurité, des migrations et de la gestion des frontières, et de la défense. Cela permettrait de répondre à la critique d’une Europe trop interventionniste, trop intrusive malgré le principe de subsidiarité et de se concentrer sur l’essentiel. Cela constituerait un retour en arrière sur les années quatre-vingt-dix qui ont vu un développement excessif de toutes les politiques internes. Ce serait la voie d’un véritable approfondissement.
Franchir le Rubicon du fédéralisme. Même si ce scénario a la préférence de Jean-Claude Juncker, le Président de la Commission a clairement conscience du contexte défavorable pour un tel schéma.
            Les effets de chaque scénario sont abordés au regard de six sujets :
- Le marché unique et commerce,
- L’Union économique et monétaire,
- Les accords de Schengen, les migrations, et la sécurité,
- La politique étrangère et la défense,
- Le budget de l’Union,
- La capacité à réaliser le scénario
            Bien évidemment, Jean-Claude Juncker n’aborde pas le scénario catastrophe de la désintégration de l’Union européenne. Il n’a pas pris le risque d’aborder le renforcement de la zone euro probablement pour ne pas heurter les États qui n’en sont pas membres, et pour ne pas prendre de risque avec les États vertueux qui acceptent mal les libertés que certains prennent avec les règles.
            Rien de particulièrement nouveau avec ce document. Aucune idée révolutionnaire pour donner un nouveau souffle pour l’Europe. Il sera néanmoins très utile pour faciliter et ordonner les échanges, les prises de position. Pour le Président de la Commission européenne, ce rendez-vous de Rome doit être un moment de fierté pour mesurer le chemin parcouru en soixante ans, mais aussi un point de départ vers de nouvelles frontières, pour écrire un nouveau chapitre.
            Pour accompagner l’écriture de ce nouveau chapitre, la Commission prévoit de publier dans les prochains mois cinq projets sur les effets de la mondialisation, le social, la défense, l’avenir financier de l’Union et enfin la zone euro. Ils constitueront d’indispensables compléments, mais il serait indispensable d’aborder le sujet de la place de l’Europe dans le monde, ses relations avec les États-Unis, la Russie, le monde arabe, l’Afrique, la Chine…
            Au-delà de ces considérations, il pourrait être utile pour les citoyens français que les candidats à la présidentielle aient un débat sur ce sujet européen, et réagissent aux scénarii de la Commission comme s’ils avaient à participer à cette réunion des Chefs d’État et de gouvernement du 25 mars.


5 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

A toutes fins utiles, et avant que je ne me lance plus avant dans la lecture de cet article qui, à coup sûr, dépassera le domaine de mes modestes compétences, qu'il me soit permis de rappeler ici, ce que Monsieur Grevisse préconise, dans sa grammaire intitulée : "Le bon usage", pour ce qui concerne le pluriel des noms empruntés aux langues étrangères :
"En règle générale, les noms empruntés aux langues étrangères prennent la marque du pluriel français quand un fréquent usage les a vraiment francisés."
S'ensuit une liste de plus de cent noms dont fait partie le mot, scénario, dont le pluriel s'écrira donc : scénarios.

Hamdellah ABRAZ a dit…

Intéressant article qui termine cependant par l'entretien de cette utopie qualifiée de " monde arabe", quelque chose qui n'a jamais existé !!! le monde européen, lui par contre existe, les gens (Européens) le sentent, le vivent et le touchent...

Marianne ARNAUD a dit…

Il est devenu tout à fait intolérable d'entendre Monsieur Juncker continuer à vouloir nous vendre cette fable : "d'avoir sur le continent la plus longue période de paix après les deux catastrophes des deux guerres civiles européennes de 14-18 et de 39-45", alors que depuis la guerre civile grecque de 1945 à 1949, jusqu'aux conflits de ces dernières années en Ukraine, en passant par les guerres de Yougoslavie et l'occupation de la Crête par la Turquie, il y eut sans arrêt, des dizaines de conflits sur le sol européen. Monsieur Juncker peut-il ignorer qu'aujourd'hui certains prédisent une guerre civile européenne avant les années 2025 ?

Bernard MEYER a dit…

@Marianne Arnaud
"Monsieur Juncker peut-il ignorer qu'aujourd'hui certains prédisent une guerre civile européenne avant les années 2025 ?"
Mais SANS l'Europe Monsieur Juncker n'ignore pas qu'aujourd'hui certains affirment une guerre civile européenne avant les années 2025.
Cordialement
Bernard Meyer

Véronique ALLOUCHE a dit…

@marianne Arnaud
Scenarri ou scénarios..... l' essentiel étant que la France ne quitte pas l'UE.
Dov Zera a raison, il est effectivement nécessaire que les prochains débats télévisés des candidats à la présidentielle portent sur l'Europe et son devenir.... cela nous intéressera davantage que l'affaire Fillon.... si bien sûr les media veulent bien nous faire part des propositions de chacun et mettre un terme aux supputations douteuses et partiales de cette campagne pour nous parler enfin de l'essentiel.
Bien cordialement
Véronique Allouche