ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 4 février 2016

Le Juif américain Sanders veut faire l'Histoire

LE JUIF AMÉRICAIN SANDERS VEUT FAIRE L’HISTOIRE
Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps
            

          Inconnu du public européen il y a seulement quelques jours, le candidat démocrate aux primaires, Bernie Sanders, handicapé par ses 74 ans, a frôlé une victoire historique face à Hillary Clinton. Il aurait pu être le premier Juif, voir le premier non-Chrétien, à gagner une primaire présidentielle américaine. Bernie Sanders sénateur du Vermont est réputé pour être le pourfendeur d’une élite politique qu’il juge «corrompue et peu courageuse». 
          Le score a été très serré pour la première fois dans l’histoire des caucus démocratiques avec 49,6% contre 49,9% soit 21 délégués contre 23 pour Hillary Clinton qui a évité de peu le désastre. Le sénateur a estimé que son résultat était une «égalité virtuelle» et que «l'Iowa a commencé une révolution politique». D’autres votes interviendront et en particulier celui du New Hampshire le 9 février.

Voir la vidéo dans une université de Virginie




            Bernie Sanders, qui a longtemps été réticent à discuter de ses origines juives, estime à présent que le fait d’être juif et d'avoir perdu des parents dans la Shoah ont influencé son intérêt précoce pour la politique. Situé à la gauche du parti démocrate, il a grandi dans une famille modeste qui n’a jamais vécu dans l’opulence, et qui a connu des : «Je sais ce que ça fait quand la compagnie d'électricité vous coupe l'électricité». Son père avait immigré de Pologne à l’âge de 17 ans et a dû se battre, au cours de la dépression, pour subsister dans le quartier le plus laïc de Brooklyn. Alors que ses amis fréquentaient l’école juive, il était à l’école publique mais il se faisait un point d’honneur de s’absenter à l’occasion des fêtes juives. Beaucoup de membres de sa famille, restés en Europe, ont été assassinés pendant la Shoah et à ce titre il a gardé une identité juive forte, plus ethnique et culturelle que religieuse. Son dévouement pour sa communauté est total.

            Hillary se préparait à lutter contre l’ancien gouverneur du Maryland, Martin O’Malley qui a été défait avec moins de 1% des voix. Or un vieux grincheux est sorti de nulle part, ou du moins de son monde qu’on qualifierait de gauchiste en France. Il a lancé sa campagne avec près de 60 points de retard mais les sondages ont vite réduit la marge à 14 points. L’égalité obtenue dans l’Iowa est donc un succès fulgurant. Il le doit parce qu’il a labouré les terres américaines en réunissant des foules énormes qui sont venues l’écouter pendant tout l’été. Il disposait de peu de fonds pour se payer des spots télévisés. À peine 1,3 million de dollars au début contre 28 millions pour Clinton qui a déjà commencé à les consacrer aux votes des prochains États, le 1er mars. Mais l’originalité de Sanders a été d’organiser une campagne populaire, au contact des gens simples et des jeunes. Il est fort probable que cette première victoire fera affluer de nouveaux dons qui le feront mieux connaître. Le résultat final tient dans le rôle que jouera Joe Biden s’il décide de se mouiller dans la campagne. Des rivalités existent qui éloignent le vice-président des partisans d’Hillary Clinton.            
Vidéo à l'Université de Virginie





          Bernie Sanders n’hésite pas à jouer de la fibre juive. Face aux étudiants de l’Université George Mason en Virginie il a répondu  une question d’une étudiante musulmane voilée, Remaz Abdelgader, qui s’était présentée comme «étudiante musulmane américaine qui aspire à changer ce monde et qui se plaint de la rhétorique dans les medias». Sanders l’avait prise dans ses bras pour la réconforter sous les applaudissements de la salle (voir vidéo) en utilisant un langage qu’aucun gauchiste n’aurait désavoué: «Permettez-moi d'être très personnel ici, si vous me le permettez. Je suis juif. La famille de mon père est morte dans les camps de concentration. Je ferai tout ce que je peux pour débarrasser ce pays de la tache laide du racisme qui existe depuis de trop nombreuses années. Le racisme avec sexisme et homophobie ont longtemps été utilisés pour diviser les travailleurs. Ils ont joué un groupe contre un autre. Les riches se sont enrichis alors que tout le monde se battait les uns des autres. Notre travail consiste à construire une nation dans laquelle nous sommes tous ensemble comme un seul peuple».
            Nous sommes encore loin de la ligne droite mais Sanders peut faire l’Histoire en étant désigné par le parti démocrate. Il pourrait rééditer la victoire surprise de Barack Obama face à Hillary Clinton qui ne s’est toujours pas remise de sa défaite d’il y a huit ans. Obama avait gagné car il avait augmenté massivement le taux de participation en faisant appel aux milliers de jeunes qui n’étaient pas habitués à se prononcer. C'est ce que fait Sanders. Sa quasi victoire dans l’Iowa va faire bouger les lignes, va gonfler ses dons et va lui donner une plus grande couverture médiatique.
            Tout va se jouer aussi sur le comportement des Juifs car, contrairement au sénateur Joe Lieberman, qui avait été candidat, il a adopté une position réservée vis-à-vis d’Israël dans ses discours. Il est convaincu que les Juifs ne voteront pas pour lui, uniquement parce qu’il affiche sa judéité. Pour la petite histoire il avait donné le prénom de Levi à son premier fils. La communauté semble pour l’instant acquise à Hillary Clinton et seules leurs positions respectives sur Israël pourront les départager.
            Ses relations avec Israël sont anciennes. Après son diplôme de l’université de Chicago, il avait passé plusieurs mois en 1964 comme volontaire dans deux kibboutzim Matsuva au nord et Yotvata au sud, ce qui l’a conforté dans ses idées de gauche. Mais il a avoué qu’il n’était pas «un grand fan du premier ministre Benjamin Netanyahou en raison de la réaction excessive lors de la guerre de 2014 qui a causé des dommages civils  plus que nécessaire». 
          L’on ne peut pas dire en revanche que l’image de marque d’Hillary soit meilleure ni positive en Israël mais les Juifs américains décideront en fonction de leurs intérêts propres. Le problème avec Hillary, qui la met en défaut face aux jeunes, est le décalage entre le discours qui défend l'Américain moyen, et la réalité d'une femme très riche (presque 100 millions$ de fortune) appuyée par beaucoup d'amis milliardaires. Alors que Sanders a tout joué sur la probité et sa frugalité. Le discours n'est pas en décalage avec la personne.

Mise à jour du 10 février


Sanders a dominé les primaires du New Hampshire du 10 février. Avec 60% des voix, le sénateur du Vermont a réussi son pari chez les démocrates.

6 commentaires:

Avraham NATAF a dit…

Ce serait une victoire embarrassante pour les Juifs, je garde le souvenir de Pierre Mendes-France, l'homme à abattre par toutes les tendences

Bernard NIVAL a dit…

Sacré Bernie ,je comprends maintenant pourquoi j'avais spontanément une telle sympathie pour lui ,ses idées et son combat contre le libéralisme sauvage. Bernie ,un juif et un vrai !

Georges KABI a dit…

Il a un gros probleme, son age. Les Americains sont habitues ces dernieres annnees a des presidents jeunes qui attirent les jeunes a la politique.
Je crois, que meme avec la candidature de Bernie Sauders, Hillary Clinton deviendra la candidate du parti democrate aux elections. Chez les Republicains, on a compris que la victoire se trouvait parmi les hispaniques, d'ou les bons scores des deux candidats d'origine cubaine.

Elizabeth GARREAULT a dit…

Personne ne croyait au succès d'Obama et j'étais la seule depuis le début à dire qu'il allait gagner. C'était jouissif de voir la tronche de certains "progressistes" à l'époque qui au fond ne supportait pas l'idée qu'un noir puisse être président. Maintenant, je mise depuis le début sur Benny - le miracle se reproduira peut-être.

Jean-Pierre NIEGO a dit…

Sanders le sage, je vous le dis, n'apportera que troubles et désolation. Le monde n'aime que la force et fourberie. Je me souviens de Jimmy Carter qui fut un homme bon et généreux. Moqué on lui préféra un cowboy de cinéma qui parlait de guerre des étoiles et... fit fondre le mur de Berlin. Comme c'est drôle l'histoire des hommes. Ils préfèrent toujours les fausses valeurs aux vraies. Les pauvres !

l'oiseau bleu a dit…

En France sera président de la République le candidat arrivé en second derrière Marine Le Pen
Aux USA, sera élu Président le républicain qui sera opposé à Sanders
Triste monde