ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mardi 26 juillet 2016

Le génocide des Kurdes est commencé par Jean SMIA


LE GÉNOCIDE DES KURDES EST COMMENCÉ

Le billet d'humeur de Jean SMIA


                    
          Génocidaire sans condamnation une fois = génocidaire pour toujours. La définition juridique du génocide est : «intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel».  Entre 1915 et 1920 les Chrétiens de Turquie ont été génocidés par les gouvernants Turcs : Orthodoxes, Catholiques ou Protestants.




                    Or, étant donné que, d'une part, une coordination entre Orthodoxes, Catholiques et Protestants est irréalisable et que, d'autre part et surtout, une action groupée des Chrétiens pourrait être ressentie comme une «croisade juridique» : on a divisé ce génocide en sous-génocides. C'est pourquoi le meurtre prémédité de 2.500.000 humains a été subdivisé en génocides des Arméniens, des Assyriens (Chaldéens et Syriaques), et des grecs d'Anatolie : les Pontiques.
                    La guerre froide et les considérations stratégiques de l'OTAN ont fait que la Turquie a échappé à toute condamnation à ce sujet. De surcroît, avec la morgue, l'arrogance et l'indécence de l'assassin impuni, la Turquie a érigé, à Igdir, une stèle commémorative du massacre des Turcs par les Arméniens (oui vous avez bien lu, ce n'est pas l'inverse !!) pendant qu'à Karpi (ville nettoyée de ses Arméniens) un monument dédié à l'amitié Turco-arménienne a été détruit sur instruction de Tayyip Erdogan. La conjonction de ces deux faits devrait suffire pour invoquer la loi Gayssot sur le négationnisme.
                    Le simulacre de coup d'État fait, aujourd'hui, que Tayyip Erdogan, à présent que toutes les résistances laïques sont éliminées, détient tout pouvoir pour imposer TOUTES ses priorités sur le modelage de «sa» région. Et le plus facile est son problème kurde. Pour cela, il a trois alliés : L'E.I., l'Iran et l'Irak, les deux derniers étant ennemis de toute création d'un État kurde.
                    Donc avec quatre ennemis et aucun allié affiché, malgré son courage et l'ancienneté de sa présence, le peuple kurde, sa civilisation et sa culture sont condamnés à disparaître, exactement comme ont déjà disparu les Assyriens, les Chaldéens, les Grecs pontiques et une grande partie des Arméniens. La fausse naïveté de l'ONU, qui se refuse à constater et tenter de contrecarrer cette répétition de l'histoire, peut s'assimiler à une complicité de génocide.

2 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

Comment écrire de telles horreurs au moment où la Turquie et Israël viennent de signer un accord de normalisation de leurs relations diplomatiques, et alors qu'une bonne partie des pays de l'Union européenne veulent voir la Turquie, à 95% musulmane, la rejoindre alors qu'elle-même a refusé que soient mentionnées ses origines judéo-chrétiennes dans sa Constitution ?

Herve23 a dit…

Quand on ne répond pas -Mr Smia- c'est que l'on est dévasté par vos prédictions.

Faudrait il que Bibi passe le gaz par le terminal égyptien et liquéfier ce gaz pour l'Europe ... pour se permettre de pouvoir aider les kurdes... et espérer les voir vaincre ?

Ou faut il détourner la tête ???