ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mardi 5 juillet 2016

La politicratie Par Jean SMIA


LA POLITICRATIE

Par Jean SMIA

Si l'on veut avoir une petite évaluation du niveau de lâcheté et de duplicité qui régente la sphère politico-médiatique : il suffit d'écouter, au sujet du Brexit, ses commentaires ou réactions, à travers ses sempiternels «langue de bois» et débats biaisés.
1/ Il n'y a pas un seul homme politique, journaliste ou éditorialiste, qui ait argumenté en défense des institutions européennes: tous, de quelque bord qu'ils soient, y sont allés de leur fiel. Ainsi, les chefs d’État, tout en affichant, sur la photo, leur «indéfectible unité», n'ont pas manqué de faire remarquer (en aparté, bien sûr.) la nécessité «d'améliorer».


2/ Avec la fière ostentation du cocu qui demande le divorce, ils enjoignent leur futur ex-conjoint à accélérer la procédure de divorce en réclamant l'article 50. Or, ce futur ex-conjoint, lui, n'a aucune astreinte de date pour réclamer cet article. Et pendant qu'il ne fait rien : tout est figé. Et, comme dans toutes les manœuvres qui précédent un divorce, c'est la course à celui qui fait perdre le plus à l'autre. Et rien ne dit que, dans quelques trimestres, il ne va pas, par un prochain référendum, annuler le résultat du précédent. Et rien ne s'oppose à ce revirement.... sauf à réclamer une procédure d'expulsion.
3/ Quant à la garde des enfants (les enfants, c'est nous), chacun des dirigeants de la tutelle européenne, prétend avoir «LA» formule magique pour améliorer le fonctionnement de la famille. Le fait que personne n'ait la même formule n’inquiète personne. Ni qu'il a fallu attendre ce référendum pour constater qu'il serait temps d'envisager de commencer à réfléchir comment bouger. Mais si on bougeait : c'est que ce référendum n'avait plus d'objet.
Par-delà cette facile critique, il serait utile de se demander pourquoi, rien n'a été proposé, au sein de l'U.E., pour améliorer son fonctionnent et éviter l'installation du sentiment général de rejet et d'incompréhension. La première raison ne serait-elle pas à trouver dans l'argumentaire des élus locaux et nationaux, de toutes les nations de l'UE, qui, en défense de leur incurie, répondent : «c'est pas moi : c'est l'Europe». Et, par ce simpliste discours, engrangent des suffrages, tout en se dédouanant.
Mais, en regard, il y a aussi que cette UE ne semble pas disposer d'un bureau de presse et de communicants, chargés d'expliquer et de vulgariser les motivations de leurs décisions. Lorsque, par exemple, des zones de pèches deviennent interdites aux pécheurs anglais, pour les autoriser à d'autres pays de l'UE : il y a certainement une explication logique que personne ne soupçonne avec probablement des compensations votées qui ne sont pas arrivées à leurs destinataires. Cette situation ubuesque, se renouvelant bien trop souvent, fait l'affaire de ces politiciens qui auraient, d'une part, bien des difficultés à tenter d'expliquer le pourquoi de ces choses, et, d'autre part, rien à y gagner.


Mais il me semble qu'il y a une raison beaucoup plus importante et plus structurelle au fait que l'action de l'U.E. soit si déphasée des espérances des Européens. Ce sont les élections des députés européens. En effet la majorité des députés européens sont des «recalés» d'élections nationales. Par conséquent, ils représentent, majoritairement, des idées ou opinions que les électeurs ont refusées, lors de leurs consultations nationales respectives. Comment alors, une assemblée, composée de gens aux propositions rejetées par la majorité des électeurs, pourrait construire quelque chose qui satisfasse les attentes de ces électeurs. Il ne s'agit plus là d'argumenter sur les frontières, l'économie ou la mondialisation : il s'agit seulement de trouver une méthode qui ait pour résultat d'élire une assemblée de députés représentatifs des attentes des Européens et non représentatifs d'exactement son contraire. Comment mettre fin à cette «Politicratie» ?

1 commentaire:

Marianne ARNAUD a dit…


La politicratie n'a aucun souci à se faire : Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, affirme avoir déjà vu, écouté et entendu des différents dirigeants d'autres planètes.
C'est rassurant, non ?

http://www.nouvelordremondial.cc/2016/06/30/jean-claude-juncker-a-parle-avec-des-dirigeants-dautres-planetes-video/