ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

lundi 11 juillet 2016

L'Union africaine et Israël par Arie AVIDOR



L’UNION AFRICAINE ET ISRAËL
Par Arie AVIDOR
Ancien ambassadeur d’Israël


Soucieux d'afficher le moindre résultat tangible de son très spectaculaire et très dispendieux périple africain, le Premier ministre Netanyahou annonce aujourd'hui, solennellement de Nairobi, que le président kényan Uhuru Kenyatta œuvrera en vue de «restituer à Israël son statut d'observateur auprès de l'Union africaine».



Uhuru Kenyatta

Ce ne sont, hélas, que des paroles en l'air. Tout d'abord, Israël n'a jamais eu le statut d'observateur auprès de l'U.A, ni auprès de l'organisation qui l'a précédée jusqu'en l'an 2000, l'O.U.A. L'admission d'un État membre ou observateur se fait au consensus et l'on imagine mal l'Algérie, la Tunisie, la Mauritanie, le Soudan (voire même l'Egypte en l'occurrence) ne pas faire usage de leur droit de veto contre nous !
Ce dont nous pouvions bénéficier à l'époque, lorsque les réunions au sommet de l'organisation avaient lieu dans un pays qui entretenait avec nous de bonnes relations, c'était une invitation au titre «d'invité de la présidence» (le pays hôte) qui ne nous conférait aucun statut officiel ni droit d'assister aux travaux en commissions, mais seulement celui de lobbyiste en marge de la conférence.
Arié Avidor présente ses lettres de créances au président du Sénégal

J'ai été appelé à jouer ce rôle lors de la conférence au sommet de Lomé (Togo), en juillet 2000, dont les deux figures dominantes, Yasser Arafat (alors en route pour la conférence de Camp David) et Muammar Kadhafi ne sont plus parmi nous !


1 commentaire:

Marianne ARNAUD a dit…

Merci pour cette mise au point qui ne manque pas d'intérêt. Attrape ça, Bibi ! Quant à votre "rôle lors de la conférence au sommet de Lomé", je n'ai qu'un mot : bravo !