ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

samedi 27 août 2016

Coalition gouvernementale en péril par Arié AVIDOR



COALITION GOUVERNEMENTALE EN PÉRIL

Par Arie AVIDOR
Ancien Ambassadeur d’Israël

Mise à jour du 28 août 2016

Leaders orthodoxes à la Knesset
Des charognards n'ont même pas la reconnaissance du ventre ! Une semaine à peine après l'approbation d'un budget biennal 2017-18 dans lequel le gouvernement Netanyahou «gave» à proprement parler les partis ultraorthodoxes à coups de milliards prélevés sur la santé publique, l'éducation (laïque) ou le logement, ceux-ci lui expriment toute la mesure de leur ingratitude sous la forme du coup de pied de l'âne en menaçant de faire tomber le gouvernement!




Le prétexte, cette fois, les travaux prévus pour le réaménagement des accès de la gare Hashalom à Tel Aviv avec la fermeture des voies du périphérique Ayalon entre 16 heures aujourd'hui, 26 août, et 20 h 30 samedi soir. Pour les partis ultraorthodoxes Shass et Judaïsme de la Torah, il s'agit là d'une violation intolérable du statu quo sur le respect du shabbat et donc d'un casus belli.
Le ministre de tutelle, Israël Katz en charge du portefeuille des transports, s'en lave les mains : il vient d'être durement rabroué par Netanyahou suite à des velléités d'indépendance et il ne verrait pas d'un mauvais œil la chute de ce gouvernement. C'est donc Netanyahou lui-même qui se voit saisi de cette patate chaude !

Bibi a une longue tradition de se mettre à plat ventre face aux diktats de ses «partenaires privilégiés» ultraorthodoxes, quel que soit le prix à payer. En l'occurrence, il s'agit du prix fort puisque selon les experts, la fermeture du périphérique Ayalon durant deux jours au milieu de la semaine causerait des bouchons de circulation sans précédent à Tel Aviv et dans sa région ainsi que des dégâts considérables à l'économie.
Bibi, génial négociateur (sur le dos du contribuable) face aux partis ultraorthodoxes trouvera-t-il un compromis («Vous reprendrez bien un petit milliard, Monsieur le rabbin?»). Il a jusqu'à 18 h 34 (heure de l'entrée du shabbat aujourd'hui) pour le faire !



Mise à jour du 28 août 2016


Sur fond de rupture du statu quo religieux, le défi d'Israël Katz au leadership sans partage de Netanyahou au sein du Likoud :
Les leaders des deux partis ultraorthodoxes au sein de la coalition gouvernementale, Shass et Judaïsme de la Torah, ont demandé une réunion d'urgence avec le Premier ministre afin d'exiger le limogeage du ministre des Transports, Israël Katz, suite aux travaux effectués samedi sur les voies d'accès de la gare Hashalom à Tel Aviv. Ce, malgré un semblant de compromis obtenu vendredi sur l'intervention de Netanyahou et selon lequel seuls les travaux destinés à parer à une «situation de vie ou de mort (Pikuach Nefesh)» devaient être effectués le jour du shabbat. Pour les ultraorthodoxes, cette condition n'a pas été respectée et ils reprochent au ministre Katz d'avoir même invité des équipes de journalistes et tenu une conférence de presse sur le chantier en ce jour de repos sanctifié !
Israël Katz prétend n'avoir pas été tenu au courant par Netanyahou des modalités de ce compromis. Ses relations avec le Premier ministre sont glaciales depuis que Netanyahou a contrecarré brutalement, il y a une dizaine de jours, sa tentative de limiter, en sa qualité de chargé du secrétariat du Likoud, l'autorité du président du parti. Homme d'appareil, falot et sans charisme mais doué pour le jeu des rapports de force, Katz jouit d'une influence incontestable au sein de la centrale du Likoud.

La centrale du Likoud, où il existe un courant nationaliste laïc, voit d'un mauvais œil la soumission de Netanyahou aux diktats des ultraorthodoxes et dont Israël Katz pourrait devenir le leader. Un nouvel écueil sur le chemin de Netanyahou vers le pouvoir sans partage au sein de son parti.

2 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

Au moins, Bibi lui, n'a pas à se coltiner l'inextricable problème du burkini !

Georges KABI a dit…

Bibi a ete surnomme "le faiseur de miracles", le "sorcier". Il trouvera une solution, sans nulle doute financiere. Il y a touit juste un an il avait promis de consacrer 18 milliards de shekels pour aider la peripherie. Le prochain budget n'en parle meme pas. Les 18 milliards seront probablement degages pour subventionner les parasites.