ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

samedi 24 septembre 2016

Nos ancêtres les Gaulois par Gérard AKOUN



NOS ANCÊTRES LES GAULOIS

Par Gérard AKOUN 
Judaïques FM



«Dès que vous devenez français, vos ancêtres se sont les Gaulois et Vercingétorix» a déclaré Nicolas Sarkozy,  lors d’un  meeting à Franconville lundi dernier. Nos ancêtres les Gaulois, auraient-il pu ajouter étaient grands, blonds, querelleurs et portaient de longues moustaches ; c’est du moins ce que l’on apprenait au cours élémentaire, en France mais aussi dans les protectorats et dans les colonies françaises, jusqu’à la fin des années 50.  


video

Je suis juif et, bien que né à Tunis, je bénéficiais de la nationalité française en vertu du décret Crémieux, et j’étais fier d’être français mais brun et un peu frisé. J’avais du mal, en me regardant dans un miroir, à imaginer que je pouvais être le descendant de ces blonds guerriers. Ce qui me rassurait sur mon appartenance  à la nation française, c’était de voir que les tous les Français, Chrétiens ou laïcs, qui se trouvaient  en classe avec moi, ne répondaient  à ce critère.
Celui qui devient français doit se dire, selon Nicolas Sarkozy : «j’aime la France, j’apprends l’histoire de France, je vis comme un Français»  cette phrase, vient en écho à celle prononcée par Marine Le Pen, dans un discours  à Ajaccio,  en novembre dernier «pour mériter la nationalité française il faut parler français, manger français, vivre français». Vous remarquerez qu’aucun des deux n’a comme première exigence, le respect de la laïcité, des lois de la République.
Il est évident qu’il faille parler français et le plus vite possible, qu’il faille aimer la France ; chacun pourra trouver dans sa longue histoire matière à s’y attacher. Mais  faudrait-il que tout le monde mange du jambon ou se prive de manger des sushis, des pizzas ou du couscous ? Que signifie vivre français ou vivre comme un Français, y aurait-il un modèle unique auquel tout le monde devrait se conformer ? Le stéréotype du Français coiffé d’un béret, une baguette sous le bras, a disparu du paysage depuis longtemps !  
Le développement des réseaux de communication, la baisse du coût des  transports ont modifié les rapports entre les populations immigrées, nord-africaine ou africaine, et leur pays d’origine. Ils leur permettent de ne pas couper le cordon ombilical qui les relient à leurs familles restées dans les pays d’origine, je dirais même plus, ils les en empêchent. Mais ils doivent être conscients, eux et leurs descendants, s’ils ne veulent pas être rejetés, qu’ils n’ont pas immigré pour importer dans le pays d’accueil  le mode de vie de leur pays d’origine.
Une enquête de l’IFOP pour l’institut Montaigne menée sur les Musulmans de France, la première du genre, présente des résultats mitigés. Dans la population musulmane évaluée à 5,6% des plus de 15 ans vivant en France, c'est-à-dire entre trois et quatre millions d’habitants, une bonne partie, 47%  sont en voie  d’intégration ou en cours d’intégration, 25% se définissent avant tout comme musulmans mais disent-ils, respectent la laïcité et les lois de la République, 28% sont en rupture avec les lois de la République.
Ceux-là pensent que la loi islamique, la charia, est plus importante que les lois de la République. Ils sont pour le port de la burka  et pour la polygamie interdits en France. Ce pourcentage est minoritaire mais il est, d’autant plus inquiétant qu’il comporte une forte proportion de jeunes de moins de 25 ans et pour beaucoup inactifs ou précaires. Ils ont fait toute leur scolarité en France, ils en symbolisent l’échec. Ils peuvent facilement basculer dans le djihadisme. Les Musulmans de France, d’après cette étude, accordent, toutes catégories confondues, une grande importance à la religion, 66% sont pratiquants ; ils voudraient que le fait religieux soit plus visible, qu’il soit pris en compte dans la société civile. 81% pensent que les enfants devraient pouvoir manger hallal dans les cantines scolaires, 60% que les filles devraient avoir le droit de porter le voile au collège et au lycée. La loi qui l’interdit date de 2004 mais ils ne l’ont toujours pas assimilée, 48% % qu’on devrait pouvoir affirmer son identité religieuse au travail et 40% que l’employeur doit s’adapter aux obligations religieuses de ses employés. Toutes ces revendications vont à l’encontre du fonctionnement de la société française. Elles battent en brèche la laïcité qui a permis la coexistence pacifique, dans notre pays,  des religions, des religieux  et des sans religion.   

          La France n’a jamais été un bloc identitaire monolithique, la Gaule à laquelle se réfère Nicolas Sarkozy était déjà composée de nombreuses peuplades puis vinrent les Romains, les Germains, les Burgondes, les Normands et bien d’autres au cours des siècles qui ont construit la France et son identité. Je reprendrai bien la définition que François Mitterrand en avait donnée, en 1987, au cours d’un colloque sur la France et la pluralité des cultures : «Nous sommes français, nos ancêtres les gaulois, un peu germains, un peu romains, un peu juifs, un peu italiens, de plus en plus portugais et je me demande si nous ne sommes pas de plus en plus arabes» n’avait pas dit musulman, c’est la différence.

Être français, c’est partager les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité de la France. Nos compatriotes de religion musulmane y ont leur place mais ils doivent comprendre qu’une minorité peut conserver certaines spécificités, d’autres l’ont fait avant elle et cela n’a pas été facile, à condition de ne pas provoquer, par son refus de s’intégrer, d’accepter le pacte civil, son rejet par la majorité.

3 commentaires:

Jean-Luc STUMPF a dit…

Je suis on ne peut plus d'accord, il ne doit pas y avoir d'hégémonie d'une pensée unique, mais d'un pacte ou chacun et tenu de respecter tous et où tous sont tenu de respecter chacun.
Ce qui signifie aussi que la laïcité, loin d'écraser la diversité la protège.
Ce qui signifie aussi que la Charia et l'Inquisition ne sont pas les lois de la république.

Georges KABI a dit…

Il faut lire Marc Bloch qu'un Francais ne peut que vibrer en songeant aux couronnements des rois de France a Reims.
Les etudes genealogiques francaises menent tous les Francais dans la descendance plus ou moins directe de Charlemagne. Or, ce dernier parlait une langue germanique et connaissait le latin de cuisine.
Pour affirmer une nationalite, il faut un systeme de mythes. Vercingetorix, les Gaulois, les druides, les Normands, les Francs, les rois Merovingiens et meme Jeanne d'Arc sont ces mythes.

Véronique ALLOUCHE a dit…

Sarkozy a fait un raccourci hâtif, certes, mais il ne dit rien d'autre que ce que vous écrivez plus élégamment. Dans sa bouche, être Gaulois c'est participer à part entière à l'idée collective de la Republique dans ce qu'elle implique de droits mais aussi de devoirs. Vous reprochez à Sarkozy le fait qu'il ne parle pas de laïcité. Lorsqu'il dit "... Je vis comme un français", je traduis "j'adhère à la laïcité dans toute sa composante parce que je suis français".
Bien cordialement
Véronique Allouche