ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mercredi 30 mars 2016

Le plus vieux métier du monde par Jean SMIA


LE PLUS VIEUX MÉTIER DU MONDE

Le billet d'humeur de Jean SMIA


            

          D'aucuns imagineraient que je vais parler de gaudriole et de prestations tarifées. Mais non, le plus vieux métier du monde c'est sorcier, druide ou prêtre enfin, ce type d'activité qui consiste à se prétendre l'interlocuteur privilégié de puissances divines. Ainsi, chez les Incas, ils sacrifiaient des jeunes gens pour honorer Viracocha, Apotequil ou autres, et leurs pareils, à l'époque gréco-romaine, vénéraient des Zeus, Apollon, Aphrodite, pendant que leurs confrères de l’Égypte des pharaons promouvaient Anubis, Osiris ou autres Râ. La liste de ces divinités est presque infinie malgré le fait que j'ai occulté Chine, Indes et Nordiques.



            Mais cela me permet de mettre en évidence que ce métier, depuis la nuit des temps, a toujours été très florissant. Car pour honorer chacun de ces dieux, il faut rétribuer et respecter le prêtre attitré, avec en prime le juteux commerce des talismans, gris-gris et autres formules magiques. Les marques actuelles de prêt à porter n'ont rien inventé : c'est le même procédé de gavage qui perdure.
            Puis est arrivée une croyance qui mettait en danger leur commerce : Un Dieu non seulement unique et universel mais totalement immatériel. De surcroît, son culte permettait à chacun de s’adresser directement à Lui, sans intermédiaire et dans le langage qui lui convient. Immatériel : il n'y a pas de représentation graphique possible, donc on ne peut plus commercer des images sanctifiées ou de produits dérivés. Plus de talismans crédibles ni de formules magiques à vendre. Pour tenter de rattraper le coup, ces braves commerçants avaient bien essayé de lancer un nouveau produit qu'ils avaient labellisé «Veau d'or», mais malgré la pub : ça n'a pas marché.
            Alors, ils se sont rabattus sur le commerce du «comestible» et «non-comestible», ils disent «cacher» ou «taref». Et ce qui, au départ, n'étaient que de simples recommandations d’hygiène alimentaire en pays chaud, sans réfrigérateurs, sont devenues des conditions d'entrée au Paradis de Yahvé. Plus les produits dérivés, bien sûr. À tel point qu'ils vendent même de l'eau «cacher».

            Il y a 1980 ans, un de leur collègue (qui avait environ 30 ans), plus avisé et plus subtil, (l'Afflelou de l'époque), avait observé que, trop préoccupés à engranger les revenus d'une situation acquise, ces grand-prêtres ont occulté la solidarité, la pitié, l'amour du prochain et toutes ces choses : alors il a créé une nouvelle entreprise avec uniquement cette sorte de statuts. Et ça a marché. Et c'est ainsi que les descendants de ceux dont nous parlions au début, ont fait de cette entreprise une multinationale dont le siège social est au Vatican.
            Pendant 5 siècles, cette multinationale a exploité l'exclusivité mondiale de l'amour et de la compassion jusqu'à une très dure grève des chameaux qui a obligé un bédouin chamelier, qui se refusait de déposer le bilan, de se proclamer prophète lui aussi. Il a eu l'idée géniale de faire un mix-remake des différents testaments (en changeant un peu les noms pour éviter les procès en plagiat). Mais à la différence des précédents, qui promettaient une félicité éternelle à leurs ouailles, il a institué que, pour accéder à son Paradis, il suffisait de décapiter celui qui refusait à devenir son ouaille. Et bien qu'il n'ait pas eu besoin de marcher sur l'eau ni d'ouvrir la mer en deux pour noyer ses ennemis, ça a marché, aussi.              Puisque ces descendants de druides (héréditairement gardiens de religions en tout genre) se voyaient octroyer, en plus, le commerce des sabres à décapiter et des billots. Bien sûr, il a bien eu quelques frictions avec tous les nouveaux arrivants. Mais ces frictions ont trouvé un écho politique favorable car les différents gouvernements de l'époque étaient à court de prétextes pour envahir des pays et essayer leurs nouvelles armes. Le marché étant suffisamment grand : la majorité des entreprises de religion ont pris conscience qu'il y avait tant d'adhérents potentiels à travers le monde que cela rend déficitaires et improductifs tous les frais d'implantation par la force. Ainsi, ils se sont opposés à la guerre sauf pour les adhérents du chamelier qui, pour aller au paradis, continuaient, eux, à décapiter à tour de bras.
John Calvin, Huldrych Zwingli, et Martin Luther

            Quinze siècles après que leur prophète eut transformé l'eau en vin et multiplié les pains, les gardiens de la Pierre sur laquelle ils avaient bâti leur église, abusant de leurs prérogatives, se sont mis à prétendre que leur entreprise était la seule juge et gardienne de la Vérité révélée. Alors, deux autres Afflelou de l'époque, qui s'appelaient Luther et Calvin se sont immédiatement lancés à leur propre compte avec un entreprise dont les statuts spécifient, eux, que c'est la raison individuelle qui est seule juge et gardienne de la Foi. Et voilà que ça a marché aussi. Et, après s’être copieusement engueulés : ils ont fini par se partager le marché des chrétiens.
            Par ailleurs, à la mort du chamelier, il y eut des problèmes avec son héritage. Son gendre et cousin, selon l'argument que les femmes ne sont pas des êtres humains, prétendait à la totalité de l'héritage pendant qu'une douzaine d'autres apparentés contestaient leur dés-héritage. L'échange d'arguments a tourné au vinaigre, et, à la grande joie des promoteurs de religions, un nouveau culte est apparu.
        Bien que tout ce qui précède ne semble n’être qu'élucubrations, il serait difficile de ne pas constater que la technique ancestrale des promoteurs de religions afin de créer des différences, des exclusions, des rancœurs et des aversions entre les humains est quasi infaillible.

3 commentaires:

Elizabeth GARREAULT a dit…

Comment ne pas penser à Cavanna?
Un climat d'intolérance, de fanatisme, de dictature théocratique s'installe et fait tache d'huile. L'intégrisme musulman a donné le "la", mais d'autres extrémismes religieux piaffent et brûlent de suivre son exemple. Demain, catholiques, orthodoxes et autres variétés chrétiennes instaureront la terreur pieuse partout où ils dominent. Les Juifs en feront autant en Israël.
Il suffit pour cela que des groupes ultra-nationalistes, et donc s'appuyant sur les ultra-croyants, accèdent au pouvoir. Ce qui n'est nullement improbable, étant donné l'état de déliquescence accélérée des démocraties. Le vingt et unième siècle sera un siècle de persécutions et de bûchers.
http://www.huffingtonpost.fr/nicolas-bersihand/lettre-ouverte-de-cavanna-le-xxie-siecle-sera-un-siecle-de-persecutions-et-de-buchers_b_4694124.html

Marianne ARNAUD a dit…

Le titre m'a fait penser que ça allait voler bas ! Je n'ai pas été déçue.

Joyeuses Pâques à tous quand même !

le misoslame a dit…

je suis un peu déçu
je me suis pensé un instant que vous alliez parler des politiciens
si on réfléchi bien , il y a une filiation entre le religieux et le politique
filiation qu'on a tenté de rompre dans les régimes républicains , mais qui est rentrée par la fenêtre si on peut dire , tant la république est imprégnée de religiosité et d'affairisme religieux
filiation qui s'étale avec impudeur partout ailleurs , dans tous les pays avec théocratie au pouvoir , avec , bien sûr , l'affairisme religieux ou pseudoreligieux afférent