ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

vendredi 29 janvier 2016

Majed Faraj, nouvel homme fort palestinien



MAJED FARAJ, NOUVEL HOMME FORT PALESTINIEN

Par Jacques BENILLOUCHE

copyright © Temps et Contretemps

            
Faraj, Erekat et Netanyahou

          Les Palestiniens auraient-ils trouvé l’homme fort qui leur manquait après la disgrâce de Mohamed Dahlan ? C’est l’impression qui résulte des derniers développements en Cisjordanie après la guerre sourde qui se trame entre le directeur des renseignements Majid Faraj et le dauphin désigné Saeb Erekat. Les deux hommes ont en commun d’être des fidèles du président de l’Autorité Mahmoud Abbas et des collaborateurs loyaux qui attendent cependant leur heure. Ils ont jusqu’à présent refusé la violence et leur langage prône une résistance pacifique. Mais il s’agit de deux personnages totalement différents avec des parcours originaux.



Yasser Abed Rabbo

            Saeb Erekat, vient d’être nommé secrétaire général de l’OLP (Organisation de libération de la Palestine) en remplacement de Yasser Abed Rabbo, ancien proche de Yasser Arafat. Abed Rabbo avait été accusé de s’être allié avec l’ancien premier ministre Salam Fayyad et avec Mohamed Dahlan, pour évincer Mahmoud Abbas. Le président l’Autorité soupçonnait les trois hommes de conspirer pour favoriser le retour de Dahlan au pouvoir suprême. Saeb Erekat, tout dévoué à Mahmoud Abbas, occupe depuis de nombreuses années le poste de négociateur en chef avec les Israéliens. Animal politique de formation occidentale, il parcourt tous les studios de télévision de langue anglaise et tous les colloques internationaux où il peut vendre la cause palestinienne. C’est la personnalité qui sait exploiter les medias au mieux.

camp palestinien Deheishe 

            À l’opposé, le général Majid Faraj, né dans le camp de réfugiés de Deheishe fondé en 1949 dans les limites de la ville de Bethléem, est un personnage très discret. C’est la nature même de ses fonctions qui l’exige. Il dirige les puissants services de renseignements palestiniens après avoir gravi les échelons en tant que soldat dans l'ombre, d'abord dans les Tanzim, la branche armée du Fatah, et puis dans la sécurité préventive de l'Autorité palestinienne. Il évite la presse et ne donne pas d’interview ce qui rend difficile de tracer son portait exact avec certitude.
            Il est connu des Israéliens car il a passé de nombreuses années dans leurs prisons avant de devenir commandant du district de Bethléem, puis chef du renseignement militaire. Le combat semble héréditaire dans la famille car son père, âgé de 62 ans, a été tué par les forces israéliennes en 2002 alors que, selon la légende que les Palestiniens aiment diffuser, il était allé acheter du lait et du pain quand on a tiré sur lui. En fait la réalité est tout autre ;  il avait violé le couvre-feu à une période où de nombreux attentats-suicides étaient déclenchés dans tout Israël. L’armée n’a pas voulu prendre de risques.

            Erekat et Faraj sont entièrement dévoués au président Abbas mais cela n’empêche pas qu’une guerre feutrée soit menée entre les deux clans. Deux incidents, où sont impliqués des proches d’Erekat, ont dévoilé la compétition secrète entre les deux hommes. Le 3 décembre 2015, deux Israéliens ont été blessés dans une fusillade au point de contrôle Hizma en Cisjordanie. L'assaillant palestinien a été tué par les forces de l’ordre. L’enquête a dévoilé que l'agresseur était Mazan Hasan Ariva, 37 ans, officier du renseignement de l'Autorité palestinienne et résident arabe d'Abu Dis. Il s’avère qu’il était le neveu d’Erekat, le fils de sa sœur et qu’il était sous les ordres de Faraj.
Attentat du 3 décembre 2015, l'agresseur tué

            Cet incident faisait désordre et constituait un revers pour Erekat qui prône une politique non violente et surtout une coordination entre ses services sécuritaires et ceux d’Israël. Il met en doute la volonté de l’Autorité de ne pas s’engager dans la violence. En allant présenter les condoléances à sa sœur, Erekat avait alors affirmé : «J'ai foiré. J’ai été trompé. Nous avons tué le rêve d'une solution à deux États. Depuis 22 ans, je dis à mes gens de ne pas recourir à la violence, seule la négociation». Cette attitude dénotait le découragement sinon la lassitude. Mais ce n’était pas tout. Un deuxième incident a eu lieu le 17 janvier 2015 lorsqu’un adjoint de Saeb Erekat a été arrêté pour «soupçons de trahison en faveur d’Israël», justement par les services de Faraj ce qui paraît être une coïncidence troublante et gênante.
            Mais les deux hauts personnages de l’Autorité semblent diverger sur la stratégie. Alors qu’Erekat semble résigné à renoncer aux bonnes relations avec Israël, le chef du renseignement palestinien prend le contre-pied de cette attitude. Il se pose en leader qui fonde l’avenir des Palestiniens sur une coopération totale avec Israël car un nouveau danger se profile en Cisjordanie. Il souhaite que la coopération sécuritaire avec Israël se poursuive afin de barrer la route aux extrémistes de Daesh et d’éviter une aggravation du chaos. Pour lui, les fauteurs de trouble doivent être neutralisés en Cisjordanie. Il a ainsi pris des mesures drastiques en confisquant des armes et en arrêtant plus de 100 Palestiniens. Faraj a pointé du doigt les groupes religieux extrémistes qui, selon lui, sont un danger non seulement pour l'Autorité palestinienne elle-même mais aussi pour la Jordanie et au final pour Israël.
Police palestinienne

            Il connaît parfaitement sa population au sein de laquelle il vit et avec laquelle il a combattu. Il assure que 90% des Palestiniens sont fondamentalement opposés aux organisations terroristes telles l'État islamique, Al-Qaïda, Jabhat al-Nusra et autres nébuleuses islamiques. Mais pour lui, il faut maintenir la puissance de l’Autorité et éviter son effondrement parce que l'alternative est l'anarchie, la violence et le terrorisme : «Nous, avec nos homologues de l'establishment sécuritaire israélien et avec les Américains, essayons tous d'éviter l'effondrement. Daesh est déjà en Irak, en Syrie, au Sinaï et au Liban mais Ramallah, Amman et Tel-Aviv doivent être préservés». Il n’a pas utilisé de raisonnement alambiqué pour designer l’ennemi.
            Faraj a analysé l’incident du neveu d’Erekat comme un avertissement. Lorsque des jeunes officiers prometteurs, bien formés, disciplinés et contrôlés, dévient vers le désespoir, alors il faut s’attendre à tout de la rue qui peut facilement virer vers la colère. Mais il affirme qu’il ne sera jamais influencé par quelques individus qui choisissent d'agir contre la majorité du peuple. Il a dit croire croit en Netanyahou qui soutient a priori la solution à deux États, mais il fustige des membres éminents de son gouvernement faisant partie des nationalistes religieux qui sont contre ce principe.

            Contrairement à Erekat, qui remet en question la coordination avec les organismes sécuritaires israéliens, Faraj a un autre avis : «Nous nous sommes battus pendant de nombreuses décennies d'une manière différente; et maintenant nous nous battons pour la paix. Je vais donc continuer à me battre pour garder ce pont contre la radicalisation et la violence qui doit nous conduire à notre indépendance». Un nouveau langage est entendu qui donne l’impression que Faraj a choisi la voie du dialogue, la seule qui pourra lui ouvrir les portes de Washington et de Jérusalem. Son passé de guerrier le crédibilise auprès de ses concitoyens mais il n’a pas de réseau politique au sein de l’intelligentsia palestinienne pour la convaincre de le désigner comme successeur du vieux Abbas, à moins qu’il n’utilise la force.
            Les anciens lui sont acquis, ceux qui ont souffert de la guerre, ceux qui aspirent à vivre en paix aux côtés d’Israël mais la jeunesse ne le suivra pas et déjà elle a condamné ses commentaires. La «coalition de la jeunesse du soulèvement» a exprimé de la colère et de la déception envers les déclarations du général Majid Faraj, faites par le site américain Defense News. Il a avoué que les membres de son service ont déjoué 200 opérations palestiniennes, et ont contribué à arrêter 100 militants et à saisir des armes.
            La coalition appelle  le mouvement du Fatah à poursuivre et à condamner Majid Faraj qui devrait s'excuser face au peuple palestinien. Il reste au chef des renseignements de prouver qu’il est capable de devenir l’homme fort des Palestiniens, non contesté, pour les sortir de l’impasse où les précédents leaders les ont conduits. 

Aucun commentaire: