ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mardi 1 novembre 2016

La vérité si je mens par Jean SMIA



LA VÉRITÉ SI JE MENS

Le billet d'humeur de Jean SMIA

Étonnante la naïveté de ceux qui se sont précipités pour prouver les liens des Juifs avec les divers Lieux Saints de Jérusalem. Aussi vain que de tenter de convaincre un jury de faux témoins sélectionnés par des juges corrompus devant un public complice. Aucune preuve ni aucun argument ne pourrait modifier un verdict écrit d’avance.



Procès de Galilée

Ainsi donc nous revoici en 1663, année durant laquelle Galilée a été contraint de reconnaître que la terre ne tournait pas, car le jury et les juges l’avaient décrété ainsi. On peut comprendre et même pardonner la décision des juges de Galilée : car leur ignorance, associée à leurs convictions, ne leur permettait pas d’appréhender ou de comprendre l’argumentaire. Cependant, on ne peut pardonner à l’Unesco sa déclaration car tous les votants ne pouvaient ignorer qu’on leur proposait de falsifier des faits. Et c’est en toute connaissance de cause qu’ils ont prêté leur concours à cette falsification.
Ainsi, il suffirait de mettre le prix pour que l’Unesco affirme qu’il n’y aurait jamais eu de Dalaï-lama au Tibet, et que ce pays est depuis toujours une province chinoise, ou que l’Ukraine est Russe, ou qu’il n’y avait pas aucun habitant en Amérique du nord avant l’arrivée du May Flower, ou encore que les arabes ne sont pas à l’origine du trafic d’esclaves Africains et bien d’autres choses encore.
Palestiniens à l'Unesco

Pour parvenir à obtenir n’importe laquelle des déclarations ci-dessus, il ne suffirait que de «convaincre» une commission idoine. De par cette stupide et pitoyable déclaration, c’est le statut même de l’Unesco et ses modalités de fonctionnement qui sont remis en question. Comme toute trop vieille organisation, à l’image de l’ONU, de Médecins sans Frontières, et de nombreuses autres : des «rats» y ont pris leurs quartiers et y font leur beurre en dévoyant une organisation dont l'objectif était l’honorable. Car l’objectif originel de l’Unesco est de «contribuer à la paix et à la sécurité en favorisant la collaboration internationale par le biais des réformes éducatives, scientifiques et culturelles».
Étant donné qu’aucun objectif honorable pérenne ne s’obtient en ayant recours au mensonge, à la tricherie ou à la falsification, et si tel était le cas, cela soulignerait un symptôme d’une maladie mortelle dont souffre cette organisation. Il faudra donc soit la soigner soit la dissoudre, autrement elle s’effritera toute seule car, sans crédibilité : elle perd sa valeur de référence.     
Enfin, il serait peut-être temps d’enquêter aussi sur l’aide humanitaire. Qui sont les fournisseurs ? On ne trouve aucun annuaire de fournisseurs. Quels sont les liens de ces fournisseurs avec les «salariés» de l’Unesco ? On ne trouve aucun nom des dirigeants des entreprises qui fournissent. Il est tout autant anormal voire impossible, qu’en 50 ans, jamais aucun «corrompu» n’ait jamais été inquiété.

Le silence et le flou sont tels qu’il n'est pas inenvisageable qu’il s’agisse d’un consensus.

Aucun commentaire: